Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / France : Société

La campagne « anti-Inquisitio » consiste moins dans la défense de notre communauté confessionnelle que dans celle du Christ en personne

Analyse très opportune du sens à donner au combat contre le Christ et Son Eglise :

"Le tombereau d’inepties déversées sur le petit écran par la série Inquisitio a amené des chrétiens à créer des plates-formes pour remettre les pendules de la vérité à l’heure, comme le site L’inquisitionpourlesnuls.com. Il y avait fort à parier que cette levée de boucliers susciterait en retour les sarcasmes des officines culturelles qui ne trouvent jamais l’Eglise aussi évangélique (et supportable) que lorsqu’elle se tait. Les plus avisées d’entre elles, connaissant un peu la blogosphère chrétienne, même si elles se gardaient bien d’en faire part, fourbissaient déjà leurs armes, se pourléchant les babines à l’idée de pourfendre du « catho intégriste » pris en flagrant délit de surrréaction.

Toutefois, ce n’est pas sur le fond de l’affaire que je me pencherai ici, mais sur la nature et la raison profonde de cette contre-offensive (métaphore militaire peut-être malvenue, mais le combat pour la vérité n’est pas toujours une sinécure). En prenant la défense de l’Eglise à l’occasion de la diffusion de la série télévisée Inquisitio, succombons-nous, nous catholiques, à un réflexe communautariste ? Nous crispons-nous sur la défense de nos intérêts confessionnels ? Repliés sur nos idiosyncrasies identitaires et pavloviennes, soutenons-nous un siège, reclus à l’intérieur de la forteresse « Eglise », contre des assaillants extérieurs ? Une lecture superficielle des articles suscités par cette fiction malhonnête pourrait le laisser croire. Il n’en est cependant rien. Pourquoi ?

Répondre à cette question revient en fait à définir la place de l’Eglise dans la religion chrétienne, et plus spécialement dans le catholicisme. Si beaucoup de croyants se sont sentis meurtris par Inquisitio, ce n’est pas parce qu’ils ne veulent pas se pencher sur les heures sombres de l’histoire du christianisme, mais parce que leur rapport à l’Eglise n’est pas de la même nature que la relation qu’entretient l’adhérent à l’association dont il est membre, adhérent qui est libre d’en sortir d’un moment à l’autre, et dont les liens noués avec elle sont souvent lâches, distendus, bref extérieurs à lui-même. Pour un chrétien, en revanche, l’Eglise n’est pas simplement un regroupement affinitaire, une association de gens qui pensent et croient la même chose. Elle fait partie de son identité la plus profonde. C’est par tout son être qu’il est greffé à elle. D’où vient alors ce malentendu au sujet de la place de l’Eglise dans le coeur des chrétiens ?

La source de cette incompréhension tient à la conception que beaucoup se font de la nature du christianisme. Notre religion ne se réduit pas à un beau message moral, et encore moins à un code de lois. Elle n’est pas une idée que les hommes seraient libres d’appliquer ou non. Le christianisme s’incarne dans l’Histoire, et l’Eglise est cette manifestation « charnelle ». Autrement dit, la campagne « anti-Inquisitio » consiste moins dans la défense de notre communauté confessionnelle (même si l’Eglise est notre maison), que dans celle du Christ en personne. L’Eglise n’est pas notre créature, mais l’Epouse de Jésus-Christ. Lui-même l’avait fait comprendre à Saint François lorsque, à la fin de sa vie, le pauvre d’Assise se désespérait de voir sa communauté naissante si mal tourner. Celui dont il avait tenu à imiter la vie lui fit alors savoir que ce n’était pas là son affaire, mais celle du Maître de l’histoire. L’amant de Dame Pauvreté avait dû se désapproprier une dernière fois de ce qu’il pensait être son œuvre, et qui s’avérait en fait être celle du Seigneur.

« Mais, nous rétorquera-t-on, si l’Eglise est l’affaire de Jésus-Christ, de quoi vous mêlez-vous? Quelle mouche vous a piqués de prétendre laver l’honneur de l’épouse d’un autre ? N’est-il pas assez puissant pour cela ? ». Précisément, l’Incarnation se prolongeant dans l’Eglise, manifestation charnelle du mystère du Fils de Dieu fait homme, il compte sur nous pour rétablir la vérité. De même que Jésus n’a que nos mains pour prodiguer sa charité, nos bouches pour proclamer l’Evangile, nos pieds pour le porter sur tous les continents, de même l’honneur de l’Eglise est commis à notre jugement, à notre courage aussi. Ce n’est pas usurpation de fonction de notre part, mais marque de confiance de la sienne.

Le Christ non seulement a voulu l’Eglise, mais surtout a promis qu’en elle il se communiquerait. On connaît les paroles fortes de Bossuet: « L’Eglise, c’est Jésus-Christ répandu et communiqué ». Il a lié son destin au sien. En tentant de rétablir la vérité au sujet de l’histoire de l’Eglise, nous protégeons la promesse du Nazaréen, et non un réduit identitaire replié sur lui-même.

