Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La gendarmerie aura des représentants du personnel

G La gendarmerie va bientôt avoir ses représentants du personnel, en vertu d'un arrêté du 23 juillet publié le 18 août au journal officiel. Soumis au régime militaire, les gendarmes ne disposaient jusqu'à présent que de la liberté d'association. La réforme met en place une sorte de délégués de personnel à trois échelons de représentation : la compagnie ou l'escadron, le regroupement (souvent départemental) et la région de gendarmerie. L'idée étant que chacun des délégués élus à ces différents niveaux permette «à chaque militaire de participer à la prise des décisions relatives à la vie courante de son unité».

Au niveau de la compagnie ou de l'escadron, l'ensemble des gendarmes d'une unité (unités de la garde, escadron de gendarmerie mobile, compagnie départementale, GIGN….) éliront un président du personnel militaire et un vice-président, qui devra informer le commandement des «préoccupations d'ordre professionnel, social ou moral» des militaires. Aux deux niveaux supérieurs, des référents sont créés pour le regroupement et des conseillers concertation seront nommés pour la région de gendarmerie. Ils auront avant tout pour rôle de faciliter les relations avec le commandement.

Pour ses défenseurs, la réforme peut être vue comme un premier pas, découlant du rapprochement de la police et de gendarmerie rattachée au ministère de l'Intérieur depuis le 1 er janvier 2009.

Partager cet article

16 commentaires

  1. La gendarmerie va bientôt avoir ses représentants du personnel c’est à dire un logiciel capable de prédire les crimes …façon “Minority Report” de Steven Spielberg,
    http://fr.news.yahoo.com/55/20100827/tod-etats-unis-un-logiciel-capable-de-pr-17baed7.html

  2. Quelle différence avec les présidents de catégories qui existent déjà dans l’institution militaire depuis longtemps ?

  3. “Si cela continue, ils vont monter un syndicat !” dixit le colonel de gendarmerie de Saint-Tropez dans “Le gendarme et les gendarmettes”.
    Fufu, reviens, ils sont devenus fous !

  4. On y va les gendarmes … bientôt vous ne serez plus que des fonctionnaires ! Adieu le statut de militaire et de possiblement prendre une retraite à 15 ans de service .

  5. Je persiste : vouloir le beurre et l’argent du beurre (primes de “sujétion” inclusent dans le calcul de la retraite (20% en +)- contrairement à TOUS les autres militaires (merci Hernu) – une vie de fonctionnaire : dégagé à 18h00 , week-end complets contrairement à TOUS les autres militaires théoriquement de service 24/24 heures …)ne peut que vous conduire à la fonctionnarisation . Ca devait arriver tôt ou tard !

  6. Au oui , j’avais oublié : les gendarmes se sont mis en grêve il y a une dizaine d’années ! Si si , et c’est FORMELLEMENT interdit par le règlement pour des personnes ayant signé un contrat de militaire .
    Tôt ou tard , je vous dis …

  7. Oui, la destruction est en marche, par la sape.
    La Gendarmerie est mal vue ailleurs qu’en France, ce n’est pas une police, ce n’est pas une boite, ce sont des militaires, prêts à servir, toujours. L’union européenne incite nos gouvernements à une “normalisation” de ce corps d’élite, hérité d’un passé qu’il faut de plus en plus effacer des consciences.
    Comme si les chefs n’avaient jamais fait “remonter” au sujet du climat, de l’ambiance, du moral des hommes.
    Un chef d’escadron et à fortiori ses adjoints sont bien au contact et du gendarme et du terrain, et ce, quel que soit le sytle de commandement…
    Adieu grandeur et servitude?

