Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La gestion économique des villes : le cas de Chalon-sur-Saône

Après une analyse de la gestion de CarpentrasOrange, BéziersMetzVierzon,Hénin-Beaumont,  BegueyLisieuxLimogesNantesLavalParay-le-Monial,ArcanguesEvryBrestDigne les BainsRouenMâcon, EvreuxBrumathLa Roche sur Yon, Istres, voici Chalon-sur-Saône.

S2008 : Monsieur Christophe Sirugue gagne la mairie de Châlon-sur-Saône. Pur produit de l’apparatchik PS, il fait basculer Châlon à gauche, et en profite pour mettre la main sur la communauté d’agglomération Châlon val de Bourgogne. Maire, président de CA, député…et quelques p’tits trucs encore, le classement de Monsieur Sirugue au royaume des cumulards fait de l’ombre à bien des concurrents. Pourtant, en 2008, la situation de Châlon aurait nécessité un gestionnaire compétent à temps complet !

Etat des lieux en 2008

CUn rapport de la chambre régionale des comptes publié le 20 juillet 2011 dresse l’état des finances de la commune jusqu’en 2009 (page 28) : « La situation de la ville de Châlon-sur-Saône se caractérise par sa forte dépendance des dotations et subventions versées par la CA et par l’Etat […]. Bien que ses recettes par habitant soient supérieures à celles des collectivités comparables, ses dépenses lui ont interdit jusqu’en 2008 de dégager un résultat de fonctionnement suffisant pour couvrir la charge de la dette sans avoir recours à son fonds de roulement […]. La dette de la ville est particulièrement importante en dépit de nombreuses cessions patrimoniales en 2005 et 2006. Elle atteint 1 447 € par habitant en 2009, […]. La commune qui ne dispose plus d’une véritable marge de manœuvre fiscale est ainsi dans une situation tendue. L’amorce d’un redressement de cette situation financière se dessine toutefois à partir de 2009 […] grâce notamment à l’augmentation des produits fiscaux corrélative à la hausse des taux. La chambre recommande à la ville de Châlon-sur-Saône la plus grande prudence dans ses investissements et le recours à l’emprunt pour conforter le redressement de sa situation financière amorcée en 2009 ».

Monsieur Sirugue hérite donc en 2008 d’une situation financière peu élogieuse. Mais dès 2009, cela semble s’améliorer. Monsieur Sirugue sait lire. Il a compris le rapport que la chambre lui a remis. Qu’en est-il aujourd’hui ?

2010… et patatras

0En 2009 et 2010, Monsieur Sirugue augmente les taux d’imposition de 7 puis de 2%. Le produit des impôts s’améliorera de 3,5 millions d’euro. Malheureusement, si le résultat comptable de 2009 est positif de 2,3 millions, dès 2010 il est à nouveau négatif.

Pourquoi ce mauvais résultat 2010 ?

Des charges de personnel trop importantes (50,7% des dépenses), et qui augmentent trop vite (+ 22,5% de 2007 à 2011). En 2012, alors que M. Sirugue a transféré plus de 3 millions de charges de personnel à la CA (120 équivalents temps complets), le poids des charges de personnel est encore supérieur de 12,3% à celles des villes de même strate. Pour mémoire, en 2007, ce groupe de charges était inférieur de 7,5% à celles de la moyenne. Des subventions beaucoup trop importantes, même si leur poids relatif diminue de 2007 à 2011. Les subventions coûtent 15,9% des dépenses de la ville contre 9% en moyenne.

Conséquence de cette gestion

1La capacité d’autofinancement de la ville est faible, et n’est pas suffisante pour rembourser les emprunts. Cumulée, de 2008 à 2012, il a manqué 280 € par habitant pour parvenir à l’équilibre. Pour atteindre cet équilibre, il aurait été nécessaire d’augmenter les impôts en 2009 de 16% et non de 7%. Rassurez-vous : M. Sirugue a fait les mêmes calculs…pour 2014.

Heureusement, ce lecteur assidu et sensé qu’est le sieur Sirugue sait, pour l’avoir su, que le rapporteur de la chambre régionale des comptes précisait qu’il faudrait limiter les investissements et les emprunts si cette situation perdurait. Rappel CRC: « Une capacité d’autofinancement nette aussi faible ne permet pas à la commune d’envisager la mise en œuvre de programmes d’investissement, sauf à en assurer le financement quasi-exclusivement par l’emprunt ». Que fit M. Sirugue, héros multi-cartes aux multiples talents ?

3Depuis 2009, les investissements à Châlon sont très importants et beaucoup plus forts (de l’ordre de 20% de plus) que ceux des villes de même strate. Bien évidemment, la ville ne dégageant pas de ressources pour investir, la dette a augmenté. En 2007, la ville était plus endettée que les villes de même strate de 8,2%. Fin 2012, l’écart était de 51,6% !

Après les (in)capacités en lecture, les compétences en magie ! L’art de l’illusion permet d’effacer, en 2012, une partie conséquente des charges…Armé de sa gomme, voilà l’écolier à l’œuvre.

2012, les transferts à la CA Châlon val de Bourgogne

En 2012, la ville a transféré plusieurs compétences à la CA. Les charges et les produits de la ville ont donc diminué, mais les premières beaucoup plus que les secondes. Le résultat de Châlon s’est donc redressé…en 2012.

Evidemment, l’une des possibilités pour étudier l’évolution des postes serait de reprendre les charges sur un périmètre constant (Ville + CA). Mais M. Sirugue étant un travailleur acharné, ayant développé ses multiples compétences dans le domaine de la CA, CA qui avait une bonne situation financière fin 2007, cette construction n’est pas nécessaire. Voici le fruit de ses œuvres à la CA:

 

2007

2012

 

Personnel

9 918 000

27 455 000

X 2,7

intérêts

757 000

1 904 000

X 2,5

Subventions versées

9 551 000

15 317 000

+ 60%

Dette

22 217 000

62 586 000

X 2,8

En 2007, la situation de la CA Châlon était bien meilleure que celle de la ville. Fin 2020, en poursuivant une telle gestion, départager la ville n’aura rien d’évident. Cependant, d’ici là nous aurons peut-être un nouveau ministre…ou un nouveau chômeur. Les persifleurs disent qu'alors, il pourra toujours se rendre au cinéma !

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services