Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Famille

La famille est reconnue comme un élément fondamental dans plus d’une centaine de constitutions nationales

La famille est reconnue comme un élément fondamental dans plus d’une centaine de constitutions nationales

L’Organisation Internationale pour la Famille a fourni la déclaration suivante, cosignée par des organisations du monde entier, aux ambassadeurs des Nations Unies pour commémorer la Journée Internationale des Familles le 15 mai :

La célébration de la Journée Internationale des Familles 2021, alors que la pandémie mondiale continue de faire des ravages nous rappelle l’avertissement de l’ambassadeur Michael Novak concernant une menace potentiellement plus inquiétante : “Tout au long de l’histoire, les nations ont été capables de survivre à de multitude de catastrophes – invasions, famines, tremblements de terre, épidémies, dépressions – mais elles n’ont jamais été capables de survivre à la désintégration de la famille”.

L’ambassadeur Novak a ensuite expliqué pourquoi la désintégration de la famille serait si désastreuse : parce que “les rôles d’un père et d’une mère, et des enfants par rapport à eux, constituent le centre absolument critique de la force sociale.” Ou, comme exprimé dans la déclaration du Vatican Charte des Droits de la Famille, “la famille est fondée sur le mariage, cette union intime de la vie dans la complémentarité entre un homme et une femme” et, en tant que “société naturelle, elle existe avant l’État ou toute autre communauté, et possède des droits inhérents et inaliénables”.

Cette vérité intemporelle sur la famille est aussi ancienne que la race humaine, comme l’atteste le premier chapitre de la Genèse : “Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa ; homme et femme il les créa. Et Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, et remplissez la terre.” La bénédiction divine sur l’union conjugale de l’homme et de la femme s’étend au-delà d’eux, car une telle famille, dit le pape François, crée l’environnement optimal “pour la croissance et le développement émotionnel de l’enfant” et aboutit à “un bien unique, naturel, fondamental et beau pour les personnes, les familles, les communautés et les sociétés.”

Il n’est pas étonnant que l’historien Will Durant ait salué Confucius comme le plus grand penseur du monde pour son intuition selon laquelle le monde ne pouvait être mis “en ordre” sans mettre d’abord en ordre la famille. Il n’est pas étonnant que lorsque les sages rédacteurs de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme cherchaient à mettre de l’ordre dans le monde après la guerre la plus dévastatrice de l’histoire, ils ont reconnu le rôle fondateur et indispensable de la famille, seule unité de groupe possédant des droits humains : “La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’État.” Il n’est pas étonnant que la famille soit également reconnue comme un élément fondamental dans plus d’une centaine de constitutions nationales, dont certaines reprennent le langage de la Déclaration Universelle tandis que d’autres utilisent des descriptions de la famille telles que :

  • “la base de la société” (Bahreïn)
  • “la base fondamentale de la société” (El Salvador)
  • “l’élément fondamental et la base de toute société” (Cap-Vert)
  • “le noyau de la société” (Qatar)
  • “le noyau fondamental de la société” (Chili, Bolivie, Nicaragua)
  • “le noyau de base de l’organisation sociale” (Angola)
  • “l’institution de base de la société” (Colombie)
  • “la structure de base de la société” (Tunisie)
  • “l’unité primaire de la société” (Ouzbékistan)
  • “la genèse primaire et fondamentale des valeurs spirituelles et morales de la société et de l’État” (Guatemala)
  • “l’unité fondamentale de la société et le principal centre de croissance et d’édification de [the] l’être humain” (Iran)
  • “l’élément naturel et fondamental de la société” (Seychelles)
  • “le constituant naturel et fondamental de la société” (Moldavie)
  • “le groupe d’unité naturell primaire et fondamentale de la société, et une institution morale possédant des droits inaliénables et imprescriptibles, antécédents et supérieurs à toute loi positive” (Irlande)
  • “le pilier fondamental de la société” (Afghanistan)
  • “la pierre angulaire de la préservation et du progrès de la Nation” (Grèce)
  • “le fondement naturel de la société humaine” (Cameroun)
  • “le fondement naturel et moral de la communauté humaine” (Niger)
  • “le fondement de la société”, basé sur “l’union stable d’un homme et d’une femme” (Paraguay)
  • “le fondement de la société”, basé sur “l’institution du mariage entre un homme et une femme” (République Dominicaine)
  • “la base de la survie de la nation”, fondée sur “l’institution du mariage comme l’union d’un homme et d’une femme” (Hongrie)

