Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La fête de la musique selon Macron qui ne connaît en effet ni art ni culture française

et encore moins classe et panache.

Partager cet article

27 commentaires

  1. Lui, c’est le président anormal

  2. Vision de cauchemar, sur fond d’orchidées.
    Voilà la France, les visions de Jean Raspail, Jean-Marie Le Pen ou Houellebecq se réalisent.

  3. Le gars qui fait le V de la victoire est explicite…il a peut être fait le doigt aussi!
    Plutôt changer de trottoir que de rencontrer Macron…

  4. Affligeant !
    Et on veut nous faire croire que Macron a une haute idée de la fonction présidentielle.
    Qu’en pense Sylvain Fort, conseiller du Président, chargé de la mémoire et des discours ?

  5. “La fête …. selon Macron”
    Un Rat revenant de la Ville,
    Rencontra un compère en campagne,
    « L’ami salut », lui fit le résident des champs,
    « bien prospère paraît ta cantinière »
    Le regard bleu du rongeur citadin
    lécha coquinement le museau de son congénère.
    « Ma foi,
    j’arrive de Paris, où la table bien mise ,
    au coin de chaque rue, s’étale l’abondance.
    Le soir venu, elles grouillent de nos amis,
    qui de tous les horizons, au son des accordéons,
    se baffrent à rendre gorge, de l’opulence républicaine.
    La surprise du soir !
    introduit par l’égout, j’ai pu par chance
    faire bombance au Palais de l’Élysée où le sieur du lieu
    battait fête et musique tel un pacha au milieu d’un harem.
    Lumière arc-en-ciel, de bas en haut, ou mâle et femelles
    sans distinction, bruitaient fortement.
    A l’abri des boiseries,
    je lorgnais sur couverts d’argent et porcelaine de Limoges,
    les délices :fromages  emmental, comté, gouda..
    les fraicheurs : tomates et concombres, pommes et carottes.
    Un vrai régal !
    Le mot « Macron » flottait de bouches en bouches,
    les mâles se dandinaient, les femelles gloussaient,
    telle une volaillerie étalée sur les fauteuils, les regards
    d’un commun accord, fixaient le centre des sujets,
    celui qui grand sourire, ils susurraient « Manu».
    La panse bien remplit, traversant un couloir nu,
    une volée de bambins surgit en direction du parc,
    je m’éclipsais vers l’égout, laissant « Manu » et ses sujets
    à leurs festives libations. 
    Mais sais-tu la nouvelle, mon bon compagnon ? »
    La rat campagnol alléché par ce tableau d’une table garnie
    vint à roter.
    « Paris à bien changer, le changement climatique nous joue des tours,
    les mâles et femelles de ces lieux sont de couleur noir aujourd’hui »

  6. maintenant on peut dire sans risque, ils sont chez eux chez nous!
    Macron est perdu, ils n’ont même pas oser mettre un petit blanc!
    nous sommes la France oubliée!

  7. Ce président n’a pas plus de dignité que ses deux prédécesseurs immédiats, surtout le dernier dont il est bien le fils spirituel : prendre le palais de l’Elysée pour une boîte de nuit branchouille LGBT, il n’y a qu’un type de gauche pour le faire. Indigne personnage !

  8. La vulgarité en marche ! quelle décadence !!!!!
    Le tout payé par l’immonde mâle blanc hétéro qui a un vrai travail et qui paye ses impôts.
    la décadence

  9. Que se serait-il passé si, lorsque Macron dit au gosse de passer son diplôme, ce dernier lui avait demandé : “Avec ma prof de théâtre ?” ?
    Le gosse lui avait présenté ses excuses, Macron a tenu à l’humilier pour se vendre. Pas pour défendre la fonction comme les photos d’hier le prouvent.

  10. Le vice est au pouvoir, et Macron joue les indignés à propos des rumeurs concernant ses liens avec Gallet.

  11. Pardon, mais je vais dire quatre mots : “à gerber ce mec”!!

  12. L’Élysée en pleine TRANSformation, avec le duo Macron Trogneux.

  13. @ Stephe : Quand on cite une personne portant un nom aussi courant que GALLET, il serait souhaitable de préciser le prénom afin de ne pas porter tort à tous les porteurs de ce patronyme.

  14. Wahou… quand même !
    C’est quoi leur idée de la France et de l’Afrique ?

  15. Manque plus que le garde du corps de Macron + Jawad et la “Fête de la Trahison” est au grand complet…

  16. @Libera
    Ici chacun connaît l’actualité et il n’est pas nécessaire de citer plus Emmanuel que Mathieu qui ne sont pas de mes relations. Enfin, même en ajoutant les prénoms cela n’evitera pas les homonymies.

  17. Il y a un demi-siècle, pour caractériser ce genre de “musiques” et “danses” dites modernes – lesquelles semblent appréciées de Macron 1er – un auteur dénonçait ce qu’il appelait “un trémoussement hideux de singes et de singesses hystériques”, ce n’était que l’académicien Henri de Montherlant.
    Je ne résiste pas à citer encore ce grand dramaturge, en une citation qui n’est pas si éloignée de notre sujet : ” Autrefois on recherchait l’or, par ce que l’or donnait le pouvoir, et qu’avec le pouvoir on faisait de grandes choses; maintenant on recherche le pouvoir, parce que le pouvoir donne l’or, et qu’avec l’or on fait de petites choses. ”

  18. Tiens, c’est rigolo, voyez comme le sourire de notre président ressemble à celui-ci :😀
    Frappant de naturel, n’est-il pas ?

  19. Descendre aussi bas…insulter ainsi notre nation, se rouler dans la bassesse la plus abjecte…oui j’en envie de fuir mon pays !

  20. “Rome unique objet de mon ressentiment”…

  21. “Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es”.
    Il faut croire que “monsieur le président” a bien des choses en commun avec tous ces gens qu’il a invités à l’Elysée.
    Grandeur et décadence de la fonction présidentielle et de la France.

  22. Un professeur marxiste de l’université Paris VII, le sociologue André Duvignaud, en s’en félicitant notait: ” L’apparition des rythmes africains dans le monde blanc a probablement changé davantage la vie psychique de notre civilisation que le progrès technique lui-même […] (au bout de trois générations) comment la conscience elle-même ne serait-elle pas modifiée ? ”
    (Fêtes et civilisations, 1973)

  23. A bas la ripoublique. Vive le roi !

  24. C’est pour Dolce&gabana,vont filer des fringues de djeuns à la mamie en remerciement.

  25. J’en étais sûr.
    J’en ai tant entendu ânonner qu’il mettait de la verticalité, qu’il habitait la fonction et tant de dévotion pour ce personnage qui vient de montrer son visage à ceux qui ne veulent pas voir.
    Grotesque. Pitoyable. Vulgaire.
    Ignoble.
    Et c’est la France qui est souillée.

  26. Quand j’ai écrit mon précédent commentaire, j’ignorais tout des paroles de ce que chantait le groupe de disgrâciés invité à l’Elysée.
    La décence m’interdit de les reproduire ici mais j’invite les amis de Salon Beige à en prendre partiellement connaissance sur un article de Boulevard Voltaire paru aujourd’hui. C’est à gerber ! Et quand je vois notre “Monsieur le Président”, notre chef des armées entouré par cette bande de dégénérés je ne puis m’empêcher de penser que le dicton populaire est toujours juste : qui se ressemble s’assemble !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.