Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Identité nationale : “Il n’existe qu’un seul problème”

Aujourd'hui on célèbre la fête de tous les Saints qui est aussi celle de tous les Martyrs, dont le sang est semence de Foi. C'est bien en lui que se sont nourries les racines de notre pays qui lui ont donné son identité propre. Dans notre pays, ses saints s'appellent Saint Martin, Sainte Clothilde, Sainte Genevève, Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, Sainte Jeanne d'Arc, Saint Rémi, Saint Hugues de Cluny, Saint Louis, Sainte Germaine de Pibrac et tant d'autres…

Ces jours-ci, on palabre dans les salons parisiens d'une identité nationale que l'on voudrait construire, loin de toute réalité présente et passée. Hors de la vérité, l'échec est assuré d'avance. Au lieu de tergiversations mondaines, citons simplement ces hommes d'Eglise qui nous indiquent où plongent nos racines et donc où se situe notre être :

Jean-Paul II :

Bdc "Il n'existe qu'un seul problème, celui de notre fidélité à l'Alliance avec la Sagesse éternelle, qui est source d'une vraie culture, c'est-à-dire de la croissance de l'homme, et celui de la fidélité aux promesses de notre baptême au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Alors permettez-moi de vous interroger : France, fille aînée de l'Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? Permettez-moi de vous demander : France, fille aînée de l'Eglise et éducatrice des peuples, es-tu fidèle, pour le bien de l'homme, à l'Alliance avec la Sagesse éternelle ?

Pardonnez-moi cette question. Je l'ai posée comme le fait le ministre au moment du Baptême. Je l'ai posée par sollicitude pour l'Eglise dont je suis le premier prêtre et le premier serviteur, et par amour pour l'homme dont la grandeur définitive est en Dieu, Père, Fils et Esprit".

Grégoire IX :

 "Dieu, auquel obéissent les légions célestes, ayant établi, ici-bas, des royaumes différents suivant la diversité des langues et des climats, a conféré à un grand nombre de gouvernements des missions spéciales pour l’accomplissement de ses desseins.Ndf2_1 Et comme autrefois il préféra la tribu de Juda à celles des autres fils de Jacob, et comme il la gratifia de bénédictions spéciales, ainsi choisit la France de préférence à toutes les autres nations de la terre pour la protection de la foi catholique et pour la défense de la liberté religieuse.

Pour ce motif, continue le Pontife, la France est le royaume de Dieu même, les ennemis de la France sent les ennemis du Christ.

Pour ce motif, Dieu aime la France parce qu’il aime l’Eglise qui traverse les siècles et recrute les légions pour l’éternité. Dieu aime la France, qu’aucun effort n’a jamais pu détacher entièrement de la cause de Dieu.

Dieu aime la France, où en aucun temps la foi n’a perdu de sa vigueur, où les rois et les soldats n’ont jamais hésité à affronter les périls et à donner leur sang pour la conservation de la foi et de la liberté religieuse".

Saint Rémi :

"Le royaume de France est prédestiné par Dieu à la défense de l'Eglise romaine qui est la seule véritable Eglise du Christ… Il sera victorieux et prospère tant qu'il sera fidèle à la foi romaine. Mais il sera rudement châtié tou­tes les fois qu'il sera infidèle à sa vocation".

Pie X :

Jda2 "La France, après avoir méconnu et anéanti l’autorité, proscrit la religion, abattu les temples et les autels, exilé, poursuivi et décimé les prêtres, était tombée dans la plus détestable abomination.

Deux ans ne s’étaient pas écoulés depuis la mort de celui qui devait être le dernier Pape, et la France, coupable de tant de crimes, souillée encore du sang de tant d’innocents, tourne, dans sa détresse, les yeux vers celui qui, élu Pape par une sorte de miracle, loin de Rome, prend à Rome possession de son trône et la France implore avec le pardon l’exercice du divin pouvoir que, dans le Pape, elle avait si souvent contesté ; et la France est sauvée.

Ce qui parait impossible aux hommes est possible à Dieu. Je suis affermi dans cette certitude par la protection des martyrs qui ont donné leur sang pour la foi et par l’intercession de Jeanne d’Arc, qui, comme elle vit dans le cœur des Français, répète aussi, sans cesse, au ciel la prière : « Grand Dieu, sauvez la France ! ».

