Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise / Pays : Irak

Irak : le Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux condamne les crimes et étrille les responsables musulmans

Un message d'une rare fermeté :

"Le monde entier a assisté, stupéfait, à ce qu’on appelle désormais « la restauration du califat » qui avait été aboli le 29 octobre 1923 par Kamal Atatürk, fondateur de la Turquie moderne.

La contestation de cette « restauration » par la majorité des institutions religieuses et politiques musulmanes n’a pas empêché les jihadistesde l’« Etat Islamique » de commettre et de continuer à commettre des actions criminelles indicibles.

Ce Conseil pontifical, tous ceux qui sont engagés dans le dialogue interreligieux, les adeptes de toutes les religions ainsi que les hommes et les femmes de bonne volonté,ne peuvent que dénoncer et condamner sans ambiguïté ces pratiques indignes de l’homme:

-le massacre de personnes pour le seul motif de leur appartenance religieuse;

-la pratique exécrable de la décapitation, de la crucifixion et de la pendaison des cadavres dans les places publiques;

-le choix imposé aux chrétiens et aux yézidis entre la conversion à l’islam, le paiement d’un tribut (jizya) ou l’exode;

-l’expulsion forcée de dizaines de milliers de personnes, parmi lesquelles des enfants, des vieillards, des femmes enceintes et des malades;

-l’enlèvement de jeunes filles et de femmes appartenant aux communautés yézidie et chrétienne comme butin de guerre (sabaya);

-l’imposition de la pratique barbare de l’infibulation;

-la destruction des lieux de culte et des mausolées chrétiens et musulmans;

-l’occupation forcée ou la désacralisation d’églises et de monastères;

-la retrait des crucifix et d’autres symboles religieux chrétiens ainsi que ceux d’autres communautés religieuses;

-la destruction du patrimoine religieux-culturel chrétien d’une valeur inestimable ;

-la violence abjecte dans le but de terroriser les personnes pour les obliger à se rendre ou à fuir.

Aucune cause ne saurait justifier une telle barbarie et certainement pas une religion. Il s’agit d’une offense d’une extrême gravité envers l’humanité et envers Dieu qui en est le Créateur, comme l’a souvent rappelé le Pape François.

On ne peut oublier pourtant que chrétiens et musulmans ont pu vivre ensemble – il est vrai avec des hauts et des bas – au long des siècles, construisant une culture de la convivialité et une civilisation dont ils sont fiers. C’est d’ailleurs sur cette base que,ces dernières années, le dialogue entre chrétiens et musulmans a continué et s’est approfondi.

La situation dramatique des chrétiens, des yézidis et d’autres communautés religieuses et ethniques numériquement minoritaires en Irak exige une prise de position claire et courageuse de la part des responsables religieux, surtout musulmans, des personnes engagées dans le dialogue interreligieux et de toutes les personnes de bonne volonté. Tous doivent être unanimes dans la condamnation sans aucune ambiguïté de ces crimes et dénoncer l’invocation de la religion pour les justifier. Autrement quelle crédibilité auront les religions,leurs adeptes et leurs chefs ? Quelle crédibilité pourrait avoir encore le dialogue interreligieux patiemment poursuivi ces dernières années?

Les responsables religieux sont aussi appelés à exercer leur influence auprès des gouvernants pour la cessation de ces crimes, la punition de ceux qui les commettent et le rétablissement d’un état de droit sur tout le territoire, tout en assurant le retour des expulsés chez eux. En rappelant la nécessité d’une éthique dans la gestion des sociétés humaines, ces mêmes chefs religieux ne manqueront pas de souligner que le soutien, le financement et l’armement du terrorisme est moralement condamnable.

Ceci dit, le Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux est reconnaissant envers tous ceux et celles qui ont déjà élevé leurs voix pour dénoncer le terrorisme, surtout celui qui utilise la religion pour le justifier.

Unissons donc nos voix à celle du Pape François: « Que le Dieu de la paix suscite en tous un désir authentique de dialogue et de réconciliation. La violence ne se vainc pas par la violence. La violence se vainc par la paix!».

Partager cet article

21 commentaires

  1. Suis-je sourd ou aveugle pour ne pas voir les manifestations massives des organisations musulmanes en France protestant contre ces atrocités ?

