Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Laïcité à la française

La laïcité : une distinction Etat/religion sans séparation

A l’occasion de la venue du Pape, on voit fleurir ça et là bon nombre d’articles sur le principe de laïcité, la "laïcité positive", la séparation de l’Eglise et de l’Etat, etc., Le Monde donnant comme d’habitude le "la" de ce qu’il faut en penser. C’est l’occasion de rappeler la conception du principe de laïcité par l’Eglise :

"L’engagement politique des catholiques est souvent mis en relation avec la «laïcité», à savoir la distinction entre la sphère politique et la sphère religieuse. Cette distinction «est une valeur acquise et reconnue par l’Église, et elle appartient au patrimoine de civilisation déjà atteint». La doctrine morale catholique exclut cependant nettement la perspective d’une laïcité conçue comme autonomie par rapport à la loi morale: «En effet, la “laïcité” désigne en premier lieu l’attitude de qui respecte les vérités procédant de la connaissance naturelle sur l’homme qui vit en société, même si ces vérités sont enseignées aussi par une religion particulière, car la vérité est une». Chercher sincèrement la vérité, promouvoir et défendre par des moyens licites les vérités morales concernant la vie sociale — la justice, la liberté, le respect de la vie et des autres droits de la personne — est un droit et un devoir de tous les membres d’une communauté sociale et politique.

Quand le Magistère de l’Église intervient sur des questions inhérentes à la vie sociale et politique, il ne méconnaît pas les exigences d’une interprétation correcte de la laïcité, car il «n’entend pas exercer un pouvoir politique ni supprimer la liberté d’opinion des catholiques sur des questions contingentes. Il veut au contraire — conformément à sa mission — éduquer et éclairer la conscience des fidèles, surtout de ceux qui se consacrent à la vie politique, afin que leur action reste toujours au service de la promotion intégrale de la personne et du bien commun. L’enseignement social de l’Église n’est pas une ingérence dans le gouvernement des pays. Il établit assurément un devoir moral de cohérence pour les fidèles laïcs, intérieur à leur conscience, qui est unique et une».

Le principe de laïcité comporte le respect de toute confession religieuse de la part de l’État, «qui assure le libre exercice des activités cultuelles, spirituelles, culturelles et caritatives des communautés de croyants. Dans une société pluraliste, la laïcité est un lieu de communication entre les diverses traditions spirituelles et la nation». Même dans les sociétés démocratiques, il demeure encore, hélas, des expressions de laïcisme intolérant, qui entravent toute forme de la foi, d’importance politique et culturelle, en cherchant à disqualifier l’engagement social et politique des chrétiens, parce qu’ils se reconnaissent dans les vérités enseignées par l’Église et qu’ils obéissent au devoir moral de cohérence avec leur conscience; on arrive aussi et plus radicalement à nier l’éthique naturelle elle- même. Cette négation, qui prélude à une condition d’anarchie morale dont la conséquence évidente est la mainmise du plus fort sur le faible, ne peut être admise par aucune forme de pluralisme légitime, car elle mine les bases mêmes de la coexistence humaine. À la lumière de cet état de choses, «la marginalisation du christianisme ne pourrait servir à l’avenir envisagé d’une société, ni à la concorde entre les peuples. De plus, elle minerait les fondements culturels et spirituels de la civilisation»." [DSE n°571-572]

Sur ce sujet, on pourra lire le dernier numéro de Permanences.

Michel Janva

Addendum : lire aussi Comprendre la Doctrine Sociale de l’Église écrit par Anne Despaigne.

Partager cet article

2 commentaires

  1. Avec dans Le Monde un article particulièrement bas-de-gamme et tristounet de Mélanchon.

  2. On peut aussi rappeler (comme l’a fait Benoît XVI aujourd’hui) que la laïcité est une invention des chrétiens (“Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu”).

Publier une réponse