Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

La dissémination des armes de guerre en banlieue

Lu dans L'Homme Nouveau :

A "Les armes de guerre se répandent de plus en plus, selon le pénible constat que faisait l’an dernier un préfet de haut rang (Le Figaro du 15 décembre), après deux attaques consécutives d’établissements bancaires en Seine-Saint-Denis (dont l’une s’est soldée par des tirs de fusil d’assaut contre les policiers) : «On nous expliquait que les kalachnikovs, très peu nombreuses en France, passaient surtout de main en main, mais il faut bien se rendre à l’évidence : plus on en saisit, plus on en voit surgir de nouvelles dans des affaires spectaculaires, de Paris à sa banlieue en passant par Lyon, Grenoble ou Marseille.» Un officier de police de la petite couronne parisienne précisait de son côté : «Une kalach’ se vend autour de 250 euros au marché noir, un 357 Magnum ou un 11.43, prisés des chefs de gang, se cèdent pour environ 400 euros».

Combien d’armes au juste sont susceptibles de sortir de leurs caches pour servir dans des règlements de comptes, toutes sortes de braquages, voire carrément une insurrection civile ? Dans les services spécialisés du ministère de l’Intérieur, on parlait alors de 30 000 armes illégales. Une estimation réalisée d’après les saisies opérées : «Les forces de l’ordre mettent la main sur environ 4 000 armes par an, principalement en banlieue, or nous savons que l’essentiel du stock échappe à la police, qui ne saisit peut-être que 10 % à 15 % du total», estime un commissaire de la PJ. Sur cet ensemble donc, l’essentiel serait constitué, selon lui, de fusils à pompe, souvent à canon scié, de carabines et armes de poing 22 long rifle, de 7,65 et autres petits calibres, auxquels il faut ajouter beaucoup de pistolets et revolvers 9 mm : «Les armes les plus lourdes, comme les fusils d’assaut Kalachnikov, voire plus rarement les Uzis et autres armes de guerre employées par les grosses équipes de braqueurs, représentent sans doute autour de 15 % du stock, soit environ 4 000 armes.» De quoi équiper correctement une division d’infanterie !

[…] Sans parler du terrorisme islamiste, l’essor des armes de gros calibre est intimement lié à celui de la drogue : «Au moins 10% des armes de guerre saisies par les services le sont dans le cadre d’affaires de stupéfiants», assure un expert de la sous- direction de la lutte contre le crime organisé à la PJ. «La nouveauté, c’est que le petit loulou de cité a maintenant accès à un arsenal réservé jusqu’alors aux beaux mecs», explique également un limier du Quai des Orfèvres. Pendant ce temps, le dernier projet de réglementation des armes prévoit qu’il n’y aura plus que trois catégories de citoyens autorisés à détenir une arme : les chasseurs munis du permis, les tireurs sportifs licenciés et les collectionneurs déclarés comme tels. En dehors de ces cas, seuls les délinquants restent donc armés. C’est aussi l’actuel ministre de la Défense, Alain Juppé, alors Premier ministre, qui a contraint les braves gens à venir en gendarmerie déclarer leurs armes, sous peine d’être punis, pour qu’ils ne deviennent surtout pas un jour des gens braves par légitime défense !"

Partager cet article

8 commentaires

  1. “plus on en saisit”
    Pas vrai? On ne les leur restitue pas? Mais c’est de la spoliation pure et simple! Et personne ne proteste?
    Désolée de plaisanter sur un sujet pareil, mais parfois, il vaut mieux rire…

  2. Et pendant ce temps la, une loi en projet va interdire la détention des armes jusqu’alors légales par l’honnete citoyen (sauf tireurs sportifs licenciés et chasseurs avec permis)

  3. 30 000 armes illégales ?
    A mettre en parallèle au chiffre dangereusement bas de 120 000 soldats de l’armée de terre (et en baisse).
    C’est suffisamment d’armes pour voir apparaitre un hezbollah français qui tiendrait en respect l’armée…
    Saint Rémi nous avait bien prévenu !

  4. C’est un SCANDALE! ON devrait d’ailleurs se demander si des telles lois ne sont pas simplement contraires à la constitution, dans la mesure où l’on trouve, dans les travaux préparatoires de la DDHC de 1789 (qui fait partie du “bloc de constitutionnalité) l’affirmation suivant laquelle il est superflu de consacrer un article au droit des citoyens d’être armés, tant ce point est évident et combien il serait horrible d’en priver les honnêtes gens.
    Ainsi, le comte Mirabeau avait-il suggéré que l’on consacre un article 10 à ce sujet, de la manière suivante:
    « Tout citoyen a le droit d’avoir chez lui des armes, et de s’en servir, soit pour la défense commune, soit pour sa propre défense, contre toute agression illégale qui mettrait en péril la vie, les membres, ou la liberté d’un ou plusieurs citoyens ».
    Et voici la réponse des membres du comité:
    « le droit déclaré dans l’article X non retenu était évident de sa nature, et l’un des principaux garants de la liberté politique et civile que nulle autre institution ne peut le suppléer ».
    A la rigueur, on pourrait se demander s’il ne serait pas judicieux (quoique très dangereux) de se faire poursuivre en Justice pour avoir transgressé ces lois liberticides et pouvoir ainsi déposer une QPC, de sorte à confronter lesdites lois à la Constitution!

  5. Une division, c’est plutôt 10 000 hommes que 4 000.
    De plus, séparer les armes de poing entre .357/.45 d’une part et les autres (dites de petits calibres) est une absurdité : un 9 mm aujourd’hui est l’arme de poing la plus répandue au monde et celle qui ont un chargeur les plus gros (jusqu’à une vingtaines de cartouches). Les petits calibres (en arme de poing) sont pour les .22 uniquement (qui sont souvent de grosses armes peu puissantes en tant qu’armes de poing).
    Enfin, parler des armes, c’est bien mais parler des filières, c’est mieux : quid du Kosovo ? de l’Albanie ? de la Turquie ?

  6. Déjà, au moment des invasions barbares les citoyens romains furent dépossédés du droit de porter l’épée…
    Similitude? Pas vraiment, l’accélération du progrès technique, des médias et la mondialisation rendront “les choses” beaucoup plus rapides.

  7. Les suisses eux ont conservés leurs armes, les français n’ont plus ni armes, ni entrainement, ni ce qui est pire le moral, la doctrine, la discipline, le réveil va être dur.

  8. l’état t’interdit de te défendre mais il est bien incapable de te défendre…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]