Partager cet article

13 commentaires

  1. “ainsi choisit la France de préférence à toutes les autres nations de la terre pour la protection de la foi catholique et pour la défense de la liberté religieuse. ” Grégoire IX (règne 1227 – 12241)
    La “France éducatrice des peuples”, (Jean-Paul II)
    Vive le Salon beige s’il est fidèle à ces missions de la France ! Curieux que la “liberté religieuse” soit combattue par ceux qui se croient plus catholiques que le pape (ce qui est logiquement impossible) et plus Français que ceux qui défendent la liberté religieuse, alors que ceux qui combattent la liberté religieuse ont un combat commun avec les islamistes.
    Mais ces missions sont des attributs de la France, ce n’est pas la France, toutes ces déclarations papales supposent une France qui a existé et qui existe mais dont la substance est autre chose que sa mission. Il ne peut y avoir débat sur l’identité française, l’identité ne dépend pas d’un débat.
    Merci à Lahire de la confection de ce florilège.

  2. Le pape Urbain II venant prêcher la première croisade et traversant la France, y admira la multitude extraordinaire des églises et des chapelles, des abbayes et monastères consacrés à Marie et plein d’émotion, s’écria : « Regnum Galliae, Regnum Mariae, numquam peribit ! » (le royuame de France est le royaume de Marie : il ne périra jamais)
    (tiré des œuvres de François Marie Algoud)

  3. Lorsque Grégoire IX parle de la liberté religieuse, il entend la liberté de la Religion (chrétienne).
    C’est autre chose que la “liberté religieuse” condamnée par les papes du XIXe siècle !
    En effet, il ne saurait y avoir contradiction dans l’enseignement pontifical.

  4. la réalité historique est bien différente: si effectivement les monarques carolingiens furent un rempart protégeant la papauté, il n’en fut pas de même de leurs successeurs dits capétiens (en fait robertiens), qui à partir du petit-fils de Saint-Louis, furent des ennemis de la papauté sous différentes formes, s’alliant même aux ennemis de la Foi.Le titre de “fils aîné de l’Eglise” donné par le pape à Pépin d’Héristal pour son intervention contre les Lombards, s’adressait seulement à ce roi. Saint Pie X par sollicitude l’a adressé à la France, il en a la paternité.

  5. Précision : le texte latin évoque bien la “defensio libertatis religionis” (et non pas “libertatis religiosæ”).
    Comme quoi une imprécision de traduction fait dire à un Pape le contraire de ce qu’il a voulu dire !

  6. Urbain II a dû se tromper, il ne parlait pas ex cathedra. Je ne connais pas de pays qui hait plus Dieu que la France, sauf peut-être les “jeunes suisses” qui veulent éradiquer tout ce qui peut rappeler de près ou de loin notre religion.
    Tous les Suisses, bien évidemment, ne sont pas des “jeunes suisses”.
    Mais chez nous, on le sent partout et plus particulièrement dans les médias, ils frémissent de haine dès que notre Dieu est évoqué d’une manière ou d’une autre.

  7. Il faudrait savoir ce qu’entendait pas “liberté religieuse” un pape qui, en février 1231, publie la constitution Excommunicamus, qui prescrit la détention à vie pour les hérétiques repentis et la peine de mort pour les hérétiques obstinés. Grégoire IX, qui est un ardent défenseur de l’idéal théocratique médiéval, ne songeait certainement pas à reconnaître aux hommes de son temps la “liberté” de professer une fausse religion.

  8. Identité nationale : “Il n’existe qu’un seul problème, celui de notre fidélité à l’Alliance avec la Sagesse éternelle, qui est source d’une vraie culture, c’est-à-dire de la croissance de l’homme, et celui de la fidélité aux promesses de notre baptême au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.”
    Quel est le rapport avec l’identité nationale ?
    [La France n’est pas ce que l’on imagine, mais ce qu’elle est, royaume de Marie, Fille aînée de l’Eglise, etc. Etre Français, c’est être de ce pays qui est ainsi. On peut nier cette vérité, mais on ne peut pas l’éradiquer. Lahire]