  8. “Quelle différence avec les présidents de catégories qui existent déjà dans l’institution militaire depuis longtemps ?”
    Tout simplement et de taille c’est que les représentants des catégories de personnels (apparus sous l’ère Mitterrand) étaient désignés par le commandement et non pas élus. Même si dans les faits et avec l’évolution des mentalités, ils apparaissaient comme des “syndicalistes” pour des fidèles à une certaine idée de l’armée et de sa spécificité qui justement pour rester une armée doit ne pas s’approcher de près ou de loin à la représentativité tombant vite dans la poursuite de revendications catégorielles, ce qui ne devrait pas avoir lieu si le gouvernement savait récompenser et encourager à leur juste valeur la gendarmerie au vrai service du pays et pas des idéologies.
    C’est assez significatif de voir que dans certains pays de l’est de l’Europe, il a été recréée une gendarmerie militaire et qu’en France on fait désormais l’inverse.
    On peut craindre le pire de ce genre de décision que ne fait que me conforter dans l’idée qu’on est bien dans une logique de destruction du pays, de sa souveraineté, de ses capacités de défense.

  9. jean bidel s’exprime sur un sujet qu’il ne maitrise pas.
    Prime de sujetion : c’est le nom administratif de la prime de risque. Elle est perçue en france par le policiers (nationaux et municipaux), gendarmes et douaniers. Les militaires ne la perçoivent pas.
    Vie de fonctionnaire : mr bidel se moque du monde. Il ne connaît visiblement pas le régime de travail des gendarmes. Et pour son info, les fonctionnaires des forces citées plus haut sont TOUS mobilisables H24 en cas de besoins.
    Fonctionnarisation : KESAKO ? Je m’interroge sur l’utilisation à tort et à travers d’un terme que personne n’explique jamais.
    Sur le fond du problème : l’évolution des mentalités et de la société implique nécessairement une modification des méthodes de commandement et des formes de représentativité du personnel. C’est ainsi et ramer à contre-courant serait idiot. Il vaut mieux chercher un mode de représentativité équitable que vouloir maintenir un système archaïque qui mènerait la gendarmerie (et demain l’armée) à sa perte.
    Je suis toujours étonné par les réactions épidermiques d’une partie de notre famille de pensée dès que l’on parle représentativité et syndicats, oubliant que nous fûmes avant tout une droite sociale, et que sans les syndicats, quelques soient leurs defauts et leur politisation, nous serions toujours aux conditions de travail du 19e siècle. CQFD

  10. J’ai déjà eu l’occasion de le dire ici. La destruction de la Gendarmerie a commencé en 1989. Qui peut croire qu’à cette époque des militaires non syndiqués, non associés, non regroupés sous quelques formes que ce soit, sans moyen de communiquer (le réseau transmission n’a pas servi à cela)…, aient eu la même idée d’adresser des lettres anonymes en nombre suffisant pour qu’elles soient relayées par les merdias. Je suis personnellement convaincu que cette opération avait été montée de toute pièce par le gouvernement (Intérieur, Défense peu importe) avec la complicité des journeaux et de la télévision. Qu’ensuite, des gendarmes naïfs, aient mordu à l’hameçon, ça c’est certain. Et depuis, régulièrement même si cela n’était pas visible pour le “public”, tout a été fait pour que le Gendarmes se “policisent”. Le sort de la Gendarmerie est scellé car l’Europe ne veut pas de polices militaires. M. Sarkozy ne fait que donner le coup de grâce car il n’a que faire des 800 ans d’histoire des Sergents d’Armes, de la Maréchaussée et de la Gendarmerie Nationale. D’ailleurs n’avait-il pas dit un jour à P. de Villiers : “Toi la France tu l’aimes, moi je n’ai pas le temps”. Alors vous pensez … les Gendarmes … !
    Elle va garder son nom encore quelque temps, puis les Gendarmes seront définitivement alignés sur la Police puis elle disparaitra au bénéfice des polices municipales et de la police nationale.
    STOP ET FIN…

