Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France / France : Laïcité à la française

La France, entre laïcisme et prosélytisme musulman

Extraits parus dans Présent de la préface de Jean-Pierre Maugendre au dernier livre de Rémi Fontaine Ni laïques ni musulmans :

"Face à la montée du communautarisme musulman, la laïcité est présentée comme la dernière chance et l’ultime formule qui permette à des populations devenues au fil du temps diverses ethniquement, culturellement, religieusement, de vivre ensemble dans la paix et le respect mutuels. […] Si nous revenons au cas bien précis de la France, qui menace le plus notre identité française et catholique ? Les quelques millions de musulmans ghettoïsés et exclus des centres de décision ou les milliers de maçons avec ou sans tablier qui tiennent l’appareil d’Etat (gouvernement, justice, parlement, police, syndicats…) ; dirigent les médias, vecteurs privilégiés de l’apologie de la culture de mort avec son cortège d’avortements, de criminels sexuels, de manipulations génétiques, d’embryons congelés ; ont organisé sciemment la venue sur notre sol de millions d‘étrangers inassimilés car inassimilables ?

Nous n’avons vocation à être ni les supplétifs électoraux des uns par conformisme béat, ni les complices objectifs des autres par œcuménisme dévoyé ou humanitarisme larmoyant. Le débat sur l’interdiction du port de la burqa est le type même de débat mal posé, car reposant sur de faux principes, dont les dommages collatéraux peuvent se retourner contre nous. Laisser à un comité Théodule, à une commission-bidon ou à une assemblée décider de ce qui est conforme à la dignité de la femme dans le domaine vestimentaire relève, dans le contexte actuel, d’une parfaite hypocrisie doublée d’une imposture. Ne pas voir le visage d’une femme ne serait pas conforme à sa dignité, en revanche, et les musulmans ne se sont pas privés de le rappeler, l’exposer nue au regard de tous, comme chacun peut en faire l’expérience dans n’importe quel kiosque de gare ou campagne de publicité, serait respectueux de sa dignité ! De qui se moque-t-on ? […]

Entre le constructivisme et l’arbitraire laïques d’une part, l’obscurantisme musulman qui fait de la femme une éternelle enfant soumise d’abord à l’autorité de son père puis à celle de son mari, réduite à une occasion de péché et/ou un instrument de plaisir et de génération, seul le réalisme chrétien trace une juste ligne car seul il connaît la vérité sur l’homme. Cette vérité s’est incarnée, pour nous, dans une tradition nationale bien particulière. C’est au nom de la fidélité à cette tradition nationale que nous refusons tout ce qui peut amener à pérenniser et à ancrer une présence musulmane substantielle dans notre pays. La réalité est que l’islam n’est soluble ni dans la République ni dans la laïcité et qu’il est encore moins conciliable avec ce qui constitue l‘âme de la France : un héritage gréco-latin transcendé par le christianisme. […]

Rémi Fontaine ne se contente pas de pleurer sur les malheurs des temps, il nous livre également d’utiles pistes de discernement pour en sortir. Elles pourraient se résumer à une réappropriation par le catholicisme de son identité dans le cadre ce que l’auteur a appelé «un sain et légitime communautarisme»."

Partager cet article

8 commentaires

  1. Je n’ai pas lu le livre de Rémy Fontaine. Donc n’en connait pas le contenu.
    Le mot communautarisme m’effraie qq peu concernant le catholicisme en France : car si nous devions ne plus être qu’une communauté parmi d’autres au sein de ”l’espace français” (je ne sais plus dans ce cas en effet si le mot France s’y appliquerait encore), cela conduira à la renonciation de toute revendication des racines chrétiennes de l’Europe et de la France.
    Le communautarisme pourrait n’être alors que l’acceptation intériosée et définitive de la marginalisation du catholicisme en France. Et l’abandon de l’idée possible d’une royauté sociale du Christ.
    A moins que le communautarisme catholique ne soit qu’un pis aller : on fait tout entre soi -”les cathos”- pour suivivre, un peu comme le font les juifs loubavitchs dans le XIX et le XX ème arrondissement, ou au sein de l’Etat d’Israël, fondé sur une idéologie laïque et socialiste, très proche de l’esprit jacobin III ème république.
    Nous serions alors les ”intégristes” de la sociétés française, vivant à côté d’autres ”intégristes”, avec nos écoles, nos librairies, puis nos quartiers, nos maisons de retraite, etc…… . Bref un ghetto catho ?

