Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique / France : Politique en France / France : Société

La génération de l’échec

Extrait d'un article paru sur Polémia :

Sarko cohn bendit "La génération au pouvoir dans les pays européens depuis la fin du XXe siècle restera devant l'histoire comme la génération de l'échec. C'est la génération de Mai-1968 (…)

Elle prend le pouvoir au moment où l'Europe voit disparaître la menace soviétique et avec elle la coupure entre l'Est et l'Ouest : une chance historique pour notre continent de retrouver son unité et son indépendance. Mais nos soixante-huitards n'ont eu de cesse de se placer sous le giron des Etats-Unis et de l'OTAN. Nos pacifistes ont embarqué sans remords les Européens, transformés en valets d’armes américains, dans la guerre du Golfe, dans la guerre contre la Serbie, contre l'Irak, « contre le terrorisme » et envoyé nos soldats dans le guêpier afghan (…)

L'Europe disposait d'atouts économiques puissants et en particulier de la perspective d'un grand marchéChirac juppe  préférentiel. Les soixante-huitards, à la remorque des Britanniques, nous ont précipités dans l'impasse du libre–échange mondialiste (…)

Au seuil du dernier quart du XXe siècle les Etats européens étaient solides, les finances publiques équilibrées et, le système politique, démocratique à l’Ouest. La génération de l'échec a sabordé en quelques années, sur l'autel de la supranationalité européenne, mille ans d'héritage européen : le respect des frontières, la suprématie de la loi, la maîtrise de la monnaie, le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes (…)

(…) elle a aliéné nos libertés nationales au profit d’une entité sans forme qui n'est ni une fédération, ni une confédération, ni un Etat et qui ne sait même pas définir où est sa frontière ni qui est européen (…) Les soixante-huitards ont ouvert les portes de l'immigration de peuplement au nom de l'idéologie des Droits de l'homme et de la repentance antiraciste (…)

Kouchner L’Europe disposait d’une culture riche, ancienne, vivante et rayonnante. La génération de l’échec, au nom de l’avant-gardisme et de la révolution culturelle, a tout cassé (…)

La génération de l’échec n’a aucune excuse. Elle n’a été confrontée ni à la guerre, ni à la décolonisation, ni à la misère. Elle a hérité, au contraire, d’un monde en paix, vivant dans l’aisance et l’espoir de lendemains encore meilleurs (…) C’est une génération d’enfants gâtés, qui s’est comportée en héritier frivole qui dilapide le capital familial en menant grand train – le capital de tous les Européens (…)" 

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

7 commentaires

  1. Conclusion en un mot, et pour aller très vite, à 20 ans, nous sommes morts.
    Je ne cultive pas cette pensée ni ne m’en régale mais rien pour contredire le contenu de l’article de Polémia les yeux grand ouverts sur tous les fronts.
    Sauf, l’Eglise. Oui, mais pas en France. Pas maintenant.
    Sauf nos enfants qui sont beaux et qui relèveront sans déroger parce qu’ils aiment Dieu en ses saints et en ses oeuvres, parce qu’ils aiment la terre ancestrale, parce qu’il veulent rester libres dans leur héritage plurimillénaire et transmettre à leur tour.
    Sursum corda!

  2. Remarquable état des lieux et bilan sans langue de bois. Tout est dit.
    Dieu nous permette maintenant de sortir de ce mer… heu, guêpier !

  3. Tout-à -fait d’accord avec cet article, et avec ces commentaires.
    ” C’est une génération d’enfants gâtés, qui s’est comportée en héritier frivole qui dilapide le capital familial en menant grand train – le capital de tous les Européens (…)”
    Et j’ajoute qu’il y a toute une génération de femmes retraitées, encore jeunes et larguées par leurs maris (qui leur ont préféré une femme plus jeune), qui se retrouvent entre jeunes retraitées célibataires, et qui mènent une vraie vie de patachon.
    Que c’est triste d’avoir mené une vie rangée, et au moment de la retraite, de partir en sucette. Puissent-elles soigner leur peur de la mort en rencontrant le Seigneur Jésus, qui seul ne déçoit jamais.
    Le divorce ne signe pas la libération de la femme. Pas plus que l’avortement.

  4. Je trouve que c’est beaucoup trop sévère!! : non que je nie l’immense dégat que nous avons fait (c’est malheureusement exact) mais nous avons beaucoup d’excuses et comme vous dites nous sommes “des enfants GATES “,’est à dire qu’il faut chercher dans les générations précédentes la cause du mal et arreter de nous mettre tout sur le dos …
    (Un soixante huit tard)

  5. Je ne trouve pas que ce discours (article ci-dessus) soit excessif. Si nous sommes choqués par cet article, c’est que nous n’avons pas l’habitude d’entendre parler ainsi. Serait-ce trop politiquement incorrect pour nos oreilles devenues infiniment délicates ?
    Du reste, l’important, ce n’est pas de se perdre en conjectures sur qui a fait quoi. L’important c’est l’état des lieux. Et comment redresser un peu la barre.

  6. @Henri
    Il n’y a pas de culpabilité collective; Ceux qui ont pris conscience de l’entreprise de démolition que constitue le Système UMPS et qui votent FN depuis le milieu des années quatre-vingt, n’ont aucune responsabilité dans le désastre en cours.

  7. @Henri. Non, vous n’avez pas beaucoup d’excuses, j’étais étudiant en 68 et j’ai vu sous mes yeux une génération de pretentieux stupides qui, en copiant lénine et ses sosies, se prenaient pour Dieu le père. Je n’étais sans doute pas aussi intelligent que vous, mais j’avais compris avant que l’histoire ne les jette aux orties que tous ces maitres en vice et barbarie constituaient une boussole qu’il fallait prendre à 179 degrés. Donc, ne vous cherchez pas de bouc emissaire chez vos parents, c’est un argument tellement facile auquel, je suis sur que vous ne croyez pas vous même. Car si vous vous êtes cru plus intelligent que les générations precedentes, il fallait au moins faire une tentative pour le prouver. Sans rancune, soyez assuré de mes prières.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services