  2. les prêtres vont être obligés de relayer ça dans leurs sermons

  3. Certains à la lumières des atroces évènements présents vont-ils enfin comprendre le bien fondé de la réaction de nos ancêtres qui avec courage dans les conditions de l’époque se sont croisés pour venir au secours des personnes qui subissaient les mêmes exactions barbares totalement justifiées par les écrits, les paroles et les actes de la secte?

  4. […]

  5. “les adeptes de toutes les religions ainsi que les hommes et les femmes de bonne volonté, ne peuvent que dénoncer et condamner sans ambiguïté ces pratiques indignes de l’homme.”
    (…)
    ” En déclarant qu’une intervention militaire en Irak est « nécessaire pour arrêter l’avancée des djihadistes », le Vatican prêtera le flanc à l’accusation de faire le jeu du conflit de civilisation. Mais d’un point de vue objectif, cette déclaration est inspirée par le souci de la justice et du progrès social reposant sur la réalité et non l’idéalisme. Il est évident qu’il faut protéger les droits des minorités ainsi que la liberté religieuse des Chrétiens au Moyen-Orient. Et ce rôle revient en priorité à la France, depuis Saint-Louis : pour la défense des faibles, “pour la défense de la liberté religieuse”.
    Bienvenue dans le monde réel !

  6. Si les barbus n’ont pas défilé contre le mariage pour tous, ils ne s’indigneront pas non plus contre ces crimes. Là encore il y a les vrais musulmans et ceux qui travaillent pour le Dajjal ! Ce califat ISIS pue de très loin l’antechrist. On juge un arbre à ses fruits. Ceux de ce califat sont sataniques. Tout laisse à penser que nous sommes bien à la Fin des Temps !

  7. L’état d’esprit des autorités religieuses changerait-il ? Quand on se rappelle qu’à Lampedusa, le pape François demandait que tous « aient le courage d’accueillir ceux qui cherchent une vie meilleure »…
    http://www.famillechretienne.fr/societe/monde/immigration-a-lampedusa-le-pape-francois-denonce-avec-force-la-mondialisation-de-l-indifference-101872.

  8. Ah, l’Eglise commencerait-elle à se réveiller?

  9. Il était temps !!!
    Parce que faire lire par son porte-parole un appel urgent à la communauté internationale pour « protéger » les populations du nord de l’Irak, en grande partie chrétiennes, en fuite devant l’avancée des djihadistes de l’Etat islamique, en reprenant son exhortation de l’Angelus du 20 juillet, soulignant que « la violence ne se vainc pas par la violence, mais par la paix » (bien entendu !! Merci à l’évêque de St Etienne d’être un peu plus réaliste…) et exprimant sa « proximité » avec les frères chrétiens « persécutés et dépouillés de tout », c’était quand même le service minimum pour un pape…
    Et puis dans le même temps qu’il y a cette politique très claire qui se déroule depuis plusieurs semaines, voire mois, avec ce qu’il faut de conflits provoqués et focalisateurs de nos medias (et donc politiques) pour qu’ils détournent les yeux en toute bonne conscience, le souverain pontife avait quand même eu l’initiative d’organiser pour le 1er septembre le premier match inter-religieux en faveur de la Paix au Stade Olympique de Rome, pas très loin du Vatican.
    Cela s’appelle avoir les épaules d’un chef d’Etat et d’un pasteur pour ses brebis…
    Heureusement que cela a dû tanguer dans la hiérarchie, que l’Esprit Saint a réveillé certains et que le Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux condamne les crimes et étrille les responsables musulmans.
    Il était vraiment temps …

  10. Bonsoir,
    Dommage que ce même Conseil Pontifical ne condamne pas avec la même sévérité les quelques 225 000 bébés que l’on sacrifie, sur l’autel du profit et de la commodité, dans le ventre de leur maman, et cela rien que dans notre beau pays “catholique” de France.
    Toujours deux poids, deux mesures.
    DIEU jugera!
    Reviens Seigneur, ils sont devenus fous!
    Merci!
    JFL

  11. Allo

  12. Allo ? M le recteur Dalil Boubekeur ? Ah, il est en réunion avec Tarik Ramadan !

  13. @ Carlos
    “Tout laisse à penser que nous sommes bien à la Fin des Temps !”
    Je crois que toutes les générations, depuis le Christ, ce sont dit la même chose.
    Interrogé sur le jour et l’heure de la fin du monde, le Christ répondit que seul Dieu connaissait l’heure. Alors Carlos, si je comprend bien votre émoi, ayez l’espérance. De toutes manières la fin des temps dépend de l’âge de nos artères et ça, on peut grosso-modo la prévoir.

