Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

La France, larbin de l’Europe

Cet événement est un des pires que l'on ait connus concernant l'ingérence des instances européennes dans la vie nationale. Oyez bonnes gens cette terrible histoire de ceux qui nous gouvernent et qui ne débourseront pas un euro :

  • La commission européenne estime (sic) que des aides versées par l'Etat français à ses propres agriculteurs entre 1992 et 2002 ont fait concurrence à l'UE. Cette aide publique de 330 millions d'euros était forcément légale en France, mais l'UE s'en fiche.

  • Cette même commission demande que la France récupère ces aides auprès des agriculteurs, qui n'ont pas demandé ces aides…

  • Le Gouvernement va quand même s'éxecuter de peur. De la bouche de notre ministre de l'Agriculture, qui ne défend ni la France, ni ses agriculteurs administrés (pourquoi est-il donc ministre?) et qui rampe, lâche et soumis, aux pieds de la déesse européene :

"Il est certain que nous devrons engager une procédure de remboursements auprès des producteurs (…) Je ne veux pas exposer la France à une condamnation qui l'obligerait à rembourser une somme plus conséquente dans cinq ou dix ans".

La France est réduite à l'état de pantin, conduite par un Etat de larbins. Pourtant, j'entends encore la voix de mon grand-père quand il chantait :

"Tu n'étais pas un prolétaire, libre artisan des métiers de jadis. 
A l'atelier comme à la terre, le Roi seul fort protégeait les petits.
Abandonné, l'ouvrier peine, esclave hier, forçat demain.
Entre les dictateurs de haine et ceux du capital sans frein."

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

16 commentaires

  1. Tant que la France combattra Dieu, sa ruine grandira. Prions Notre Seigneur qu’il nous accorde la grâce de la conversion.

  2. Il est certain que les peuples de France doivent se soumettre à Dieu et à Ses lois. A toutes Ses lois, à commencer par les lois naturelles de la politique…
    http://www.viveleroy.fr/article8.html

  3. L’affaire est peut-être plus complexe qu’il n’y paraît. Plutôt que d’être placée sous la tutelle de Bruxelles, la France entretient un rapport d’interdépendance avec vingt-six États, par l’entremise de l’UE censée arbitrer la partie qui se joue en commun. En refusant d’obtempérer, nous n’aurions rien à craindre de Bruxelles, mais nos partenaires ne seraient alors plus tenus de respecter leurs propres engagements. Or ceux-ci nous profitent parfois, reste à faire le calcul coûts/bénéfices…

  4. @ Grégoire. “… reste à faire le calcul coûts/bénéfices …” Il y a longtemps que ce calcul est fait et que le solde est en notre défaveur. 34%, soit 6,6 milliards d’euros par an. Mais il n’y a pas que cela. L’europe de Bruxelles a provoqué pour les Etats des charges induites de tous ordres qui ont des conséquences financières énormes. Au total l’Europe nous coûte chaque année entre 100 et 140 milliards par an. Imaginez ce que l’on pourrait faire avec cet argent. Nous n’avons besoin de personne. La Norvège n’est pas dans l’Europe et elle vit très bien. Ce n’est pas l’Europe qui subventionne la France, mais c’est la France qui subventionne l’Europe. Seulement voilà, soit volontairement, soit en s’abstenant (c’est pareil), les Français ont majoritairement choisi l’Europe que nous avons. On récolte ce que l’on sème …. lors des élections.

  5. Mais quelle est donc cette chanson?
    [La Royale : http://www.vexilla-regis.com/textevr/chansons.rtf ]

  6. “Elle est Babel ,ma politique …?

  7. Selon le Figaro, la note pourrait s’élever à 500 M € (avec les intérêts – visiblement pas ceux du livret A- ).
    Après les usines qui ferment, ce sera le tour des exploitations agricoles, et les friches naturelles cotoieront les friches industrielles.
    http://fr.news.yahoo.com/80/20090803/tbs-des-millions-d-euros-rclams-aux-agri-3213331.html

  8. Ne nous étonnons pas. Les Français ont renoncé à leur fierté nationale depuis le traité de Masstricht, ne l’oublions pas!
    On nous rebat les oreilles avec les atteintes aux agriculteurs, aux services publics etc… mais tout n’était-il pas prévu dès ce texte funeste?
    Sans doute les Français ont-ils été trompés par les hommes politiques mais ils sont aussi bien veaux…

  9. Je vous recommande d’aller observer les commentaires des articles autant sur le figaro http://www.lefigaro.fr/economie/2009/08/03/04001-20090803ARTFIG00158-500-millions-d-euros-reclames-aux-agriculteurs-francais-.php
    que sur le nouvel obs http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20090803.OBS6273/les_agriculteurs_devraient_500_millions_deuros_a_bruxel.html
    J’ai été ravi de voir que beaucoup s’interrogent sur le bien-fondé d’une telle Europe qui ne nous protège de rien!

