Bannière Salon Beige

Partager cet article

Liberté d'expression / Pays : Pologne

La censure de la liberté d’expression, qui fut du domaine des régimes totalitaires, revient aujourd’hui sous une forme nouvelle

La censure de la liberté d’expression, qui fut du domaine des régimes totalitaires, revient aujourd’hui sous une forme nouvelle

Alors que Youtube vient de censurer la chaîne de Donald Trump, Yves Daoudal a traduit un texte du Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki publié sur sa page Facebook :

Je suis né et j’ai été élevé parmi des gens pour qui la liberté était la valeur la plus précieuse. Si nous sommes si attachés à la liberté en Pologne, c’est parce que nous savons ce que ça fait quand quelqu’un essaie de la restreindre.

Pendant près de 50 ans, nous avons vécu dans un pays où il y avait la censure ; un pays où Big Brother nous disait comment nous étions censés vivre, ce que nous étions censés ressentir – et ce qu’il nous était interdit de penser, dire et écrire. C’est pourquoi nous regardons toutes les tentatives de limiter la liberté avec une telle anxiété.

L’un des synonymes de liberté, pour nous les Polonais, a toujours été l’internet, le média le plus démocratique de l’histoire, un forum où tout le monde peut s’exprimer. Un outil qui permet à chaque personne d’avoir un impact, à un degré inconnu jusque-là.

La liberté due à l’absence de régulation d’internet a de nombreux effets positifs. Mais il y a aussi des conséquences négatives : au fil du temps il a été peu à peu dominé par de gigantesques sociétés supranationales, plus riches et plus puissantes que beaucoup de nations. Ces sociétés traitent notre activité en ligne comme une source de profit et pour accroître leur domination mondiale. Elles ont aussi introduit leurs propres critères politiquement corrects, et elles combattent ceux qui s’y opposent.

Nous sommes de plus en plus confrontés à des pratiques dont nous pensions qu’elles appartenaient au passé. La censure de la liberté d’expression, qui fut du domaine des régimes totalitaires et autoritaires, revient aujourd’hui, mais sous une forme nouvelle, dirigée par des sociétés commerciales pour réduire au silence ceux qui pensent autrement.

La discussion consiste en un échange d’idées, ce n’est pas faire taire les gens. Nous ne sommes pas obligés d’être d’accord avec ce que nos adversaires écrivent, mais nous ne pouvons pas interdire à quiconque d’exprimer des idées qui n’enfreignent pas la loi.

Ce qui n’est pas interdit est permis. Aussi sur internet. Il n’y a pas de tolérance pour la censure, et il ne peut y en avoir. Aucune tolérance pour la censure d’Etat, telle que celle à laquelle fut confrontée la Pologne sous le communisme, ni pour la censure privée, telle que nous la voyons aujourd’hui. La liberté d’expression est une pierre angulaire de la démocratie – et c’est pourquoi nous devons la défendre. Ce n’est pas à des algorithmes ou aux propriétaires de gigantesques sociétés de décider quelles opinions sont correctes et lesquelles ne le sont pas.

La Pologne se fera toujours protectrice des valeurs démocratiques, y compris la liberté d’expression. Les propriétaires de réseaux sociaux ne peuvent pas se mettre au-dessus de la loi. C’est pourquoi nous ferons tout pour définir le cadre des opérations de Facebook, Twitter, Instagram et autres plateformes similaires. En Pologne, nous allons régler cela par une législation nationale appropriée. Nous proposerons également que des règlements similaires soient votées dans toute l’Union européenne.

Les médias sociaux doivent nous servir, et non les intérêts de leurs puissants propriétaires. Tout le monde a le droit à la liberté d’expression. La Pologne défendra ce droit.

Partager cet article

4 commentaires

  1. Je crois quand même, qu avec leur éducation chrétienne, les Polonais savaient s arrêter dés lors qu ils ne franchissaient pas certaines limites et usaient correctement du principe de liberté. Pas comme nous ,oú on est vite dans l insolence , la haine etc…En résumé, eux et nous n usons pas de la même façon de la liberté ; on a pris le mauvais penchant et on se retrouve en dictature. Ben , fallait pas ! On s est puni nous-même.

  2. Comme souvent ces derniers temps, la Pologne (comme la Hongrie) nous donne l’exemple de dirigeants qui ne sont pas dans la posture et agissent en se moquant de la dictature de lobbies et de la police de la pensée.

  3. A partir du moment ou on laisse des sociétés devenir plus puissantes que des états il ne faut pas s’étonner de trouver à leur tête de nouveaux Staline, Lénine,Trotsky, Hitler, Mussolini ou Mao.
    Déjà leur puissance viens de malversations, de vols, de spoliations etc.
    Ces sociétés sont toutes mafieuses par essence, la corruption y règne en maitre.

  4. Il y a maintenant plusieurs alternatives aux GAFAM, libre a nous de changer d’outils et de medias numériques. En priorité, fuir FB et Twitter, ne pose aucune difficulté.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]