  14. Rien de la part des instances représentatives des musulmans de France.
    Ce silence est une signature !

  15. Le conseil pour le dialogue interreligieux déclare que ce qui est promu dans le Coran (la liste des alineas) correspond à des “pratiques indignes de l’homme” ? Il est peut-être temps de s’interroger sur les finalités de ce dialogue…

  16. @ Bernard Mitjavile : et pourquoi donc y en aurait-il donc alors que leur pays (la France, what else?) a pris des positions fermes, que l’ONU – où figure nombre de pays islamiques – soutient Ban ki Moon et que Laurent Fabius, chaque jour davantage, s’engage ?
    Si des manifestations ont lieu pour les Palestiniens, c’est parce que ceux-ci ne bénéficient pas de la même attention de la part du Gouvernement et du Président. Et comme nul n’ignore les sentiments du PM envers la cause israélienne, il n’est guerre surprenant que des manifestations pour ceux-ci se poursuivent, en vue d’obtenir une partialité moindre, tant des (ir)responsables politiques que des médias. Là, quel intérêt d’aller manifester quand on a obtenu satisfaction ?
    J’observe que vous demandez aux organisations musulmanes de protester contre des atrocités, mais les organisations chrétiennes le font elles pour la majorité (certes) chiite qui se fait dézinguer, non point tant – et il en va de même pour les minorités chrétiennes et autres – pour des questions religieuses mais par souci de se venger d’une indifférence ou d’un soutien supposé envers le Gouvernement du PM irakien chiite haï par tous les sunnites, car c’est le propre des vainqueurs (les chiites sont au pouvoir grâce aux USA) d’humilier ceux qui ont eu (la sottise?) de soutenir Saddam.
    @ Stephe : il est extrêmement facile de faire dire à un texte ce qu’on veut lui faire dire. Le Coran comme la Torah (Ancien Testament) préconise la guerre. (Même le Christ explique ne pas être venu pour la paix d’ailleurs.)
    C’est d’ailleurs bien pourquoi les Juifs n’ont jamais reconnu en Jésus le Messie, car il n’était pas là pour renverser un pouvoir et donner (par là-même) un pouvoir tant politique que religieux au «peuple élu». La différence entre les deux textes, c’est que la Torah permet de se faire justice soi-même alors que le Coran, qui n’autorise le djihad que pour se défendre (ce qui explique par ex que Saladin ait accepté le dialogue avec Richard Coeur de Lion, jusqu’à ce que ce dernier, bêtement, tue l’ensemble des otages musulmans) prohibe toute vengeance personnelle, puisque seul Allah est prescrit pour faire justice.
    La Bible ne dit d’ailleurs pas autre chose : c’est à Dieu seul qu’il appartient de se venger de ceux qui pêchent. On le voit bien, notamment, avec l’épisode de la femme qui va se faire lapider. Jésus ne critique pas l’acte en lui-même, il demande seulement à l’assistance qui est apte à jeter la première pierre à cette femme. Il en résulte donc que seul Dieu a ce droit de punir.
    @ Hector : en l’espèce, le rôle reviendrait plutôt à un descendant de Saint Louis plutôt qu’à un Président laïc qui ne doit connaître l’Irak (ou autre) que par carte postale. Il se trouve qu’il y en a un en Espagne : Philippe d’Espagne. (Via Louis XIV)
    Une action militaire, il y en a déjà une : celle de l’armée irakienne. Le souci c’est qu’elle est principalement composée de chiites, considérés par les sunnites comme le bras armé du PM irakien, qui vient tout juste d’être démis. Le problème n’est pas tant religieux que politique. Quant à la laïcité, peut-être l’Irak y viendra t-elle. Mais pour cela, il lui faut du temps. L’Église n’a pas non plus été un parangon d’une telle tolérance avant longtemps.
    @ Carlos : si j’en crois l’auteur de l’Apocalypse, l’Antichrist présenterait une apparence quasi sainte : prodiges, miracles et ruses à tous les étages. Il représente la mystification. L’EIIL fait plutôt l’alliance contre lui et surtout, sa «puissance» actuelle est comparable à celle des Grandes Compagnies ou des Écorcheurs. Une fois revenu (ce qui va quand même demandé du temps) la stabilité du pouvoir, les choses iront déjà mieux. Sauf si l’Irak retombe dans un système dictatorial.
