Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

La haine d’Act-Up-Paris en manque de subventions

Son action violente contre la fondation Jérôme Lejeune n'a apparemment pas fait recette : Act-Up-Paris annonce la mise au chômage partiel en janvier de certains de ses 11 salariés (à la suite d'Aides, qui va licencier 65 personnes).

Il faut dire que l'association homosexualiste, qui ne revendique que… 130 adhérents environ, vit quasi exclusivement de subventions publiques et privées, lesquelles auraient légèrement diminué cette année.

Le dernier rapport financier accessible, celui de 2010, est très révélateur. Pour un budget à l'époque de 891 000 € (presque équivalent au budget actuel), Act-Up-Paris avait reçu :

  • 234 000 € de subventions publiques (auxquelles il manque 35 000 € que la Mairie de Paris a ajoutés à sa subvention habituelle l'année suivante)
  • 42 000 € de l'Agence française de développement (classés comme une aide privée alors qu'il s'agit d'un établissement public)
  • 153 000 € d'aides de Sidaction (association elle-même subventionnée par l'Etat et présidée par… Pierre Bergé)
  • 200 000 € d'aide de Pierre Bergé
  • 107 000 € de subventions de laboratoires pharmaceutiques
  • 81 000 € d'aides ou recettes diverses et variées
  • pour seulement 74 000 € de dons et cotisations

Partager cet article

5 commentaires

  1. Pour information : [le conseil d’administration de] l’AFD est presidé par un certain Pierre Andre PERISSOL, ancien ministre et maire UMP de Moulins (03). A bon entendeur…

  2. 891.000€ pour une association de 130 adhérents?!?!
    Ben mon vieux, on ne se mouche pas du pied chez les trotsko-bobo-homosexualistes !
    Et pendant ce temps, nos petites écoles hors contrat rament pour glaner quelques dizaines de milliers d’euros pour payer des salaires de misère à leurs maîtresses non bénévoles…
    Vraiment, quelquefois on se dit que tout le monde ne vit pas dans la même galaxie !

  3. On rappellera au passage qu’Act-up est dans l’illégalité au regard de ses obligations comptables et de publication. Quelqu’un qui voudrait l’attaquer en justice sur ce plan pourrait lui faire beaucoup de mal…
    Aux termes de l’article L 612-4 du Code de commerce toute association ayant reçu annuellement une ou plusieurs subventions dont le montant global dépasse 153 000 euros doit établir des comptes annuels comprenant un bilan, un compte de résultat et une annexe (comptabilité d’engagement) et faire certifier ces comptes par un commissaire aux comptes. Par ailleurs, depuis la parution du décret n° 2009-540 du 14 mai 2009, ces associations doivent assurer la publicité de leurs comptes annuels et du rapport du commissaire aux comptes sur le site Internet de la direction des journaux officiels dans les trois mois de l’approbation des comptes par l’organe délibérant.

  4. Oui, enfin toutes ces associations ont atteint leur objectif maintenant, je ne vois plus très bien ce qu’il reste à démolir en France (je veux parler de cet état membre de la CE de forme vaguement hexagonale): il n’y a plus qu’à démobiliser.
    Que ces associations ferment est un signe de victoire pour elles, pas un signe de défaite.

  5. Tant qu’il y aura des pauvres con-tribuables pour payer des impôts, cette lie « d’associations » aura encore ses beaux jours.

Publier une réponse