Bien sûr, on nous objectera que cette « communication » laisse beaucoup à désirer. « L’Eglise sainte, mais non sans pécheurs ». Les chrétiens sont les premiers à en convenir. D’ailleurs, au début de chaque messe, toute l’assemblée reconnaît ses manquements. Les chrétiens ne revendiquent pas une sainteté acquise à la force du poignet et en vertu de laquelle toute critique les touchant serait calomnie et malveillance. Le monde, si aveugle sur lui-même, ne manque jamais de perspicacité pour nous rappeler cette discordance entre ce que nous professons et ce que nous faisons. Cependant, ces inconséquences, ces contre-témoignages ne doivent pas devenir un prétexte pour fermer les yeux sur les innombrables exemples de vies authentiquement évangéliques qui émaillent la longue histoire de l’Eglise.

Non, en essayant de rétablir les faits dans leur vérité, nous n’obéissons pas à un réflexe d’auto-défense. Un Autre (Jésus-Christ) se charge de nous protéger, lui qui ne cesse de se faire notre avocat en intercédant pour nous auprès de son Père. Loin de nous barricader dans une forteresse identitaire, de tenter de sauvegarder nos intérêts, c’est plutôt l’œuvre de cet autre, l’Eglise de Jésus-Christ, que nous tâchons de protéger des coups injustes qui la défigurent et la font méconnaître des hommes aujourd’hui.

Car les « intérêts » de l’Eglise coïncident in fine avec ceux de tout le monde. Quant à ceux qui s’obstinent à ne plus voir aucun rapport entre les deux, entre l’Eglise et Jésus-Christ, tant la première leur semble indigne du Maître des Béatitudes, et qui doutent de leur solidarité réciproque, nous laisserons pour finir le soin à Bossuet, toujours lui, de leur répondre : « Jésus-Christ est un avec l’Eglise portant ses péchés, l’Eglise est une avec Jésus-Christ portant sa croix ».

Partager cet article

8 commentaires

  1. Quand vous dites : “Pour un chrétien, en revanche, l’Eglise n’est pas simplement un regroupement affinitaire, une association de gens qui pensent et croient la même chose”.
    Pour un “chrétien de gauche” justement si. Si c’est exactement çà.

  2. La campagne contre Inquisitio repose bien plutôt sur le droit à la vérité, le droit à la justice et à la liberté religieuse.
    Il ne faut pas fragmenter la société comme le font les laïcistes et les escrocs déguisés en cinéastes.

  3. C’est tout à fait ça: bravo et merci de l’avoir fait remarquer. Et puis, connaissez-vous un seul autre journaliste capable d’employer à bon escient le beau mot de “idiosyncrasie”!

  4. Pour moi, il n’y a pas d’heures sombres du christianisme. Il y a de la propagande maçonnique basée sur une écriture diffamatrice de l’histoire.

  5. Je me suis obligé à regarder hier soir la daube Inquisitio pour la première fois. Cela m’a fait la même impression que lors des “rois maudits” (deuxième version, celle tournée il y a quelques années avec Jeanne Moreau).
    La première version des rois maudits, tournée au début des années 1970, était magnifique, pleine de vie, de truculence et d’humanité; les personnages avaient beaucoup de chair et de présence. La seconde version des rois maudits, tournée il y a cinq ou six ans, est profondément triste, l’humanité des personnages est appauvrie car tous n’ont plus qu’une seule manière d’être au monde: la stratégie et le cynisme.
    Inquisitio, c’est pareil, c’est le miroir d’une humanité triste et glauque; Inquisitio ne parle pas du Moyen-Age (les historiens contestent presque tout dans cette série), mais parle de notre temps tel qu’il est vu par les médias et les lobbies qui les gouvernent et qui gouvernent le ministère de la culture. Il est urgent de réveiller l’Espérance !

  6. Série “authentique” selon le réalisateur. En effet, il y a un “directeur littéraire” (!) Yvan Sadik – qui ne connaît pas le latin -, un dresseur animalier, des conseillers cascades et équestre.
    Mais pas de conseiller historique et encore moins religieux.

  7. Bravissimo à ceux qui ont réalisé la parodie de la bande annonce d’Inquisitio que nous signale lucien ci-dessus. Manifestement ils connaissent le milieu de l’intérieur (les trois du “bureau des nanars” de France 2 sont criants de vérité), ainsi que les trucs pour décrédibiliser en douceur et et dégonfler les baudruches sur lesquelles repose toute la construction de “l’oeuvre” (l’intervention du canard “Saturnin” dans le dialogue entre Clément VII et ses cardinaux, la “phrase déjà culte” qui est un poncif éculé et tant de détails millimétriques et efficaces…). Aux auteurs je dis continuez dans cette veine ! Grandiose !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services