    @ Paul : oui et non. Le Pape – contrairement à l’Église orthodoxe ou aux musulmans – peut (lui) au moins se targuer d’avoir une « visibilité » internationale, alors que l’absence de hiérarchie (dans le système sunnite) ou l’obligation de prendre pour chef spirituel universel un descendant de Mahomet (dans le système chiite) empêche les musulmans de voir condamner les actes de l’EIIL aussi visiblement que lorsque le fait le Pape. Çà ne veut pas dire, pour autant, que des autorités religieuses (niées par l’EIIL – rien d’étonnant – mais reconnues par certains musulmans (il y a des courants dans l’Islam comme il y en a du coté des chrétiens ou des juifs) n’agissent pas.
    L’Union Internationale des Oulémas a par ex pris position contre l’EIIL. Plus encore, elle s’est fendue d’une fatwa, appelant explicitement les musulmans et les organisations islamistes à ne pas le suivre, à ne pas y prêter allégeance et même à le combattre – soit tout l’inverse de ce que le Califat a demandé aux musulmans.
    D’autres autorités religieuses ont, elles, choisi d’émettre des fatwas de recommandation, comme c’est le cas en Égypte et en Arabie Saoudite. Elles appellent les musulmans à ne pas aller en Irak, à ne pas suivre le calife autoproclamé et à ne pas contribuer à inciter d’autres musulmans.
    Plus significatif encore : aucun État n’a prêté allégeance, tandis qu’aucun chef de groupe ou d’organisation islamique n’a reconnu ce Calife. Comment l’expliquer, sinon par la pression exercée par ces organisations ou ces Etats, en faveur sinon de la tolérance religieuse, à tout le moins, d’un processus de délégitimation de l’EIIL ? (Aux yeux, notamment, des sunnites)
    Le seul endroit où cet unanimisme, demandé par le Pape manque, c’est précisément en Irak. Car là, on trouve des autorités qui soutiennent l’EIIL parce qu’elles considèrent (non sans raison) que seul un Califat est en mesure de mettre un terme au « schisme » qui opposent les chiites aux sunnites. Le même espoir a longtemps existé en Occident pour réunir la «famille chrétienne» après la Réforme (notamment). Et parce que, aussi, elles désapprouvent la conduite humiliante du PM irakien (désormais viré, heureusement) envers les sunnites.
    @ Rouletabille : http://www.shoura.lu/?p=999
    http://www.crif.org/fr/standard/Islam
    http://www.mosqueedeparis.net/solidarite-avec-les-chretiens-dirak/
    http://www.lecfcm.fr/?p=2418
    Autres liens intéressants:
    http://www.cath.ch/detail/jordanie-fatwa-dun-chef-dal-qaida-contre-letat-islamique-en-irak-et-au-levant
    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/06/13/irak-la-communaute-internationale-s-inquiete-de-l-avancee-des-djihadistes_4437424_3218.html
    http://magharebia.com/fr/articles/awi/features/2014/07/17/feature-01
    http://lainfo.es/fr/2014/06/21/monde-musulman-condamne-les-crimes-de-boko-haram/
    http://www.taghribnews.ir/vdcjmtevxuqemiz.3sfu.html
    Juste pour finir : les conflits actuels sont surtout des luttes politiciennes. Comme on a pu – à titre de comparaison – en avoir pendant les guerres de religions en France ou encore durant le schisme ou au moment de la séparation de l’Angleterre avec Rome. Qu’à t-on là ?Khamenei contre Ahmadinejad en Iran, l’AKP contre les Gülenistes en Turquie, Asa’ib Ahl al-Haq contre Moqtada al-Sadr en Irak, la monarchie contre les Frères musulmans en Arabie Saoudite, le Front islamique de libération contre le Front al-Nosra en Syrie, les Frères musulmans égyptiens contre le Hamas au sujet des hostilités avec Israël, les Frères musulmans contre les salafistes en Égypte, ou encore le choc entre deux idéologues et hommes politiques de premier plan, Omar el-Béchir contre Hassan al-Tourabi au Soudan. En Tunisie, les salafistes (dénommés Ansar al-charia) combattent l’organisation de type Frères musulmans (dénommée Ennahda).
    Au Liban, on assiste à une double lutte, d’une part entre sunnites et islamistes chiites et d’autre part entre islamistes sunnites et l’armée. En Syrie c’est la lutte des sunnites contre les islamistes chiites, comme en Irak. En Égypte, on voit les islamistes sunnites contre les chiites alors qu’au Yémen ce sont les houthistes qui s’opposent aux salafistes.
    Cet état de fragmentation rappelle les divisions que connaissaient, dans les années 1950, les nationalistes panarabes. Ces derniers aspiraient à l’unification de tous les peuples arabophones « du Golfe [Persique] à l’Océan [Atlantique] » pour reprendre l’expression d’alors. Malgré la grandeur de ce rêve, ses leaders se sont brouillés au moment où le mouvement grandissait, condamnant un nationalisme panarabe qui a fini par s’effondrer sous le poids d’affrontements entre factions toujours plus morcelées.

