Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

“La liberté doit résister au conformisme de la pensée “prête à porter” qui évite de trop s’interroger”

M23Lors de la messe annuelle de rentrée des parlementaires célébrée hier soir en la basilique sainte Clotilde de Paris, le cardinal archevêque de Paris a une nouvelle fois levé le problème du cynique projet de loi sur la dénaturation du mariage :

"Un public de choix pour le cardinal qui a insisté sur la «liberté» de «conscience personnelle» des politiques quand ils doivent légiférer sur des «grands enjeux» de société comme la «transformation législative du mariage»: «La liberté doit se gagner et se défendre face aux lobbys qui saturent les espaces de communication. La liberté doit résister au conformisme de la pensée “prête à porter” qui évite de trop s'interroger. Elle suppose de ne pas s'en remettre à l'avis de tel ou tel prétendu spécialiste.»

Et d'appeler ensuite au «courage» qui est «nécessaire» quand «il s'agit pour le responsable politique de prendre ses distances par rapport à son entourage idéologique ou à son parti et d'exposer son image publique». Option sans doute difficile, a reconnu le président de la Conférence des évêques mais c'est souvent «ce à quoi l'on reconnaît les hommes et les femmes de conviction».

Option qui n'est pas de l'ordre d'un choix politicien, mais d'une vision politique au sens noble du terme car ces sujets engagent l'avenir de la société: «Dans la vie d'un pays, il est des sujets qui engagent la vie personnelle des citoyens et qui ne dépendent pas simplement d'une majorité électorale, même si elle était importante. Au printemps dernier, les électeurs ont désigné le président de la République et les députés pour engager de nouvelles orientations politiques. Je ne pense pas que l'organisation des mœurs conjugales et de la transmission de la filiation fasse partie des éléments d'une alternance politique. Elle engage trop profondément l'avenir de la société pour n'être qu'une conséquence automatique d'une élection.»

Conclusion alors inédite du prélat: les parlementaires doivent donc user de leur pleine liberté de vote: «C'est pourquoi dans les débats qui vont très probablement s'ouvrir sur le mariage ou sur la fin de la vie ou sur la révision des lois de bioéthique, il serait choquant pour la démocratie que les parlementaires ne disposent pas de leur liberté de vote.»

Et le cardinal de justifier cette intervention de l'Église: «certains de nos concitoyens contestent aux chrétiens le droit d'exprimer leur conception du mariage et les soupçonnent de vouloir l'imposer à toute la société». Pourtant «dans le débat qui secoue notre société – bien que l'on nous eût dit qu'il était superflu puisque tout le monde était supposé d'accord – il est assez facile de comprendre qui est en train d'imposer une conception particulière du mariage à la société

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

3 commentaires

  1. Quelle classe et quelle dignité émane de nos prélats lorsqu’ils agissent publiquement au nom de l’Eglise ! Comme quoi nous ne devons jamais désespérer, la Lumière du Saint Esprit domine la question rien qu’avec une homélie comme celle-ci.

  2. Un des bienfait de l’arrivée de Hollande au pouvoir c’est que l’on a l’impression que le clergé réagit sainement. c’est encourageant et très réconfortant . Un petit regret toutefois: pourquoi ne pas l’avoir fait plus tôt ? je veux dire avant les élections ?

  3. @Tonio
    Avant les élections, la situation n’était pas dévoilée aussi clairement, dans toute son âpreté. La droite, il faut le reconnaître, a été plus habile.
    @Estienne80
    La première fois que j’ai vu Mgr 23, je crois qu’il venait d’être créé cardinal ou allait le devenir, et c’était précisément lors de cette messe. Mon impression fut exactement celle que vous décrivez. Et plus encore.
    Bien plus tard, il m’a semblé que le Cardinal avait perdu de sa puissance et de sa liberté (si je peux me permettre de parler ainsi, ce qui n’est pas certain).
    Merci, Eminence. Nous avons confiance en vous. Comptez sur notre prière et notre piété filiale… même si quelques dérapages un peu turbulents sont inévitablement à prévoir. Et nous vous prions de nous excuser.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!