Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

La défense du mariage, seulement une affaire de cathos ?

Lu ici :

F"« La plupart des discours [contre le mariage homosexuel] sont tenus par des gens d’Eglise ou ceux qui en sont proches. Il est difficile pour eux d’aller à l’encontre des dogmes. »
C’est par ces mots suffisants que débute la courte interview de
Marie-Elisabeth Handman, maîtresse de conférence à l’EHESS, paru le
lundi 15 octobre dans l’édition parisienne de 20 Minutes [1].
J’ai lu ces lignes atterrés ; non pas parce qu’on les voit diffusées
dans tous les métros parisiens à heure de grande affluence [2],
mais parce que les erreurs et raccourcis débités à ce sujet sont
grossiers et en tout cas surprenants pour une personne de cette
qualification. Nous nous proposons de les débouter en deux poncifs.

Penser que la réticence face à l’homosexualité et une lubie de
monothéistes étriqués est une absurdité. Comme l’affirme le très-païen
Platon dans Le Banquet, la nature a voulu que deux sexes complémentaires permettent, par leur union, la génération et l’enfantement
 [3].
Il ne parait donc pas outrageant de dire que l’attirance
« hétérosexuelle » est d’ordre naturel. On éprouve de la peine à
rappeler de telles évidences : toutes les civilisations de l’histoire se
sont construites autour de cette idée. Les mythes, les religions, les
légendes, les symboles, les institutions, les arts font tous référence à
un imaginaire "hétérosexuel" – y compris, quoiqu’en pense Mme Handman,
chez les peuples « non-monothéistes ». Zeus était l’époux d’Héra,
Héphaïstos avait pour femme Aphrodite ; cette dernière garantissait la
fécondité qui elle permettait de fonder un foyer – sur lequel devait
veiller Hestia. Les exemples sont légion : Hélène fut ravie par Pâris,
Pénélope fut la fidèle épouse d’Ulysse. Le mariage est toujours
« hétérosexuel » dans les mythes, et jusque dans les confins du monde
connu, comme à Massalia, où l’oikiste Protis est choisi comme époux par
la fille du roi ligure, et permet ainsi à la ville de devenir grec.
Platon affirme quant à lui que l’enfantement est sublime en ce qu’il
donne à l’homme la possibilité d’être immortel [4].
L’homosexualité ne va donc pas à l’encontre de ce que la société
monothéiste seule a construit, mais de ce que la nature a donné aux
hommes comme moyen d’être et d’exister. Le passé millénaire des
civilisations en témoigne. C’est pour cette raison que les catholiques
défendent non pas une cérémonie religieuse, mais une institution qui
trouve son fondement dans la société civile elle-même. Les catholiques
ne veulent pas conserver un modèle religieux mais un ordre social, car
le mariage produit la famille, qui est, avant l’individu, la cellule de
base de la société [5].

Le mariage homosexuel contredit même le régime sous lequel nous
vivons et dont on ne pourra pas reprocher le caractère « religieux »,
« monothéiste », « homophobe » ou que sais-je encore. En effet, la
République française n’est pas seulement « laïque » : elle fondée sur un
universalisme qui veut que la nation, souveraine, soit l’expression de
tous ses citoyens. C’est une République "une et indivisible" qui ne
reconnait aucun culte ni aucune communauté de quel nature qu’elle soit
(religieuse, économique ou sexuelle). Rien ne doit, en principe,
s’opposer et interférer entre le citoyen et l’Etat républicain ; aucune
instance intermédiaire ni groupe de pression. Or la revendication
homosexuelle pour la reconnaissance d’un mariage gay est une
revendication communautaire. Si l’on transige sur ce point, il faudra
reconnaître, comme l’a courageusement exprimé Mgr Barbarin [6],
toutes sortes de revendications qui ne paraissent pas moins légitimes :
pourquoi, à moins d’être islamophobe, refuser aux musulmans et
musulmanes consentantes, en tant que communauté, la reconnaissance d’un
mariage polygame, puisque le mariage monogame hétérosexuel est encore
une norme restrictive pour eux ? Ce n’est pas à dire que le mariage
homosexuel serait l’équivalent de la polygamie, mais simplement de dire
que la revendication homosexuelle n’est pas plus légitime qu’une autre,
et que la République n’a pas à contenter les uns ou les autres mais à
maintenir un ordre sociétal."

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services