La logique des partis politiques : totalitaire au sens où ils ont tendance à se prendre pour le tout

De François Marchilac dans l'Action française 2000, à propos du rendez-vous de Béziers :

Capture d’écran 2016-06-02 à 07.39.19"[…] Quant au Front national, la venue de ses représentants a été plus brève que prévue. Pour une histoire, paraît-il, de marchepied : où va se nicher, chez certains, le souci du bien commun ! Descartes démontrait le mouvement en marchant. De même, il ne suffit pas de revendiquer le patriotisme : pour être crédible, il faut le pratiquer en ne rajoutant pas la division à la division.

Le pays ne peut plus se le permettre. Mais le Front national ressemble désormais à l’ex-UMP et au Parti socialiste, le centralisme démocratique en plus – c’est son côté ringard. Doit-on s’ étonner du départ anticipé de Marion Maréchal-Le Pen, esprit libre s’il en est – ce n’est pas l’Action française qui dira le contraire ? Mais c’est la logique même des partis politiques, totalitaire au sens où ils ont tendance à se prendre pour le tout, qui est en cause. En gazouillant de façon grossière contre « l’ extrême droite » réunie à Béziers, Philippot a seulement démontré qu’ il refuse le débat avec les Français et qu’il considère toute parole libre comme un crime de lèse-Tsarine.

Dommage, car si cette agression gratuite d’un électorat plutôt favorable ou gagnable devait désormais servir de ligne politique au Front, ses bastions acquis ces derniers années risqueraient de se transformer, en 2017, en autant de villages Potemkine. Les résultats de 2016 sont déjà en demi-teinte et, devant l’épreuve de la réalité, l’enracinement du Front se révèle souvent celle d’un château de cartes. De plus, quel manque d’élégance, en parlant d’« extrême droite », que d’user à l’ égard des patriotes de tous horizons réunis à Béziers de la même malveillance que les médias de l’oligarchie à l’égard du Front national. Syndrome de Stockholm ? Ou simple servilité à l’égard du système ? Philippot, en cherchant à marquer contre le camp patriote dans sa diversité, a surtout marqué contre le sien. Délibérément ? En tout cas, l’impatience, accompagnée de fébrilité, est mauvaise conseillère. Le Siel, en revanche, en dehors duquel le Rassemblement Bleu Marine est une coquille vide, n’a pas abdiqué sa personnalité. Marine Le Pen est-elle capable de comprendre que c’est le meilleur service que Karim Ouchikh pouvait lui rendre ? Rien n’est moins sûr. […]"

Laisser un commentaire