  17. Il ne fallait pas attendre que les clochers fussent abattus, les églises détruites ou transformées en mosquées et que des centaines de milliers de chrétiens se fussent enfuis pour sauver leurs vies. Après l’heure, c’est trop tard.
    “Nous” perdîmes trop de temps à chanter les vertus du dialogue interreligieux et participer aux mièvreries de “Sant’Egidio”. S’il y a un art dans lequel les musulmans excellent, c’est bien celui du point de non retour. Cf.Sainte-Sophie d’Istanbul et autres bornes milliaires de leur hégémonisme, depuis quatorze siècles.
    Et puis, pas un mot contre les “Obambi-des-USA” et autres Fabius qui, dans le fol espoir de déchouquer Bachar El Assad, armèrent les actuels chefs de l’ISIS? Eh bien oui! N’ayant pu renverser ledit, ils eurent beau jeu de se servir de leur puissant arsenal pour s’emparer d’une grande partie de l’Irak, indifférents aux bombardements de leurs anciens sponsors.

  18. Ces persécutions atroces contre les chrétiens, les Azidis et autres minorités irakiennes, vont peut-être permettre de mettre à jour la perfidie de beaucoup de musulmans soi-disant “modérés”, dans tous les pays , y compris en France qui est toujours aussi naïve et faible. On pourra faire la différence entre les musulmans honnêtes et ceux qui pratiquent leur fameuse “takhia” (je ne suis pas sûre de l’orthographe, leur fameux mensonge pour tromper “les infidèles”) pour mieux nous asservir et nous exterminer.
    Quant à la fin des temps, moi aussi, je trouve qu’il y a une poussée très inquiétante du Mal avec l’islamisme et ce califat satanique, mais on devait penser la même chose à l’époque du nazisme et à d’autres époques antérieures aussi.

  19. Des photos circulent où on voit Al-Baghdadi le calife discutant avec McCain. Voilà qui confirme l’implication active des USA dans ce qui se passe en Iraq.

  20. Il faut juste lire le Coran…..
    Nous serions tous musulmans…..donc les chrétiens vivent dans l’erreur….
    SEUL un musulman peut diriger un pays …. Peut et DOIT
    Tout faire pour atteindre son but…
    RELISONS la prise de Constantinople…..
    L’Europe est à deux doigts de vivre le drame de l’Irak. ….
    Les petro dollars peuvent tout corrompre!!!!

  21. Denoncer la desacralisation des eglises par la violence en irak est bien mais on aimerait qu’ils se rendent compte qu’en France aussi cela se fait …..dans la paix !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services