Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Jean Madiran, RIP


JmL'hommage de Philippe Maxence

"Fondateur de la revue Itinéraires et du quotidien Présent, écrivain et journaliste, Jean Madiran, oblat de saint Benoît, est retourné à la Maison du Père en ce mercredi 31 juillet 2013. Comme Louis Veuillot en son temps, il reste un exemple de combattant inlassable au service de l’Église et parfois contre le personnel de celle-ci qui en notre temps n’est pas toujours à la hauteur de Celui qu’il doit servir. Jean Madiran était un disciple de Charles Maurras, mais aussi, et peut-être surtout, d’André et d’Henri Charlier dont il a contribué plus que quiconque à faire connaître et répandre l’œuvre et ce souci péguiste de la réforme intellectuelle et morale. Le Père Bruckberger a écrit de lui qu’il continuait de porter en notre temps la voix exigeante de Charles Péguy et cet hommage était juste, venant d’un homme et d’un prêtre qui se disait pour sa part le disciple de Georges Bernanos. 

À l’heure qu’il est, alors que la nouvelle vient de tomber, le moment est à la prière et à la reconnaissance. À toute une génération, dont je fais partie, Jean Madiran a appris et transmis les exigences de la vertu naturelle de piété, vertu si contraire à la modernité et dont on voit aujourd’hui, plus que jamais, qu’elle est nécessaire, alors que le spirituel et le temporel semblent s’enfoncer d’un même pas, ou d’un même mouvement, vers la reddition absolue au grand n’importe quoi.

Il est trop tôt pour dire tout ce que nous devons à Jean Madiran. Je n’étais pas un de ses proches et je n’ai pas partagé tous ses combats. Mais il a fait partie de ces hommes qui ont marqué ma jeunesse et ses écrits furent de ceux qui ont eu une influence décisive sur le jeune garçon que j’étais, quand le souci de la primauté du bien commun de l’Église et de la France m’ont suffisamment étreint pour qu’il décide d’une grande part de mon existence. Il a affermi en moi l’attachement à la messe catholique romaine, attachement non pas seulement sentimental, mais raisonné et doctrinal. Il m’a encouragé, par son exemple, à me greffer de manière décisive au grand rameau bénédictin. Il m’a appris à penser et à réfléchir en catholique, même dans les questions du combat temporel. Il était le dernier de la grande cohorte des écrivains et penseurs catholiques de l’après-guerre et sa voix va manquer alors que le ciel s’assombrit.

C’est sous le signe et dans la perspective de la piété que je garde le souvenir de ce défenseur de la foi et je le confie bien sûr à la douce miséricorde de Dieu car il a combattu le bon combat, qu’il nous faut continuer aujourd’hui, à notre manière et selon nos faibles moyens, pour l’honneur de l’Église et le salut de notre patrie.

D’autres diront mieux que moi l’hommage que Jean Madiran mérite aujourd’hui. Mais je voulais ce soir témoigner que bien au-delà du cercle de ses proches son influence aura été importante, comme j’ai pu lui dire un jour de vive voix.  A Dieu, Jean Madiran.

Fidélium Deus, ómnium Cónditor et Redémptor : animábus famulórum, famularúmque tuárum remissiónem cunctórum tríbue peccatórum ; ut indulgéntiam quam semper optavérunt, piis supplicatiónibus consequántur".


Biographie et bibliographie
.

Partager cet article

24 commentaires

  1. Merci Monsieur Madiran pour tout ce que vous nous avez apporté.
    À nous de poursuivre les bons combats!

  2. Ses analyses témoignaient d’une intelligence exceptionnelle.

  3. Réjouissons-nous : il est parti vers la paix et la lumière après avoir transmis le flambeau. Une vie terrestre digne d’avoir été vécue.
    Et il saura intercéder pour la France, qui est en grand péril et ne s’en sortira pas hors intervention de la Providence…
    RIP.

  4. Monsieur Madiran restera celui qui a mené tous les bons combats en bon élève des frères Henri et André Charlier.
    Ce fut aussi un vrai artisan de la réforme intellectuelle et morale. Pour faire court et dans l’actualité, Madiran est celui qui n’a jamais rien lâché.
    Puissions-nous l’imiter après nous être mis à son école.
    Merci cher Maître

  5. Bel hommage de Ph. Maxence.
    Jean Madiran fut aussi pour moi un maître à qui je dois beaucoup et avant tout, l’amour de l’Eglise et de la France. Il a eu une place très importante dans ma conversion.
    Ce peut être aussi l’occasion de nous soutenir Présent en ce moment qui poursuit son esprit.

  6. Notre Maître Jean Madiran, par sa clarté d’expression, sa clairvoyance et sa lucidité en tous domaines, a certainement contribué à éviter le naufrage de l’Eglise et de la France. Merci cher Maître et intercédez pour nous.

  7. Jean Madiran a souvent montré l’exemple et il a marqué profondément ma culture. J’entends encore sa voix sur les ondes de Radio Courtoisie. Oui, un grand défenseur de la foi, je prie pour lui.

  8. J’ai rencontré plusieurs fois Jean Madiran.
    Tous ses propos et ses écrits étaient très
    limpides.Je suis triste de cette mauvaise
    nouvelle.Qu’il repose en Paix.

  9. Le souvenir de Présent qui m’a le plus marqué, c’est dans les années 1984… le journal déversait sa haine du Cardinal Lustiger, l’accusant – au moment des menaces sur l’enseignement libre – de se mêler d’un sujet qui ne regardait que les Français, lui, le cardinal juif.
    Ça m’a définitivement vacciné contre ce journal.

  10. Ce grand penseur, polémiste au verbe fort et clair, aura marqué toute une génération par ses analyses lucides.
    On se sentait presque intelligent à le lire, spécialement dans certains éditoriaux de Présent. Par des phrases très courtes (parfois même sans verbe), on suivait le déroulement implacable de son raisonnement…. Qu’à chaque point on ne pouvait que valider avec une secrète admiration !
    De l’autre côté du voile, il regarde certainement avec intérêt le devenir de ses « fraternels adversaires » comme la justesse de certains choix auquel il a été confrontés.
    Requiescat in Pace.

  11. Prions pour lui. Quelle magnifique oeuvre.
    Quelqu’un sait-il où et quand ont lieu les funérailles ? Il habitait à Paris mais était oblat du Barroux.

  12. Restons toujours fidèles à la Sainte doctrine, le combat continu. R.I.P cher Mr MADIRAN.

  13. Chers amis, voici une nouvelle surprenante ! C’est une terrible révélation de Sandro Magister. La congrégation pour les religieux a pris un décret, daté du 11 juillet, explicitement approuvé par le pape, instituant un « commissaire apostolique » à la tête des Franciscains de l’Immaculée, et leur interdisant de célébrer la messe de saint Pie V :

  14. Jean Madiran était doté d’une intelligence hors norme et a su décortiquer de façon magistrale tous les problèmes religieux conciliaires et post conciliaires. L’Eglise lui doit beaucoup et le reconnaîtra peut-être un jour mais peu importe, grâce à lui, des générations de laïcs sont restés catholiques. Merci Monsieur.Reposez en Paix maintenant!

  15. Jean Madiran laisse un grand vide derrière lui, notamment à la tête du quotidien « Présent ».
    Son regard sans complaisance sur l’épiscopat français et ses compromissions avec le pouvoir socialiste, s’exprimait par des éditoriaux courageux.
    J’ai peur que le relais, hélas, ne soit pas pris…

  16. c’est dommage qu’on n’ait pas la traduction du latin à la fin…..

  17. Le dernier détenteur de la Francisque encore vivant s’en est allé.

  18. Jean … Intelligence pointue, philosophe et visionnaire. Il aurait pu mettre son savoir et son talent dans la seule rédaction de doctes et indispensables ouvrages devenus rapidement des livres références. Mais Jean Madiran était surtout, de mon point de vue, un combattant national et catholique. Et pour se donner les moyens de ce combat, il a créé un outil précieux et indispensable : « Présent « . Un quotidien… Pari insensé si réussi, si nécessaire . Un éditorial en quelques points acérés et cinglants, allant à l’essentiel.
    La disparition de Jean Madiran constitue une perte majeure pour la droite nationale, patriotique et catholique.
    Bernard, Jeanne, Olivier, Caroline, Alain et tant d’autres doivent se sentir bien orphelins de cet homme respecté qui rejoint d’autres étoiles de l’envergure d’un Maurras, d’un Thibon ou d’un Georges-Paul Wagner
    À Dieu Jean

