La famille est menacée partout : la Moldavie défend la liberté des parents d'éduquer leurs enfants

Lu ici cette menace qui pèse sur toute l'Europe… et la France n'est pas épargnée!

"Avec la bénédiction du métropolite Vladimir de Chișinău et de toute la Moldavie, s’est réuni dans la capitale moldave, le 4 avril, le « congrès des parents » sous le slogan «Sauvez les enfants », auquel ont participé des prêtres, des parents, des grands-parents et toutes personnes soucieuses de la situation de la famille chrétienne. Le congrès a adressé l’appel suivant au Parlement et au gouvernement de la République de Moldavie :

« Aujourd’hui, dans le monde entier, la famille fait l’objet d’une menace sérieuse, la Moldavie ne constituant pas une exception. Un préjudice considérable est porté à la prospérité et aux droits de la famille, qui donne lieu aujourd’hui à des phénomènes tels que : la destruction des valeurs familiales traditionnelles, la large propagation de l’alcoolisme, de la drogue, de la prostitution, de l’homosexualité et de la pédophilie, l’incitation au viol et au libertinage sexuel, les modes de vie immoraux et antifamiliaux, la propagande du divorce et de l’avortement, l’immixtion manifeste de l’État dans la vie familiale sous le prétexte fallacieux et l’interprétation incorrecte des droits de l’enfant, le manque de respect dans la société envers le rôle et l’autorité des parents, la destruction des liens familiaux et le conflit – l’incompréhension – entre les générations.

Beaucoup de ces phénomènes destructeurs, portant atteinte aux valeurs culturelles et traditionnelles locales, sont popularisés et propagés par l’intermédiaire des structures interétatiques, à travers l’ONU et le Conseil de l’Europe.

C’est ainsi que sont enfreintes l’indépendance de l’État et que sont dénaturées, voire falsifiées, les normes du droit international ; on constate une utilisation abusive des mécanismes du droit international et une pression arbitraire sur notre pays.

Les membres du congrès « Sauvez les enfants » exigent que soit révisée la législation en vigueur dans le pays, ainsi que la pratique existante dans différentes sphères de la vie sociale, ce dans le but d’abroger les normes qui sont nuisibles à la morale de la société et à l’institution de la famille.

Dans le domaine de l’enseignement, ils demandent que soit accordée une attention particulière aux droits de la famille et des parents à déterminer de hautes valeurs morales pour leurs enfants. Il est nécessaire que soit reconnu à nouveau le rôle principal et central de la famille dans le domaine de l’enseignement des enfants. La possibilité doit être offerte impérativement aux parents de vérifier le contenu des informations dispensées dans le cadre de l’enseignement scolaire et de contribuer de façon efficace à son amélioration.

Nous demandons que soit garanti le droit des parents de choisir le type d’enseignement destiné à leurs enfants, y compris de droit de dispenser aux enfants l’éducation et l’enseignement préscolaire et scolaire à domicile dans la famille.

Les participants au congrès « Sauvez les enfants » soulignent la priorité de la famille dans le processus d’éducation des enfants se rapportant à la partie intime de la vie de l’homme. La familiarisation des enfants avec les différents problèmes liés à l’éducation sexuelle doit être uniquement effectuée avec l’accord des parents, qui doivent préalablement avoir connaissance de tous les matériaux d’enseignement de ce domaine mis à la disposition des enfants.

Ils demandent fermement l’arrêt de la réalisation de nouveaux programmes d’études, qui sont imposés, dont « l’éducation sexuelle », qui ne correspond pas aux valeurs morales, traditionnelles et familiales de notre pays.

L’enseignement, en général, doit inculquer à l’enfant le sentiment de moralité et de pudeur, et l’orienter vers la création d’une famille et à l’abstinence d’activité sexuelle jusqu’au mariage.

Les membres du congrès « Sauvez les enfants », préoccupés par le sort de la famille et du pays, font appel aux représentants des instances dirigeantes de la République de Moldavie, aux experts et à toute la société, en les priant de faire tout le possible pour que soient protégées et renforcées l’institution de la famille, la moralité de la société, et les invitent à s’opposer aux velléités de tous ceux qui provoquent la perte de la famille et la détruisent […]".

12 réflexions au sujet de « La famille est menacée partout : la Moldavie défend la liberté des parents d'éduquer leurs enfants »

  1. sycomore

    En France, royez-vous que les associations de parents d’élèves des écoles libres, les APEL, pourtant les premières concernées, vont refuser d’appliquer d’appliquer dans les écoles tout ce qui découle de la théorie du genre? Les paris sont ouverts…

  2. Egide

    Message à tous les amis du Salon Beige et M.Janva !
    Il faut dire et répéter partout cet argument imparable en faveur de la tenue d’un REFERENDUM (que Mariton, dans le rôle de l’opposant, ni même l’excellent Retailleau) n’ont soulevé.
    Taubira/Le CSF/Ayraut et Hollande
    prétendent que “le projet de loi actuel et les questions ayant trait à la “FAMILLE” entrent dans le cadre du “SOCIÉTAL”,
    et que la Constitution ne permettrait de consulter le peuple uniquement que pour des raisons “SOCIALEs”… ils MENTENT !
    le Ministère de la Famille (Bertinotti)
    est partie intégrante du Ministère des Affaires SOCIALES (M touraine), pas “des Affaires SOCIETALES” .
    La propre définition socialiste du ministère du gvt socialiste met leur mensonges en lumières. La contradiction éclatante… l’artifice est démonté !
    (Argument plus fort à mon avis que la remarque de Retailleau sur l’abus de langage, à savoir que “social” & “sociétal” désignent la même chose, dans son discours tres fort au sénat.)
    On ne lâche rien !!

  3. Zabo

    Magnifique ! En lisant ce texte, je ne peux m’empêcher d’y voir la main de la Providence ! Comment en serait-il autrement dans une Europe si malade, si pervertie par l’esprit révolutionnaire de Satan !
    Enfin les signes annonciateurs promis par la Sainte Vierge à Fatima se font tangibles et l’on assiste, émerveillé, à ce réveil de la Vieille Chrétienté, les peuples demandant des comptes à leurs dirigeants, exigeant la vraie moralisation, non celle de nos tartufes français, mais celle de la Royauté sociale de Notre Seigneur Jésus-Christ.
    Le printemps est long à venir cette année, mais il n’en sera que plus beau.
    Merci Seigneur !

  4. colette

    Je partage tout à fait les remaques d’Isabelle et de Myriam : Il faut regrouper dans une structure unique toute la contestation européenne sur les sujets de famille
    selon quelles modalités ? sous quelle égide ? civile, politique ou plutôt quelqu’un d’indépendant (car même les associations familiales ont un peu les mains liées avec les subventions publiques qu’elles reçoivent)
    Je pense à ce groupe de juristes internationaux qui ont réagi face à la loi taubira, en envoyant une lettre à tous les parlementaires français, c’est peut-être de ce côté la solution

  5. colette

    Je remarque que l’information sur le congrès moldave est relayée par l’église orthodoxe
    Une autre solution serait peut-être une alliance regroupant toutes les confessions (catholiques, musulmans, juifs) ainsi que des non-croyants, tous unis dans un but commun transcendant : la défense de la famille et des enfants

Laisser un commentaire