Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

La crèche que l’on voudrait cacher

En cette fin de jour de Noël, le Salon Beige vous propose cette crèche d'un lecteur et le très beau texte ci-dessous qui ressemble à une méditation. Mais savez-vous qui en est l'auteur (sans Google…) ?

(Addendum 21h15 : Bravo à FX. Ce texte est attribué à Jean-Paul Sartre, même si Simone de Beauvoir l'a nié. Il s’agit de l’extrait d’une pièce de théâtre écrite pour Noël 1940, pour des prisonniers. L’auteur a refusé que cette pièce figurât dans ses œuvres complètes. Merci à Michel de Poncins).

Crsb2 

"Vous avez le droit d’exiger qu’on vous montre la Crèche. La voici. Voici la Vierge, voici Joseph et voici l’Enfant Jésus. L’artiste a mis tout son amour dans ce dessin, vous le trouverez peut-être naïf, mais écoutez. Vous n’avez qu’à fermer les yeux pour m’entendre et je vous dirai comment je les vois au-dedans de moi.

La Vierge est pâle et elle regarde l’enfant. Ce qu’il faudrait peindre sur son visage, c’est un émerveillement anxieux, qui n’apparut qu’une seule fois sur une figure humaine, car le Christ est son enfant, la chair de sa chair et le fruit de ses entrailles. Elle l’a porté neuf mois. Elle lui donna le sein et son lait deviendra le sang de Dieu. Elle le serre dans ses bras et elle dit : « Mon petit » !

Mais à d’autres moments, elle demeure toute interdite et elle pense : « Dieu est là », et elle se sent prise d’une crainte religieuse pour ce Dieu muet, pour cet enfant, parce que toute les mères sont ainsi arrêtées par moment, par ce fragment de leur chair qu’est leur enfant, et elles se sentent en exil devant cette vie neuve qu’on a faite avec leur vie et qu’habitent les pensées étrangères.

Mais aucun n’a été plus cruellement et plus rapidement arraché à sa mère, car Il est Dieu et Il dépasse de tous côtés ce qu’elle peut imaginer. Et c’est une rude épreuve pour une mère d’avoir crainte de soi et de sa condition humaine devant son fils. Mais je pense qu’il y a aussi d’autres moments rapides et glissants où elle sent à la fois que le Christ est son fils, son petit à elle et qu’il est Dieu. Elle le regarde et elle pense : « Ce Dieu est mon enfant ! Cette chair divine est ma chair, Il est fait de moi, Il a mes yeux et cette forme de bouche, c’est la forme de la mienne. Il me ressemble, Il est Dieu et Il me ressemble ».

Et aucune femme n’a eu de la sorte son Dieu pour elle seule. Un Dieu tout petit qu’on peut prendre dans ses bras et couvrir de baisers, un Dieu tout chaud qui sourit et qui respire, un Dieu qu’on peut toucher et qui vit, et c’est dans ces moments là que je peindrais Marie si j’étais peintre, et j’essayerais de rendre l’air de hardiesse tendre et de timidité avec lequel elle avance le doigt pour toucher la douce petite peau de cet enfant Dieu dont elle sent sur les genoux le poids tiède, et qui lui sourit. Et voilà pour Jésus et pour la Vierge Marie.

Et Joseph. Joseph ? Je ne le peindrais pas. Je ne montrerais qu’une ombre au fond de la grange et aux yeux brillants, car je ne sais que dire de Joseph. Et Joseph ne sait que dire de lui-même. Il adore et il est heureux d’adorer. Il se sent un peu en exil. Je crois qu’il souffre sans se l’avouer. Il souffre parce qu’il voit combien la femme qu’il aime ressemble à Dieu. Combien déjà elle est du côté de Dieu. Car Dieu est venu dans l’intimité de cette famille. Joseph et Marie sont séparés pour toujours par cet incendie de clarté, et toute la vie de Joseph, j’imagine, sera d’apprendre à accepter. Joseph ne sait que dire de lui-même : il adore et il est heureux d’adorer".

Partager cet article

16 commentaires

  1. (Comme demandé: sans regarder Google)
    Cette façon d’écrire me fait songer à Claudel.
    Ce texte est prenant comme du Claudel.
    Et si j’ai tort, tant mieux, j’aurais du plaisir à découvrir un auteur de cette trempe!
    Gagnant/Gagnant!
    Cordialement
    C+

  2. Sans regarder sur Google ? Je donne ma langue au chat ! ^^
    (Et en regardant sur Goog… Ah ouais ! Quand même !)

  3. Voila ce que j’aurais aimé dire de La VIERGE et de JOSEPH. Mais il reste encore tellement à dire !! Merci à l’auteur.

  4. Je dois l’avouer, j’ai utilisé google et j’ai été passablement surpris de découvrir qu’il s’agissait de Jean-Paul Sartre…

  5. La paternité de ce texte est attribuée à (je laisse d’autres trouver!). Mais elle a été formellement contestée par sa conjointe, philosophe féministe célébrissime…

  6. Il me semble que l’auteur est Jean-Paul Sartre, texte écrit dans un camp allemand pendant la dernière guerre.
    Que Sartre ait pu écrire un mystère de la Nativité témoigne que les voies du Seigneur sont impénétrables. Même par compassion pour des compagnons de captivité, je doute qu’on puisse écrire une méditation sur le Mystère de l’Incarnation sans qu’il y ait un signe de l’Au-delà.

