La chienlit, le “Puff”, le bordel

De l'abbé Michel Viot :

"[…] L’esprit révolutionnaire constitue un ensemble : l’insoumission civique s’allie admirablement à la soumission religieuse absolue. C’est le même totalitarisme à deux visages proposant le paradis sur la terre ! Un messianisme de l’immédiateté, rassemblant sous la bannière de la vertu « Un tas d’hommes perdus de dettes et de crimes, que perdent de mes lois les ordres légitimes, et qui désespérant de les plus éviter, si tout n’est renversé ne sauraient subsister » (discours d’Auguste dans Cina de Corneille). Le président Pompidou avait parlé en son temps de la présence de « cactus  » dans la vie politique, se faisant l’écho de la chanson du génial Jacques Dutronc ! Un autre président nous parle aujourd’hui de bordel, cactus mutant ! Si l’on y réfléchit bien, seuls ceux qui dirigent la « chose nommée » la développent ou en bénéficient ne peuvent que s’en offusquer ! Ceux qui en subissent les nuisances, c’est à dire la majorité des français, certainement pas !

Comme j’ai dit qu’il fallait aller jusqu’au bout, je poserai encore deux questions consubstantielles au « Puff » ! On évoque à juste titre les délocalisations d’usines opérées au nom du seul profit. Et cela pose certes question, avec ce « bémol » que, jusqu’à preuve du contraire, une entreprise se doit en premier lieu de faire des bénéfices, sous peine de ne plus exister ! La question est donc inévitable sur ce qui l’empêche d’être rentable ! En parallèle, qui dira le nombre d’usines qui ont dû fermer leurs portes à cause de la ringardise de certains syndicats et de lois sociales plus adaptées à l’idéologie qu’à la réalité économique ?

Et la deuxième question concerne l’ordre public. Quand celui-ci ne semble plus assuré par l’Etat, les citoyens perdent confiance en lui et songent à se venger eux mêmes ! On comprend de moins en moins pourquoi en « temps d’urgence », les terroristes et leurs complices ne risquent pas la peine de mort, et que le ministère public ne requiert que 8 ans de prison pour un accusé (en cavale) suspecté d’avoir voulu faire brûler deux policiers dans leur voiture et 5 ans pour son complice ! Voilà un autre « Puff » pour beaucoup de consciences! Je sais que mes propos vont choquer les madones de la perpétuelle miséricorde, tout comme les Maries Chantal insoumises. Un prêtre parler ainsi ! Mais le devoir des prêtres comme de ceux qui exercent l’autorité, n’est-il pas, dans une société civilisée de défendre les plus faibles ? Prétendre avoir pitié de tout le monde conduit à n’avoir pitié de personne ! Et quand on le fait de plus avec la peau des autres ? C’est vraiment le « Puff » qu’on installe partout."

Laisser un commentaire