Intervention de la présidente de La Manif Pour Tous à l’ONU

Lundi, Ludovine de La Rochère, présidente de La Manif Pour Tous, intervenait à Genève dans le cadre d'une session sur la famille dont le thème était cette fois-ci les personnes âgées. Une occasion pour La Manif Pour Tous de rappeler l'importance de la famille à toutes les étapes de la vie : si la présence des grands-parents est un soutien pour les jeunes parents, elle permet de tisser des liens privilégiés entre les générations ; une relation salutaire pour éviter de sombrer dans la solitude, ultime maltraitance, à l'heure où les grands-parents nécessitent à leur tour l'aide de leurs enfants et petits-enfants. Voici sa déclaration :

Ludo ONU"La mise en place de politiques protégeant et renforçant la cellule familiale ne peut être que bénéfique à l’ensemble de la société comme le souligne la résolution 35/13 du Conseil des droits de l’Homme qui insiste sur le fait qu’il « convient de la renforcer et d’accorder une attention particulière aux droits, aux moyens et aux responsabilités de ses membres. »

Cette attention et ce soutien apportés aux familles est de fait incontournable pour la réalisation des Objectifs de Développement Durable de l’Agenda 2030.

La famille, cellule à taille humaine, articulation entre les individus et la collectivité, est non seulement un lieu irremplaçable d’accueil, d’affection, de responsabilité et d’éducation, mais aussi le lieu par excellence de solidarité, de gratuité et de dignité.

Qu’on y songe : l’inestimable apport des grands-parents – garde des petits-enfants pendant le temps scolaire ou celui des vacances, aides multiples qui permettent au père et à la mère d’assumer leur activité professionnelle en plus de leur vie familiale, soutiens matériels, mais aussi transmissions des valeurs, témoignages sur l’appartenance à une filiation et à une histoire familiale… Quelle que soit la société dans laquelle nous vivons, les grands-parents maternels comme les grands-parents paternels sont un soutien incomparable pour les parents et les petits-enfants.

A l’inverse, quand les grands-parents deviennent âgées, ou lorsqu’ils sont malades, leurs enfants et petits-enfants sont là pour les entourer, veiller sur eux, les assister ou encore faire appel aux services médicaux et sociaux quand c’est nécessaire.

C’est pourquoi les Etats doivent soutenir la famille : il faut, en quelque sorte, l’aider à aider les personnes âgées : attention, autrement dit, de ne pas chercher à remplacer la famille : il faut en même temps soutenir la famille et créer les dispositifs d’aides pour lui permettre d’assurer ce rôle, pour suppléer la famille quand c’est nécessaire et, bien-sûr, pour les personnes âgées qui n’ont pas de famille.

Et justement, dans l’intérêt des personnes âgées, promouvoir la famille, agir pour des familles durables, anticiper les difficultés qu’elles peuvent rencontrer les familles est, à long terme, la meilleure manière d’éviter la solitude affligeante que connaissent de plus en plus de personnes âgées : être délaissée est bien la pire des maltraitances.

Promouvoir la famille est le meilleur moyen de préparer pour tous une vieillesse comblée d’affection et de soins attentionnés."

Laisser un commentaire