Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : International

La chute de l’économie virtuelle

Lu dans Les 4 vérités :

"À l’heure où le décor Potemkine des économies occidentales s’effondre sous nos yeux, c’est à la propagande, au mensonge et à l’économie virtuelle du régime soviétique que nous songeons spontanément. Depuis la révolution industrielle, nous avons connu en gros deux méthodes pour diriger une économie virtuelle. Ces deux méthodes se sont parfois mélangées, parfois opposées. Elles ont parfois, et même souvent, donné pendant quelques années ou quelques décennies d’excellents résultats. Mais, toujours, la vérité a repris le dessus. Et, plus le mensonge avait réussi à s’imposer longtemps, plus le retour à la vérité a été pénible. Ces deux méthodes sont d’une part l’accaparement des richesses par une oligarchie faisant semblant de prendre des risques et, d’autre part, la création de « richesses » artificielles. La révolution de 1789 qui fut, à bien des égards, la matrice de la modernité, l’a été dans ce domaine particulier aussi : c’est elle qui a lancé la « mode » des spoliations massives, avec la vente des « biens nationaux », et celle de la monnaie « fiduciaire » (dans laquelle on ne peut avoir confiance !), avec les assignats.

Revenons à la crise actuelle. Par l’impôt confiscatoire, la classe dirigeante s’est assuré le contrôle de l’essentiel des richesses (on cite souvent le chiffre de 54 % du PIB, déjà énorme, mais c’est un chiffre largement sous-estimé). Et par le monopole de la création monétaire, le cartel des dirigeants bancaires et de la « gouvernance mondiale » s’est attribué le pouvoir de créer artificiellement des richesses… Cela fonctionnait à merveille, tant que l’épargne des particuliers permettait de gager cette masse monétaire (comme les biens nationaux pour les assignats). Mais qu’un observateur s’écrie « Le roi est nu ! » et tout le système s’effondre… C’est ce qui se passe aujourd’hui. Comble de l’ironie, cette économie virtuelle (dont les « subprimes » restent l’exemple-type) a été dénoncée par des organismes qui étaient la quintessence de cette économie virtuelle : les agences de notation, dont chacun sait qu’elles sont un outil au service des États ou au service du cartel bancaire et non un instrument au service de la vérité économique. Aujourd’hui, cette économie virtuelle s’écroule. C’est une chance (la vérité est toujours plus productive que le mensonge). Mais nous allons tous payer cher ces mensonges que nous avons été trop lents à dénoncer !"

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services