Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

La bataille de l’embryon reprend

La Fondation Jérôme Lejeune relance un son journal de campagne en ligne Vous trouvez ça normal ? La raison : la bataille de l’embryon reprend !

En France,
la pression n’est jamais vraiment retombée depuis le 28 mars et la
résistance habile d’un groupe de députés de l’opposition à l’Assemblée
nationale ; réaction qui avait permis de mettre en échec temporairement
la proposition de loi visant à lever l’interdiction de la recherche sur
l’embryon humain. Les indicateurs d’un retour de la menace tournent
maintenant au rouge depuis que le gouvernement considère que la séquence
du mariage homosexuel est derrière lui. Outre l’euthanasie ou la
réforme de la famille, l’embryon est en première ligne. Ainsi, le Conseil des Ministres du 7 mai a fait du texte sur la recherche sur l’embryon une priorité du programme parlementaire avant l’été.
Dans le même temps, les partisans de ces recherches distillent dans la
presse l’image fantasmée d’une science brimée qui lutterait contre
« l’obscurantisme » (Philippe Brunet dans Le Monde le 19 mai).

C’est le moment de relancer l’alerte et d’appeler à la plus grande vigilance.

En Europe, l’heure
est à l’offensive pour protéger l’embryon. La Fondation Jérôme Lejeune
déploie en France, avec Alliance VITA, les Associations Familiales
Catholique et le Comité Protestant évangélique pour la Dignité Humaine l’initiative citoyenne européenne Un de nous.
Si le mouvement de défense du mariage en France est une « belle
surprise » et impressionne à l’étranger, pour la bataille de l’embryon
en revanche, les regards admiratifs portent sur l’Italie, la Hongrie,
l’Autriche, la Pologne ou l’Espagne. Dans ces pays, les signatures
pleuvent. A nous Français de suivre le rythme ! Avec 30 000 signatures, la moitié du contrat est rempli mais la France doit en réunir 60 000 d’ici l’été.
C’est l’occasion pour les Français, portés par une mobilisation
européenne, de briser le tabou entourant la fragilité de l’embryon pour
être capable collectivement d’adresser à la Commission européenne une
demande officielle de stopper les financements d’activités qui
détruisent l’embryon. L’enjeu est majeur. Soyons au rendez-vous.

Partager cet article