Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Jean-Louis Touraine : « La fin de vie de Jean-Paul II était pitoyable. »

Jean-Louis Touraine : « La fin de vie de Jean-Paul II était pitoyable. »
Voici quelques propos recueillis mercredi soir au groupe d’étude parlementaire sur la Fin de vie, qui est en faveur de l’euthanasie. L’invité était Yves de Locht, médecin qui pratique l’euthanasie en Belgique.

La première personne qu’il dit avoir euthanasié est un prêtre…

Il raconte qu’un jour une personne française l’a appelé pour lui demander de l’euthanasier. Sa souffrance était si insupportable qu’elle menaçait de « se suicider »si jamais elle n’était pas prise en charge par le docteur de Locht.

Propos recueillis :

  • Jean-Louis Touraine : député LREM Rhône (3e circonscription)

« La fin de vie de Jean-Paul II était pitoyable. »

  • Jeanine Dubié : député LREM Hautes-Pyrénées (2ecirconscription)

« L’euthanasie est le dernier soin. »

Elle vente l’humanité poussée à son paroxysme à travers les actes perpétrés par le docteur de Locht.

Partager cet article

7 commentaires

  1. Le problème est que ces gens ont perdu totalement le sens de la souffrance. Fort heureusement la médecine a fait de formidables progrès et la souffrance est aujourd’hui bien gérée, pour autant elle ne sera jamais totalement supprimée, c’est le lot de notre humanité blessée par le péché. Seulement ces médecins matérialistes ne peuvent accepter ce présupposé. Et lorsque l’on refuse l’idée du péché, de la blessure originelle, alors évidemment l’idée que l’on puisse souffrir à la fin de sa vie est tout simplement inenvisageable.
    Et puis la souffrance doit pouvoir être offerte, et St Jean Paul II en a donné un vibrant exemple. Mais à quoi bon lorsque après celle-ci la mort ouvre sur le néant ? Et dans leur esprit cette offrande relève d’une forme de masochisme, de perversité.
    Malheureusement les mentalités ont été changées, l’individualisme a pris le pas sur la transcendance. Il faut jouir, profiter, sans se soucier de l’après puisque dans leur idée il n’existe pas. L’homme en s’affranchissant de Dieu, finit par s’affranchir de sa propre dignité qui est précisément de tendre vers Lui.

    Et je pense que cela permet de comprendre, sans bien évidemment le justifier et encore moins l’accepter, que dans le même temps on développe et prône les soins palliatifs, tout en militant pour la mise à mort de ceux qui souffrent.

  2. Tous ces éminents “gentils penseurs” ne veulent pas de la souffrance, qu’elle soit la leur ou le spectacle de celle des autres, parce qu’ils en ont peur ! Elle perturbe leur petite tranquilité, leur petit bien-être matérialiste…

    Souffrir, c’est vivre ! Il ne s’agit pas du tout de rechercher la souffrance bien évidement, mais de comprendre que la souffrance fait partie de la vie, tout comme l’appétit, le désir, la joie ou la tristesse ! En refusant la souffrance, ils refusent la vie…

    Ils sont en fait des morts en sursis !

  3. Merci Jacques RG pour votre excellente analyse.
    Et dire que cet homme [Touraine] est médecin ! Il fait honte à la profession. Même sans être dans une anthropologie chrétienne, Hippocrate disait déjà six siècles avant notre ère « je ne donnerai pas de poison à mes patients, même si on me le réclame ». Quelle régression de la conscience morale ! Quelle négation de la dignité intrinsèque de toute vie humaine !
    Le problème de cet homme, et de beaucoup de ses semblables en loge, est le refus de notre dépendance, une volonté d’autonomie exacerbée, proprement prométhéenne ou luciférienne. Il est impossible d’affirmer les droits de l’homme sans reconnaître les droits de Dieu et donc les devoirs de l’homme. Même si cela est positivement insupportable aux yeux de certains, nous ne retrouverons la dignité et la liberté de l’homme qu’en reconnaissant la primauté de Dieu.

  4. comme je l’ai déjà dit ces nuisibles devraient être euthanaziés derechef, ils ne nuiraient plus et au moins chacun pourrait vivre librement

  5. Provoquer délibérément la mort de quelqu’un n’est jamais un soin. On ne supprime pas la souffrance en supprimant le souffrant. Ceux qui provoquent intentionnellement la mort d’une personne humaine ne sont pas des meurtriers mais des assassins au sens strict et légal du terme. Et si une société (ou une personne) admet pour quelle que raison que ce soit l’assassinat, il n’y a plus de limite, ainsi que on le constate dans les pays ayant dépénalisé de tels actes (avortement ou euthanasie vont de pair, et relèvent de la même démarche intellectuelle ou affective).

  6. Oui, c’est tout à fait cela… c’est un dialogue de sourd car ces “humanistes” qui professent leur agnotisme sont au pouvoir et détiennent le pouvoir légal qu’ils façonnent selon leurs idéaux … car “ce qui est légal n’est pas obligatoirement moral” m’a dit un jour mon DRH alors que je criticais une décision “injuste” à mes yeux bien que légale.
    Nous, chrétiens, sommes aux antipodes de leur conception de la Vie et de leur devenir de l’Homme.
    Nous sommes par essence ouvert aux autres en commençant par la famille, par le mariage chrétien, par le don de la Vie, par l’accompagnement des malades et des personnes en fin de vie etc.
    L’avortement et l’euthanasie sont des actes qui sont pour nous contraire aux commandements de Dieu (“Un seul Dieu tu adoreras” et “Tu ne tueras pas”) mais pour ces “nombrilistes”, Dieu n’existe pas, seul leur libido compte !
    Nous sommes de plus en plus dans une société qui ne s’intéresse qu’à elle-même, qui ne tient pas compte des réalités extérieures et naturelles sauf si ces réalités vont dans le sens de leurs intérêts (le pouvoir et l’argent comme fin et non comme moyen de faire le bien).
    De plus en plus nous avons 2 mondes face à face.
    Nous sommes des “altruistes” face à des “nombrilistes” souvent obtus … d’où dialogue de sourd !!

  7. La fin de vie de Jean Paul II m’a parut beaucoup moins pitoyable que la vieillesse de M. Touraine !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique