Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Italie : le lobby euthanasiste se lève

Piergiorgio Welby, sexagénaire atteint de dystrophie musculaire, vient de lancer le débat sur l’euthanasie en Italie, après avoir publié une supplique au président réclamant le droit de mourir. Le chef de l’Etat, Giorgio Napolitano, s’est prononcé en faveur de l’ouverture d’un débat sur la question, dans une lettre rendue publique ce week-end.

"Je pense que nous devrions savoir gré au président Napolitano, qui a proposé une discussion et un débat sur ce sujet", a déclaré le ministre de la Solidarité Paolo Ferrero, membre de la coalition de Romano Prodi. "Je suis personnellement favorable à l’euthanasie", a ajouté le ministre. Rocco Buttiglione a de son côté rappelé que selon "la loi italienne l’euthanasie est interdite". Pour lui, "quand quelqu’un est désespéré et demande à être supprimé", il faut "essayer de l’aider à retrouver l’espoir".

Rocco Buttiglione a raison. Il a en effet été prouvé, et il convient de le rappeler, que le ‘souhait’ de l’euthanasie est liée au désespoir. Des chercheurs ont déclaré se sentir "mal à l’aise" avec l’idée qu’une demande d’euthanasie soit en fait un symptôme de dépression nerveuse.

Pour aller plus loin, on pourra se référer à ce document de l’académie pontificale pour la vie, ainsi qu’à la déclaration Jura et Bona de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Cette dernière affirme notamment :

"rien ni personne ne peut autoriser que l’on donne la mort à un être humain innocent, fœtus ou embryon, enfant ou adulte, vieillard, malade incurable ou agonisant. Personne ne peut demander ce geste homicide pour soi ou pour un autre confié à sa responsabilité, ni même y consentir, explicitement ou non. Aucune autorité ne peut légitimement l’imposer, ni même l’autoriser. Il y a là violation d’une loi divine, offense à la dignité de la personne humaine, crime contre la vie, attentat contre l’humanité."

Michel Janva

Partager cet article

3 commentaires

  1. en fait c’est assez simple
    les enfants, on les avorte
    les vieux ou les malades ou les déséspérés
    on les euthnasie
    et ensuite on fait venir des immigrés

  2. Marie Humbert vient d’honorer de sa présence miliatnte la représentation d’une pièce qui raconte son histoire et met en valeur son geste d’amour (sic).Elle a participé au script et donné des inteviews.
    Voilà comment transformer une (non )décision judiciare en plaidoyer sentimentalo-larmoyant pour faire avancer sa cause par un autre canal. La culture vous dis-je, le théatre, quel magnifique moyen de faire passer des idées subversives!!! Les communistes chinois faisaient (font?) pareil

  3. Vive l’euthanasie, simplement pour ceux qui en sont partisans.

Publier une réponse