Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Jurisprudence Mitterrand/Polanski

Un quinquagénaire de Nevers, arrêté lundi après des soupçons de viols répétés sur ses nièces qu'il attachait pour en abuser, a été remis en liberté, hier, sur décision du juge des Libertés et de la Détention de Bourges.

Les 4 filles, âgées de 8 à 14 ans, avaient les mains liées, attachées sur le lit et bâillonnées. Pendant sa garde à vue, cet homme de 53 ans a reconnu l'intégralité des agissements révélés par les jeunes victimes. Des examens médicaux sur les 4 filles ont confirmé les violences. À ce jour, l'oncle a reconnu sept viols devant les enquêteurs.

En 1987, alors âgé de 31 ans, il avait comparu aux côtés de 6 co-accusés devant la cour d'assises de la Nièvre pour "viols, violences, proxénétisme aggravé, privation de soins et de nourriture" à l'encontre d'une fillette de 8 ans et d'un garçonnet de 10 ans. Il avait été condamné à 6 ans de prison ferme. La condamnation de 1987 ne figure plus à son casier judiciaire.

Et après on veut donner des leçons à la justice américaine ? Que Nicolas Sarkozy nettoie ces écuries d'Augias.

Partager cet article

14 commentaires

  1. Qu’un individu ne présentant pas de danger immédiat et qui ne présente pas de risque sérieux de fuite, soit en liberté alors qu’il n’a pas été encore jugé, rien d’anormal. [Vu les faits, il y a tout de même un danger. Et il s’agit en plus d’un récidiviste. MJ] Il bénéficie de la présomption d’innocence en attendant son jugement. Le jugement ne doit cependant pas se faire attendre, saint Louis disait paraît-il que la justice devait être “roide et prompte”.
    Ce qui est anormal c’est qu’il n’ait été condamné qu’à 6 ans de prison pour “viols, violences, proxénétisme aggravé, privation de soins et de nourriture” à l’encontre d’une fillette de 8 ans et d’un garçonnet de 10 ans. Des faits gravissimes qui faisaient courir un danger létal à des enfants, à des enfants. Au pays de l’avortement plus rien n’est grave.
    “On ne peut penser qu’une société puisse combattre efficacement le crime quand elle le légalise elle-même dans le cadre de la vie naissante.”
    (Benoît XVI, 16 septembre 2006)
    Cité sur le blog de Jeanne Smits.

  2. Si le père de ces fillettes, tue ce quinquagénaire pédophile taré et dégénéré, il sera condamné à 10 ans de prison!
    Ou est la justice?
    S’il tue le juge, il sera condamné à la perpétuité!
    Ou est la justice?
    “viols, violences, proxénétisme aggravé, privation de soins et de nourriture”: 6 ans de prison?
    Ou est la justice?
    Les juges rouges, laxistes dégénérés et tarés, jamais pénalement responsables des crimes qu’ils génèrent!
    Ou est la justice?
    Sarkozy l’apatride qui ne tiens jamais ses promesses!
    Ou est la justice?
    Sarkozy qui protège un pédophile en toute connaissance de cause !
    Ou est la justice ?

  3. Avoir remis en liberté ce quinquagénaire est totalement irresponsable car il est maintenant à la merci de ses proches qui pourraient être tentés de se faire justice eux-mêmes, sachant qu’ils n’ont pas grand chose à attendre de la justice de ce pays…

  4. Le Philanthrope,
    La présomption d’innocence est une con…ie, pour bobos dégénérés!
    Ou est la présomption d’innocence quand le violeur pédophile a lui-même reconnu les faits?
    Ce n’est pas le juge ou le jugement qui fait le coupable: c’est le délit, et lui seul!
    La police donne les preuve, l’avocat explique et appelle à la clémence, et le juge doit ou plutôt devrait condamner à une peine qui enlève définitivement toute envie de recommencer !
    Défendre la présomption d’innocence, quand toutes les preuves de culpabilité sont prouvées, et quand le coupable a avoué, c’est de la bêtise ou de l’hypocrisie haut de gamme!
    Arrêtez de défendre l’indéfendable !
    De la charité oui, et même chrétienne oui !
    Mais par pitié, pas de sentimentalisme gélatineux dégoulinant de pseudo bons sentiments !
    On ne fait pas de la Justice, avec de beaux sentiments!
    La justice doit être froide dure, implacable et en premier lieu penser à la peine des victimes, plutôt que de se préoccuper du bien-être des coupables!

  5. “La justice doit être froide dure, implacable ”
    L’allégorie traditionnelle de la justice est une femme portant un fléau et les yeux bandés.
    Cela fait un moment qu’en France la justice n’a plus les yeux bandés.

  6. Question posée, si un praticien du droit et des juridictions veut y répondre (merci par avance) : quelle peine aurait encouru ce violeur récidiviste pour les crimes de 1987, il y a encore qq décennies en arrière, avant l’effondrement de l’institution judiciaire ?

  7. Sarkozy trouve ça tout à fait normal, surement…

  8. Sarkozy n’est pas apatride puisqu’il fait partie de l’élite intellectuelle française (de gauche, mais cela aurait été un pléonasme). Après avoir soutenu une terroriste des brigades rouges, Marina Pettrela, il soutient un violeur et un adepte de l’exploitation humaine et du tourisme sexuel dans les pays pauvres. Il est assez logique avec lui-même
    Pour Sarkozy, la “droite qui s’assume”, c’est une droite passée à gauche.
    Il avait promis de gouverner selon la morale, mais sans nous dire que sa morale correspondait à l’immoralité la plus totale

  9. Je dirais qu’en France la justice a complètement les yeux bandés : elle tombe au pif au mètre sur les automobilistes pas exemple (il sont plus nombreux) et ne tombe pas sur les coupables.
    Bien d’accord sur l’usage du terme “présomption d’innocence”, il y a des cas où il est ridicule !

  10. A Michel Janva.
    Là je vous rejoins tout à fait, il s’agit d’un récidiviste qui reconnaît les faits , il faut donc le mettre hors d’état de nuire , cela relève de la mission régalienne de l’Etat.
    Que ceux qui en ont la charge se “débrouillent” pour assurer celle-ci en l’espèce quand bien même cela défriserait le syndicat de la Magistrature.
    Cependant, pour ma part, je me garderais bien d’en faire l’amalgame avec l’affaire Frédéric Mitterrand.
    L’émotion , là encore, ne doit pas tout justifier.
    Il me semble tout au contraire que cette affaire devrait justement donner l’occasion de mettre fin aux pratiques délétères de tels juges-des libertés-de-violer-les-enfants.
    Denière remarque : pour ce qui est des leçons à donner à la justice américaine , n’oublions pas que l’affaire Polansky démarre bien des Etats-Unis …étrangement relayés par un obscur canard de la Réunion, ce qui ne semble guère avoir attiré l’attention des uns ou des autres…
    Pensez-vous que l’Administration américaine qui vient de torpiller toutes les associations pro-Vie jusqu’ alors aidées par le clan Busch , se soucie réellement de la pédophilie en France?
    Si tel était le cas , il y a longtemeps que les plages de Normandie auraient pu être remises en service!
    [Ne mélangez pas tout : la justice américaine jouit d’une certaine indépendance vis-à-vis de l’Administration.
    L’affaire Mitterrand n’est pas seulement émotionnelle. Elle se base sur des faits : le soutien d’un ministre français, représentant la France, à un pédophile en fuite. Et ce ministre, malgré sa grave erreur, refuse de remettre sa démission. Au vu de cet exemple, la justice française a raison.
    D’où mon titre. CQFD.
    MJ]

  11. Oui, la dangerosité du phénomène est sa banalisation.
    J’ai signalé à Nation-Presse la BD “Appoline” de l’éditeur Casterman.
    Il s’agit du récit d’un pédophile, mais avec cette différence que la victime, une fillette de 7 ans est d’accord !
    “Super”, “je suis aux anges” etc… sont les propos qui reviennent, on en reste un peu ébahi.

  12. A Michel Janva ,
    sur le “soutien à Polansky “, Monsieur Miterrand a reconnu son erreur publiquement qui n’était d’ailleurs probalement pas que de pure “émotion”
    1) du fait de la provenance des poursuites
    2) du fait de son appartenance au milieu artistique qu’il tient nécessairement à préserver .
    J’ajouterai à cela qu’il y a certainement bien d’autres pédophiles connus qui ne sont ni en fuite ni repentis et que cela n’a jamais dérangé nombres d’acteurs authentiques du Système, fussent-ils entrain de tenter de se blanchir ,un peu grossièrement, sur ce coup-là.
    Il est pour le moins étrange, voire inquiétant, que leur “dérangement” se déclenche sur simple injonction d’oute-atlantique.
    Enfin, tout bien pesé je ne crois rien “mélanger” , mais tout au contraire hiérarchiser les priorités à discerner dans l’espérance d’une restauration de l’esprit et de la lettre de la loi naturelle sur le champ politique.
    Vous pouvez ne pas être d’accord avec cette hiérarchisation et même la critiquer… sereinement.
    Merci à vous.
    [M. Mitterrand n’est pas n’importe qui, il est ministre et représente la France. Qu’a-t-il reconnu comme erreur ? Son ouvrage ? Son tourisme sexuel ? Ses rapports avec des gosses ? Non, seulement sa réaction “émotive” sur l’affaire Polanski.
    Un ministre qui réagit par émotion ne peut pas être ministre.
    Un ministre ayant pratiqué le tourisme sexuel non plus.
    MJ]

  13. A Michel Janva
    addendum : pour ce qui est de l’indépendance la justice américaine , j’ose espérer que vous n’aurez pas à le vérifier à contrario sur le sort qui s’annonce peser sur les courageux Evêques américains dans les temps à venir.
    Nous aurons cretaienement l’occasion d’en reparler, hélas.

  14. il s’agit de ses nièces! Les parents des fillettes les ont laissées seules avec un violeur qui a fait de la prison… Et ils ne sont pas inquiétés?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services