Il n’est pas étonnant non plus que, comme l’a averti l’ambassadeur Novak il y a près de cinquante ans, la désintégration de la famille soit synonyme de désastre. Son avertissement n’a jamais été aussi opportun, car une telle catastrophe nous regarde maintenant en face. “Le mariage et la famille sont en crise”, a déclaré le pape François. “Cette révolution des mœurs et de la morale a souvent brandi le drapeau de la liberté, mais en fait elle a apporté la dévastation spirituelle et matérielle à d’innombrables êtres humains.”

Ou, selon les termes de la sociologue Gabriele Kuby, il s’agit de la “destruction de la liberté au nom de la liberté”, le “bien étant appelé mal et le mal étant appelé bien”, le tout faisant partie d’une “révolution sexuelle mondiale” qui “concerne tout le monde, hommes et femmes, jeunes et vieux, notre existence personnelle et l’avenir de la société” et “atteint chaque foyer et chaque cœur. Il n’y a pas de territoire neutre auquel nous puissions échapper”, car elle “augmente d’un jour à l’autre sa vitesse et la férocité de son attaque contre les libertés démocratiques.” Utilisant “l’art du discours trompeur”, la révolution se présente sous la bannière des “droits” et prétend lutter contre la “discrimination”, tout en lançant en réalité une campagne éclair de discrimination contre les droits de l’unité de groupe naturelle et fondamentale de la société, la famille.

Il s’agit de l’ultime trahison des principes fondateurs des Nations Unies, qui sont elles-mêmes devenues la proie ” d’individus et d’ONG influents qui poussent à l’action “. [la révolution] mise en œuvre au niveau mondial”, comme l’explique Kuby : “En l’espace de quelques décennies, l’ONU est devenue une institution qui utiliserait son pouvoir et ses ressources pour changer l’image de l’humanité telle que déclarée par les Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et de remplacer les valeurs morales universelles par des “valeurs” postmodernes relativistes comme fondement de la culture….. Aujourd’hui, l’ONU et ses puissantes sous-organisations luttent pour la dissolution de l’identité sexuelle des hommes et des femmes [et] l’élimination du mariage et de la famille”.

Quelle que soit l’étiquette – par exemple “santé et droits sexuels et reproductifs”, “orientation sexuelle et identité de genre” ou “éducation sexuelle complète” – toute politique ou programme qui sape la famille et les valeurs qui la soutiennent doit être dénoncé et combattu. Alors que les nations s’efforcent de se vacciner contre un virus dangereux et souvent mortel, nous demandons à tous de se protéger contre un ennemi potentiellement plus dangereux qui cherche à détruire les fondements mêmes de la société. Honorer l’obligation conventionnelle du Pacte International Relatif aux Droits Economiques, Sociaux et Culturels de fournir à la famille “la protection et l’assistance la plus large possible” pourrait bien être la chose la plus importante qu’une nation puisse faire pour elle-même et pour le reste de l’humanité.

En cette période critique où le danger est sans précédent, nous recommandons les mots de deux leaders religieux : “De tous côtés, la famille est attaquée. Beaucoup se demandent si l’institution est toujours nécessaire. Notre réponse est certaine. S’il y a un espoir pour l’avenir des nations, cet espoir réside dans la famille” (Président Russell M. Nelson). “Chaque menace pour la famille est une menace pour la société elle-même…. L’avenir de l’humanité passe par la famille. Protégez donc vos familles ! Voyez en elles le plus grand trésor de votre pays et nourrissez-les toujours” (Pape François).

International Organization for the Family
Centre pour la Famille et les Droits de L’homme
Familles Unies Internationales
Alliance Latino-Américaine pour la Famille
Association des Familles Américaines de New York
Groupe de Pression FamilyPolicy.RU, Russie
Family Policy Institute, Afrique du Sud
Family First, Nouvelle-Zélande
Institut Ruth
CitizenGo, Espagne
Provive, Venezuela
Fondation Novae Terrae, Italie
Fédération pour la Paix Universelle

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]