Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

La discrimination salariale entre femmes et hommes “à travail égal” est un mensonge

La discrimination salariale entre femmes et hommes “à travail égal” est un mensonge

Le Salon beige a publié depuis longtemps plusieurs articles prouvant que la discrimination salariale entre femmes et hommes “à travail égal” est un mythe, un mensonge, un outil de propagande diffusé par des associations féministes et repris en cœur par des médias trop paresseux pour étudier sérieusement le sujet. Vous en bas de cet article les liens des articles en question.

Nous publions désormais le décodage réalisé par les équipes d’Eric Zemmour. Petite réflexion au passage : Au regard du sérieux des arguments et des références de ce décodage, il va falloir s’attendre à un programme des plus sérieux ce qui confirmerait la présence auprès d’Eric Zemmour d’une équipe extrêmement compétente. Les démagogues et les incultes peuvent commencer à s’inquiéter… 

Hier matin dans BFM Politique, Eric Zemmour a corrigé Hedwige Chevrillon qui, reprenant une formule qui a beaucoup tourné sur les réseaux sociaux, prétend que les femmes travailleraient gratuitement depuis le 3 novembre à 9h22. Nous allons examiner cela d’un peu plus près.

BFM s’est tout d’abord empressé de monter en épingle ce sujet, pour affirmer qu’Eric Zemmour niait les inégalités salariales entre les hommes et les femmes. Or, non seulement il n’a rien dit de tel, mais ce qu’il a expliqué dans BFM Politique est juste.
Revenons d’abord sur cette théorie, selon laquelle les femmes travailleraient gratuitement depuis le 3 novembre 9h22. Cette théorie est reprise partout, y compris par le service public (…) Cette théorie se fonde sur une étude de l’INSEE sur les écarts de rémunération homme-femme. En ramenant les salaires à un équivalent temps plein, l’INSEE affirme que l’écart salarial en France est de 16,8% entre les hommes et les femmes.
Comme le note l’INSEE, il existe de fortes différences de temps de travail entre hommes et femmes, notamment parce que les femmes sont bien plus souvent à temps partiel que les hommes d’où un écart qui passe de 28,5% à 16,8% en équivalent temps plein. Mais cela ne signifie évidemment pas qu’à travail égal une femme gagne 16,8% de moins qu’un homme ! En effet, comme l’INSEE l’explique, cet écart s’explique principalement par le fait que les hommes et les femmes n’occupent pas les mêmes emplois dans les mêmes secteurs.
En effet, les hommes et les femmes sont très inégalement répartis entre les secteurs et, au sein d’un même secteur, entre les postes. On peut aisément s’en convaincre en comparant les professions les plus courantes chez les hommes et les femmes. Les professions occupées davantage par les hommes ont tendance à être mieux rémunérées que celles où les femmes sont surreprésentées, ce qui explique l’existence d’un écart important, mais ce n’est pas le cas quand on compare hommes et femmes qui occupent le même poste !

Quand on ajuste l’écart statistiquement pour tenir compte de cela, d’après la même étude de l’INSEE, il se réduit à 5,3 % dans le secteur privé, ce qui est très loin du chiffre que tous les médias répètent et que les journalistes de BFMTV ont repris face à Eric Zemmour.