  19. Il fut un pont entre MAURRAS et le 21 ème siècle. Outre la défense de la liturgie et de la tradition catholique romaine latine, il fut aussi un analyste irremplaçable du modernisme catholique et de la démocratie-chrétienne, du relativisme théologique et liturgique ayant imposé leurs erreurs au travers du Concile Vatican II, du terrorisme intellectuel et de l’antiracisme comme idéologie de substitution au marxisme, des approximations et mensonges de la Nlle DROITE Néo païenne.
    Le lire était une leçon de clarté de la pensée et de grandeur du style.
    Avec Maurice BARDECHE dans  »Défense de l’Occident », Jean MADIRAN dans  »ITINERAIRES » a transmis le flambeau durant la période noire des années 50,60,70 et 80.
    On mesure la qualité d’un homme à celle de ses amis : d’Alexis CURVERS à Dom GERARD, des frères CHARLIER à Bernard ANTONY, de Gustave THIBON à Louis SALLERON, de Jacques PERRET à Marcel de CORTE, de Michel de Saint-Pierre à Henri MASSIS,sans oublier Francis Bergeron, Henri Barbé, Judith Cabaud, Yves Daoudal, Georges-Paul Wagner, Gustave CORCAO, Bernard Bouts, Jean Dumont, Georges Dumoulin, Christian Langlois, lire ITIN2RAIRES était un enchantement et une sorte d’Université religieuse, artistique, politique de mois en mois.
    L’ensemble des 338 numéros de la revue « Itinéraires », est disponible sur CD-ROM. Contacter M. Champroux :
    jpi.champrouxfree.fr
    09 50 80 97 10
    Jour de tristesse mais aussi d’immense reconnaissance.

  20. Je ne le connais que par ses articles dans Présent qui m’ont toujours vivement intéressé et appris.
    Sa pensée profonde s’exprimait dans un style simple, en tout cas accessible.

  21. Prudence avec Jean Madiran . Prions pour lui, beaucoup ont été abusés par lui, certains s’en sont aperçus et le disent :
    Jean Madiran est mort… Dieu a jugé… | Le CatholicaPedia Blog
    wordpress.catholicapedia.net/?p=8582
    J’espère pour la Vérité que ce texte ne sera pas occis.

  22. @ Lève toi
     »Abusés » par Jean Madiran ?
    Qu’on ne soit pas en accord avec lui sur tout, c’est une attitude de liberté critique assez compréhensible. Comme dans toute vie et oeuvre humaine, il existe des manques et des défauts.
    Mais sous-entendre de Jean MADIRAN qu’il nous aurait  »abusé » et qu’il aurait fini moderniste, relativiste et passible de l’enfer, quelle prétention et surtout quelle outrecuidance !
    Jean Madiran se réclamait plus de St Pie X et de Pie IX que de Mgr Gaume ou Mgr Jouin ou d faux Marquis de la Franquerie qu’il ne suffit pas d’avoir lu pour comprendre l’histoire de l’Eglise et du monde : il existe vraiment un protestantisme catholique au sein de la Tradition, qui croit que la vérité puisse être contenue intégralement par qq uns en dehors de l’Eglise….au nom de l’Evangile authentiquement interprété et enseigné.

  23. @ Martial BILD
    Cher Martial,
    Le fondateur de PRESENT a été Bernard ANTONY qui a fédéré les énergies et les talents pour transformer les qq milliers d’abonnés du PRESENT mensuel en abonnés d’un PRESENT devenu quotidien.
    Sans le point de départ et la réunion des 5 fondateurs par Bernard ANTONY, PRESENT quotidien n’existerait pas. Tout comme sans jean MADIRAN le quotidien n’aurait pas acquis son assise et sa durée : bel exemple de la rencontre réussie entre du militantisme et du talent, que Jean MADIRAN avait su faire perdurer par la rectitude de la pensée et la permanence des idées. Réussite et durée dont l’exemple est à méditer pour la droite nationale et catholique, trop encline aux divisions, et au  »court-termisme » de la forme se substituant au fonds.

Publier une réponse