  2. Remi Fontaine a entièrement raison et j’ adhère à 100/100 à son analyse.
    Mais la question reste entière et sans réponse : Avons nous le choix ?…. Les musulmans peuvent franchir la frontière qui nous sépare et devenir chrétien. Nous avons les mêmes fondements et les mêmes bases. Cela se passe de plus en plus tant en France qu’ au Maghreb..
    Mais un Franc-Mac est par essence même l’ ennemi du catholicisme et il est prêt à ce titre à s’ allier avec tout ce qui pourra combattre notre Eglise. Les plus proches collaborateurs des Baptistes, Mormons et autres sectes protestantes aux USA sont toutes soutenues par les FM.

  3. @ PG
    Mais !.. Ce ghetto catho français existe déjà. Il y a encore peu les catholiques français désireux de suivre une messe tridentine étaient obligé de se réfugier dans des bergeries comme les premiers chrétiens de Rome utilisaient les catacombes !…
    Aucun diocèse de France, avant l’ avènement de Benoît XVI, n’ acceptait aux fraternités désireuses de célébrer la Messe originelle,d’ utiliser des églises..
    Je ne fréquentais plus ces églises où était diffusé des chansons profanes à la guitare par des curés progressistes et où chacun se serrait la pince pendant que le prêtre officiait devant nous tel un politicien ou un polichinelle et non comme un berger présentant son troupeau au Christ !..
    Oui, nous sommes dans un ghetto. Et alors ?
    Prenons notre courage à deux mains et confortons ce ghetto.
    Combien de catholiques ou prétendus tel fréquentent les églises le jour du Seigneur ?.. 3% ?.. 4% ?.. 5% ?… Allons, soyons généreux. 6% ?..
    Vous avez la réponse là, mon cher ami.

  4. Désolé, Chris du Fier, mais nous n’avons pas du tout les “mêmes fondements et les mêmes bases” que les musulman… Le mythe des “religions du livre” est une musulmanerie débile (ou est-ce une débilité musulmane…). Il y a entre les Évangiles et le coran moins de proximité qu’entre les Évangiles et “L’art de la guerre”. OK, le coran parle d’un Jésus et d’une Marie… mais d’une façon tellement non-chrétienne que ce ne sont que des noms, sans aucun rapport avec le Fils de Dieu et Sa mère…
    Je pense même qu’il y a une proximité infiniment plus grande entre la franc-maçonnerie et le Catholicisme qu’entre ce dernier et l’islam. Et c’est ce qui rend la franc-maçonnerie dangereuse. C’est un Chrisitianisme qui a oublié Dieu et mis l’homme à la place… Comme certain “Cathos modernes et tolérants” ou certains “protestants cools” le font aussi.

  5. Islam go home!

  6. la laïcité, rempart fantôme à l’islamisme. Tiens, tiens, voilà un article que devrait méditer Marine LE PEN…

  7. Convertir les musulmans:vaste programme,mais c’est la seule solution!Cette société du blasphème,du crime ,de l’obscénité et du fric les dégoûte:nous aussi!Ceux d’entre eux qui cherchent la vérité découvriront le visage du Christ (c’est le cas d’un certain nombre déjà),et ceux là seront les missionnaires les plus efficaces.Mais la tâche sera rude!

  8. @ Chris du Fier
    Certes, nous catholiques attachés à la liturgie romaine et particulièrement celle du rite de 1962, sommes marginalisés bvoire ghettoisés au sein de l’institution ecclésiale française, encore que de moins en moins depuis l’élection de Benoit XVI.
    mais faut-il, au nom du ”communautarisme catholique” revendiquer le ghetto au sein de la société elle-même ?
    C’est la ”tentation de la sacristie et du pélerinage” que je ressens autour de moi chez beaucoup de cathos tradis depuis qq années : on peut tout faire entre soi sur ce qui touche à la religion transformée en espace privé (ce qui réalise au mieux le voeu des promoteurs de la loi de 1905), pourquoi alors s’intéresser aux autres, puisque nous sommes les meilleurs ?
    Là était simplement ma question, ceci sans préjuger du contenu du livre de Rémy FONTAINE, qu’encore une fois je n’ai pas lu.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services