  7. Avant de s’émerveiller sur ce qu’a pu écrire Sartre, il faudrait être “absolument” certain que ce texte vienne de lui!
    C’est possible, mais pour ma part, j’en doute.
    Ce qui n’enlève rien à ce texte!

  8. Hildebrand,
    Le jeu s’arrête avec vous…
    …Dommage, c’était bien.
    Maintenant, je suis surpris, très surpris!
    J’ai tellement cet auteur en horreur, avec son cortège de disciples imbéciles et ahuris qui l’ont suivi faute d’idéal…
    Mais voilà, ces mots semblent particulièrement sincères. Peut-être n’a-t-il pas toujours été le nuisible que j’ai pu être forcé de lire en secondaire.
    Ce n’est qu’une surprise de plus, Dieu déroute dès que l’on essaie de le faire entrer dans un raisonnement humain.
    Pour ma part, l’aspect de Dieu qui me surprend peut-être le plus reste sa miséricorde, immense, insondable.
    Une occasion de plus, peut-être de faire confiance?
    Cordialement
    C+
    Bien à vous

  9. Ce texte extrait de “Baronia ou le Fils du tonnerre” se trouve intégralement dans le livre “Les écrits de Sartre” de M Contat et M Rybalka, NRF 1970, précédé de la note suivante de JP Sartre daté du 31/10/1962 : “Si j’ai pris mon sujet dans la mythologie du Christianisme, cela ne signifie pas que la direction de ma pensée ait changé, fût-ce un moment pendant la captivité. Il s’agissait simplement, d’accord avec les prêtres prisonniers, de trouver un sujet qui pût réaliser, ce soir de Noël, l’union la plus large des chrétiens et des incroyants”

  10. J’ai entendu également que Sartre a affirmé croire en Dieu à l’heure de sa mort. Je ne sais pas de quel “Dieu” il s’agissait, il faudrait avoir des détails.
    Evidemment, ses épigones, Simone en tête, se sont empressées d’étouffer l’affaire. Ce serait intéressant de trouver une enquête historique sur le sujet.

  11. n’est ce pas que cette prière est belle

  12. Passage cité dans le livre – excellent par ailleurs – de René Laurentin : “Comment réconcilier l’exégèse et la foi ?” (OEIL, 1984)p. 110-111, avec cette note :”L’auteur m’avait permis de le citer étant bien entendu qu’il ne s’agissait pas de l’annexer. Dans la lumière de ce Noël de captivité, il met cette admirable expression du mystère de l’Incarnation dans la bouche d’un “monteur d’images aveugle”. Il est resté athée, en quête de lumière”.

  13. Cela me rappelle ces écrits tardifs de J. P. Sartre, datant de mars 1980 ; se sentant alors mourir, il nuança ses positions et écrivit dans “Le Nouvel Observateur”:
    “Je me sens, non comme une poussière apparue dans le monde, mais comme un être attendu, provoqué, préfiguré, comme un être qui ne semble pouvoir venir que d’un créateur et cette idée d’une main salvatrice qui m’aurait créé me renvoie à Dieu.” [Jean Guitton tenait de telles déclarations pour un reniement de son athéisme et y voyait l’influence de son secrétaire Benny Lévy.]
    La mère de Simone de Beauvoir allait, parait-il, tous les matins à la messe pour la conversion de sa fille . Cette conversion n’eut apparemment pas lieu, mais Sartre aurait-il profité de cette imploration? L’amour profane de Simone et de Jean-Paul aurait-il été un vecteur emprunté par l’Amour divin, l’un recevant ce que l’autre (incontestablement perverse) avait refusé ? Mystère du Salut…

  14. Oui, la figure de St Joseph reste un mystère de dévouement et d’abnégation. Un modèle d’amour désintéressé. Je le prie souvent car il me semble qu’il est à la fois bien proche de notre condition et en même temps “plus saint” que tous les autres hommes.
    En dépit des grâces reçues, comme cela a dû être difficile pour lui!

  15. La solution miracle n’a pas été trouvée : il n’y aura pas de crèche provençale à Sainte-Croix-en-Jarez…
    La déception risque d’être immense pour les centaines de visiteurs (jusqu’à 6 000 l’an dernier) qui, chaque année, venaient redécouvrir la magie de Noël au cœur de la Chartreuse.
    Mais le passage d’une commission de sécurité, fin novembre, a mis un terme à la belle aventure : la crèche posait un problème de sécurité (risque d’incendie).
    L’église de la Chartreuse restera silencieuse pour la nuit de Noël…
    (Le Progrès)
    http://www.leprogres.fr/fr/region/la-loire/loire/article/4297478/Sainte-Croix-en-Jarez-la-creche-de-Noel-ne-s-illuminera-pas.html

  16. C’est un très beau texte.
    Je suis plus réservé pour Joseph. Je ne pense pas qu’il était si malheureux que cela. Il avait accepté d’être le chef de famille, que l’enfant de Marie soit sous son autorité et sa protection. Il avait un rôle important. Je pense qu’à la Nativité il était très heureux et ne se sentait pas mis de côté ou de trop.
    Du reste,dès que les Mages sont partis, il a dû affronter un long voyage, l’exil, son rôle était vraiment très très important.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services