Image
Pour résumer, l’écart salarial entre hommes et femmes n’a sans doute pas grand-chose à voir avec la discrimination par les employeurs, mais s’explique intégralement ou quasi-intégralement par les différences de temps de travail, de secteurs et de postes.
Cette réalité peut être le fruit d’un choix personnel, mais résulte sans doute aussi d’une obligation pour un nombre toujours plus grand de femmes, notamment les mères célibataires mais pas seulement, qui doivent supporter des doubles journées travail / enfants à charge. L’exemple des conducteurs de bus et de train cité plus haut n’est d’ailleurs pas innocent à cet égard : si les femmes ont une préférence pour un emploi du temps plus flexible, c’est sans doute en partie parce qu’elles ont plus d’obligations en dehors du travail que les hommes ! Surtout, si des inégalités subsistent, c’est que les responsables politiques n’ont toujours pas su conduire les politiques publiques qui doivent permettre aux femmes de rester libres de leurs choix pour concilier vie professionnelle et vie familiale. Le véritable débat est là, mais comme les associations féministes et les médias reprennent tous en chœur cet élément de langage démagogique du 3 novembre 9h22, il n’aura malheureusement pas lieu…
En refusant de consentir à la manipulation que représente l’utilisation de ce chiffre de l’INSEE sans aucun recul sur sa signification exacte, Eric Zemmour offre la possibilité d’ouvrir ce débat sur le travail des femmes en France. Merci de nous avoir lu !
Vous pouvez également vous replonger dans les articles ci-dessous que nous avons publiés dès 2016 :

Partager cet article

6 commentaires

  1. Autre inégalité dont on ne parle jamais, les hommes sont 2 fois plus victimes d’accidents de travail que les femmes, et 7 fois plus quant aux accidents mortels, pendant qu’un maçon risque de se tuer en tombant d’un échafaudage, une secrétaire risque de se casser un ongle.

  2. En bibliographie à l’appui de cette mise au point, je rappelle l’étude de Warren Farrell, “The Myth Of Male Power” (non traduit en Français malheureusement) basée sur les statistiques américaines officielles (armée, police, éq. de l’Insee…)
    Un truc simple par exemple: dans les professions libérales (le ‘travailleur’ fixe lui-même sa rémunération), les hommes gagnent en moyenne sensiblement plus que les femmes. Parce que ces dernières ont d’autres priorités: observez la pénurie en France de médecins, due au ‘Numerus Clausus’. Pourtant il y a deux filles pour un garçon dans les admis au concours de 1ère année. Mais vous observez aussi que les femmes privilégient leur vie familiale et travaillent souvent à temps partiel…

  3. Cet article ne cite pas non plus le fait que les femmes qui ont pris plusieurs congés de maternité et du temps pour élever leurs enfants, ne bénéficient (hélas) pas de la promotion d’ancienneté sur ces années.
    Les femmes qui sont restées à la maison pour s’occuper de leurs enfants jusqu’à ce qu’ils soient grand voient donc leur salaire inférieur à ce qu’il serait si elles avaient travaillé tout le temps.
    Mais ça, le féministes n’aiment pas. S’occuper de enfants, c’est pas leur truc. Elles préfèrent l’avortement.

    • S’il vous plaît, “Le Roy Henri”, évitez d’utiliser les mots de l’adversaire.
      Vous écrivez
      “Les femmes qui sont restées à la maison pour s’occuper de leurs enfants jusqu’à ce qu’ils soient grand voient donc leur salaire inférieur à ce qu’il serait si elles avaient travaillé tout le temps.”
      J’en déduis donc que pour vous “Les femmes qui sont restées à la maison pour s’occuper de leurs enfants jusqu’à ce qu’ils soient grands” sont en vacances perpétuelles pendant tout ce temps.
      Même SI ELLE N’A PAS UNE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE RÉMUNÉRÉE, une femme qui reste à la maison pour élever ses enfants TRAVAILLE!

  4. Ces trois commentaires sont excellents.
    Que veut dire travail égal ? Je me souviens d’une petite vidéo : deux militaires dans une cour où se situe un canon destiné à faire boum pour sonner une fête militaire. Devant le public, la femme soldat tire sur la corde pour déclencher le mécanisme, une fois deux fois trois fois : échec. Son collègue arrive, prend la corde et cela part du premier coup.

  5. professeur de français en écosse en 1970, je touchais moins que mes collègues femmes, à l’époque seuls les hommes payaient la sécurité sociale! quelques shillings de moins mais une injustice restée au fond de ma mémoire; aucune différence dans la fonction publique !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services