  10. à Lahire,
    le scandale ne serait-il pas davantage constitué par le fait que certains politiques se seraient crus autorisés à acheter les voix et la docilité de certains “représentants” des agriculteurs en leur fourguant, excusez-moi du terme , un plantureux cumul illicite de subventions aux frais du contribuable, et pas toujours au profit des plus nécessiteux comme la transparence récente a pu l’authentifier.
    Si un tel ajustement devait constituer un geste d’authentique rupture d’avec la “chiraquie au cul des vaches”, il n’est pas prouvé qu’il ne serait pas pour une fois , tout à fait raisonnable.
    D’autant que l’on peut se demander à quel point cette subventionnite systématique à l’égard de certains agriculteurs, plutôt que d’autres, était également bien juste à l’égard d’autres créateurs de richesse, artisans, commerçants, ou PME sacrifiés de bien des façons et auxquels des innocents de la fonction ou de la chose publique ( ce qui dans le système est sensiblement équivalent) tentent aujourd’hui de leur imposer sans vergogne de les “sauver” par le STO du dimanche.

  11. Il ne devrait jamais y avoir de subventions, mais pas d’impôts écrasants non plus ni de quotas.
    Les agriculteurs ont besoin de liberté. Ils sont assez grands pour connaître le marché et savoir quoi cultiver.
    Les subventions les rendent esclaves et stupides. Quant à ce remboursement, il devrait être passé par pertes et profits. Qu fait, qui a commis l’erreur ?

  12. Il n’est pas certain que le Ministre de l’Agriculture aie bien pris conscience de l’importance de cette affaire, au niveau des symboles (un lecteur du Figaro cite les nombreux pays – souvent lointains, vive le Grenelle de l’environnement- de provenance des fruits et légumes qu’il peut acheter au supermarché et conclut que nos producteurs sont bel et bien conccurencés).
    http://www.lepost.fr/article/2009/08/03/1644673_les-agriculteurs-ne-doivent-pas-payer-les-manquements-du-gouvernement.html

  13. @ Lahire
    C’est l’Etat français plus que l’Europe qui a été fautif : on a distribué de l’argent public en subventions pour ”calmer” les agriculteurs, dont le revenu baisse dramatiquement.
    Que le ”grand capital” lié au secteur de la grande distribution profite de cette situation de baisse des marges des producteurs pour gonfler ses propres marges est une évidence. Mais en terme d’analyse de la décision, c’est bien l’Etat français tout puissant et au service de groupes de pression, qui a dépensé indument cet argent, le nôtre.
    La vraie question n’est pas tant celle du ”grand capital”, mais celle de l’Etat jacobin socialisant et redistributeur, incontrôlé et incontrôlable, qui a enlevé leur libertés économiques aux producteurs, pour les donner à des groupes financiers et à la grande distribution : sans cette intervention étatique confiscatrice des libertés (crédit et prix), ces grands groupes et entreprises auraient été dans l’incapacité d’effectuer cette prise de pouvoir économique.
    L’Europe crée des règles utopiques, mais leur principe est le même que celui de l’Etat français, lequel s’en accomode fort bien : le socialisme redistributeur.

  14. @ Yann H : L’intérêt réel ou supposé de l’UE ne se mesure pas à la hauteur des espèces sonnantes et trébuchante naviguant entre Paris et Bruxelles. C’est l’intérêt du marché unique qu’il faut évaluer ; c’est l’ampleur des débouchés ouverts à nos entreprises en échange du sacrifice que nous consentons en renonçant à les subventionner ; c’est le poids qui nous est conféré dans les négociations de l’OMC ; c’est la possibilité qui nous est offerte de faire plier Microsoft ; etc. Autant de questions qui n’intéressent pas les idéologues europhobes, trop préoccupés par le formalisme souverainiste au détriment de la puissance effective. Cela dit, je récuse également l’européisme !

  15. @ Grégoire : que voilà de belles sentances de mirliton !!!

  16. Il parait que la note serait de 700 M €; elle a donc doublé depuis que cette affaire a été rendue publique.C’est dire le sérieux de tout ceci.
    Et comme le dit Présent, comment faire rembourser les producteurs de fruits et légumes qui ont vendu leur exploitation, pris leur retraite, ou sont tout simplement incapables de rembourser !
    Un autre dossier se profile d’après le Figaro, les aides de 2002 aux pécheurs.
    Je pense que si on commençait par faire des économies sur le budget des députés et des fonctionnaires de Bruxelles, personne ne s’en plaindrait.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!