  11. “Nous avons été trahis par nos officiers” : c’est ce que m’a dit il y a environ six ans, alors que j’étais aumônier militaire, un sous-officier supérieur de la gendarmerie.
    Si cette réforme permet aux intéressés de se faire entendre afin qu’en définitive les officiers se solidarisent avec ceux qui en ont assez de se faire ridiculiser par les juges pourris, alors je me réjouirai.
    Abbé Bernard Pellabeuf

  12. Rédigé par : aramis | 30 août 2010 12:56:53
    Monsieur : je n’ai pas de leçon à recevoir de vous ; vous avez choisi de semer le doute sur mes commentaires , pourquoi et pour qui ? Là est la question . (quoique le pseudo choisi ne laisse aucun doute)
    Apprenez que j’ai une carrière militaire derrière moi , je ne fais donc pas l’amalgame entre années de service et annuités ; mon beau-père était également adjudant-chef dans la gendarmerie , chef de brigade (avant le grade de major en 1980 , vous savez …).
    Je n’ignore pas non plus que la hiérarchie ne souhaite pas divulguer cette “faveur” faites aux gendarmes prenant leur retraite (merci Mr Hernu fils de gendarme)cumul de la prime de sujétion (risques si vous préférez) avec la solde de base pour le calcul de la retraite .
    J’imagine que le marsouin qui va au casse-pipes en Afghanistan tout comme le sous-marinier qui part pour 70 jours en patrouille prennent eux aussi des risques .
    Ce que je veux dire c’est que si le militaire gendarme bénéficie de ce cumul pourquoi pas les autres ?
    La grève des gendarmes a été bien réelle , Jospin a manqué de fermeté pour un manquement aussi gravissime au devoir de militaires , il faut dire que les élections étaient proches . Sachez que l’écho ressenti dans la communauté militaire a été défavorable vis à vis de la gendarmerie .

  13. on atteint le grandiose dans l’analyse à deux balles, une fois de plus. Yann H ignore visiblement que les mouvements de grogne des gendarmes ont tous eu comme support l’association des retraités de la gendarmerie qui se fait la voix de l’ensemble du personnel. Nul complot derrière tout cela (belle manie de notre famille de pensée, là aussi….
    De plus, il n’y a, contrairement à une légende persistante, aucune disposition européenne ne prévoit la fin des forces de gendarmerie à statut militaire. Dans les autres pays européens, il n’en nullement question également (carabiniers en italie, guardia civil en espagne, hollande, autriche….

  14. un tantinet parano, mr bidel….
    et continue a dire n’importe quoi : où est le “scandale” de voir la prime de risque (que ne touche pas les militaires) compter dans le calcul de la retraite ????? Que je sache les campagnes comptent bien dans le calcul de la retraite des militaires, non ?
    Quant à la jalousie des militaires, c’est leur problème. Leur incapacité à défendre leurs intérêts expliquent parfaitement leur rancoeur à l’égard des gendarmes. Ils n’ont qu’à s’en prendre à eux-même.
    Rancoeur et aigreur que vous semblez faire vôtre….Votre vision de la gendarmerie est archaïque. Avec des gens comme vous, on en serait encore aux revues du commandant de brigade dans les logements de ses gendarmes pour en vérifier la tenue !

  15. Rédigé par : aramis | 30 août 2010 21:44:33
    Nous sommes bien d’accord , la gendarmerie d’aujourd’hui a perdu l’esprit militaire .
    Comme je le disais : le beurre et l’argent du beurre ; vouloir vivre bougeoisement en conservant le statut intéressant de militaire ; émarger aux primes des fonctionnaires sans être contraints d’attendre la retraite après 50 ans …
    Effectivement mon beau-père qui avait commencé sa carrière en Indochine (comme gendarme , si si) fait figure de dinosaure .
    Seulement la corde sur laquelle tire la force gendarmesque est peut-être un élastique : pensez y !

  16. a part des propos bateaux et des formules à l’emporte-pièce, votre commentaire est d’une rare indigence

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services