13 réflexions au sujet de « La dernière de Nicolas Sarkozy »

  1. Yann H

    C’est ça ! Il seront indépendants mais avec notre pognon. En fait on va leur donner ce qu’ils réclament depuis longtemps. Français, préparez votre porte-monnaie. Français blancs de la Martinique (et des autres DOM), préparez la valise.

  2. AncillaDomini

    Corrigez-moi si je me trompe… mais un referendum n’est-il pas sensé être national, sous notre belle république ?
    Que vient faire ce referendum local ici ? Selon la Consitution, cette chose est un OVNI. Sauf si M. Sarkozy considère déjà la Martinique comme une nation, dont le destin serait indépendant de celui de la nation française (ce qui expliquerait pourquoi les métropolitains ne sont pas consultés sur l’avenir de ce qui est encore partie intégrante du territoire français).
    A quoi sert donc la hiérarchie des normes, si un décret peut passer au-dessus de la Consitution ?
    Enfin, tout ce que je viens d’écrire est un non-sens dans la société actuelle, puisqu’elle dénie toute valeur au concept de nation sur lequel est fondé ma réflexion. De ce point de vue, le respect de la Constitution n’a aucun sens non plus.

  3. Romain Dyli

    L’indepence des dom tom, c’est cela dont la France a besoin depuis longtemps. Ces colonies servent juste à une chose: pomper le fric de la métropole. Plus vite on en sera débarrassé, mieux ce sera!
    Cependant, l’autonomie de la Martinique me parait mauvaise car ils auront toujours ces subventions pharaoniques de la métropole (le cas des tom en gros). Non, le mieux est l’indépendance pure et simple en évitant de préférence de garder des liens (cf françafrique=catastrophe pour l’Afrique)

  4. Marie

    Ecrire au Présidnet sur le site elysee.fr.
    Monsieur le Président,
    Il est à tout le moins curieux d’envisager un référendum local sur un territoire de la République Française, une et indivisible. Pourquoi les français des autres territoires, notamment de la métropole, ne seraient-ils pas consultés au sujet d’une évolution institutionnelle de la Martinique ? Et le cas échéant, pourquoi alors ne pas tenir le même référendum en Corse, au Pays-Basque ou en Bretagne qui vous le réclameront de toute évidence ?
    Dans l’attente de vos explications, je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma respectueuse considération,
    nom
    PS N’ayant pas reçu de réponse aux derniers courriers envoyés, je m’interroge sur la réelle utilité de ce portail ? Ne serait-il qu’à vocation démagogique ??

  5. Exupéry

    Indépendance, y compris financière? J’en doute, ils ne sont pas fous.
    D’autre part, il n’y aurait alors plus de raison de la refuser à tous ceux qui la demanderaient: aux Corses, aux Basques, aux Bretons, et pourquoi pas au 93, en attendant “Lille-Roubaix-Tourcoing” etc.

  6. louis

    C’est bien ça, on ne fera voter que les Antillais ! Imaginez que la Seine St Denis ( basilique assiégée) demande son autonomie, référendum local et ils l’emportent, référendum national et c’est… un début de réveil ?

  7. Quéribus

    – Ce référendum ne peut être que national.
    – Si tel est le cas il s’agirait d’un référendum gaulliste (souvenez vous de l’Algérie); ne pas oublier que Sarközy a de Gaulle comme modèle. De Gaulle était un démocrate dixit R.Barre.
    – Et pourquoi pas un référendum en Corse, en Guadeloupe, etc…
    – Quant au coût de ces TOM et DOM, que l’on peut appeler “les danseuses de la République”, n’oubliez pas qu’elles nous coûtent extrêmement cher depuis trés longtemps.
    – Maintenant, et je le reconnais je me contredis, Sarközy ne veut-il en cette occurrence mettre certains face à leurs responsabilités et leur faire comprendre que, si le non l’emportait, la République ne serait plus alors si “bonne fille”.

Laisser un commentaire