  9. Votre citation de Grégoire IX est tirée de la célèbre lettre du pape à saint Louis, pour lui demander sa protection contre l’empereur Frédéric II, mais votre “traduction” est extrêmement éloignée du texte. Le pape loue en réalité le royaume de France “livrant les batailles du Seigneur pour l’exaltation de la foi catholique, et vainquant les ennemis de l’Eglise en Orient et en Occident pour la défense de la liberté ecclésiastique” (“pro exaltatione Catholicae Fidei Dominica praelia dimicans, et in Orientis, et Occidentis partibus, pro defensione Ecclesiasticae libertatis Ecclesiae hostes expugnans”).
    Il précise immédiatement (passage coupé, sans points de suspension, dans votre “traduction”) qu’il s’agit des croisades en Terre sainte et de la lutte contre “la perversité hérétique” des Albigeois.
    Le pape dit ensuite que le Sauveur a spécialement choisi et béni le royaume de France “pour la protection de la liberté ecclésiastique et de la foi, l’écrasement des impies, et la défense de la justice” (“in tuitionem Ecclesiasticae Libertatis et Fidei, in contritionem impiorum, et defensionem Iustitiae”.
    (Texte latin complet dans Noël Alexandre, OP., Historia ecclesiastica, éd. Roncaglia-Mansi, t. VIII, Venise, 1778, p. 294.
    Je m’abstiens de tout commentaire: ces procédés parlent d’eux-mêmes).
    [Il ne s’agit pas de “notre” traduction, mais de la traduction la plus communément admise. Le texte original mérite d’être mis en ligne pour permettre aux latinistes distingués d’en proposer la meilleure traduction. Vous vous y collez? Lahire]

  10. “Que signifie pour vous le mot Patrie?”
    Le bulletin du Collège Stanislas publiait en 1976 la copie d’un de ses élèves de 3ème, classé lauréat national dans un concours écrit sur le thème de la « Patrie » : le sujet exact était : « Que signifie pour vous le mot Patrie ? » Voici sa copie.
    Etranger, mon ami, tu me demandes ce que signifie le mot « Patrie ». Si tu as une mère et si tu l’honores, c’est avec ton cœur de fils que tu comprendras mes propres sentiments. Ma patrie, c’est la terre de France où mes ancêtres ont vécu. Ma patrie, c’est cet héritage intellectuel qu’ils m’ont laissé pour le transmettre à mon tour.
    Viens voir, étranger, la beauté des paysages de France, la splendeur des monuments édifiés par mes aïeux. Va te reposer dans le vert marais poitevin, admire les roches rouges d’Agay qui se baignent dans le bleu de la mer de Provence. Chemine simplement de Paris vers Lyon. Sur la route, près d’Avallon, l’élégance raffinée de la basilique de Vézelay fera surgir pour toi l’épopée de nos croisades. Tu arriveras plus loin au château de la Rochepot qui donne à la région un air médiéval. N’oublie pas de visiter en Bourgogne le ravissant hospice de Beaune. Ne néglige pas le barrage de Gémissiat. Continue, regarde, réjouis-toi de tant de beauté.
    Mais si la France , ma patrie, n’était que belle et aimable, mon amour pour elle ne serait pas si grand. Elle est mieux encore : intelligente et cultivée. La clarté de sa pensée, la finesse de son esprit, l’excellence de son goût te sont déjà connus. Des idées venues de France ont influencé l’humanité toute entière. Sais-tu par exemple, que la bibliothèque personnelle de Frédéric II de Prusse, conservée à Berlin, ne contient que des livres écrits en français ? Ainsi, bien au-delà de nos frontières, des hommes de France sont célèbres : philosophes, écrivains, poètes, artistes, savants. Pascal, Molière, Vigny, Delacroix, Berlioz, Pasteur : tous ont contribué à la gloire de la France.
    Et vous, héros humbles et méritants, qui avez fait la France brave et fidèle, vous guerriers morts pour la patrie, comme je vous suis reconnaissant de m’avoir conservé ce précieux bien de mes ancêtres ! De Bayard à Guynemer, des premiers chevaliers aux soldats des dernières guerres, que de dévouements, que de sacrifices !
    Et toi mon ami, qui es aussi comme moi une créature de Dieu, ne vois-tu pas qu’ici en France, tu es en terre chrétienne ? Les oratoires pittoresques, les calvaires aux croisées des chemins, les flèches de nos cathédrales sont les témoins de pierre d’une foi vivante. Ma patrie, bonne et pieuse, a vue naître de grands saints. Le sens missionnaire de Saint Bernard, la vertu de Saint-Louis, la charité de Saint Vincent de Paul, le zèle du Curé d’Ars sont le vrai trésor laissé par nos ancêtres. De la grande Sainte Jeanne d’Arc à la petite Thérèse, de l’épopée de l’une à la vie si simple de l’autre, je retrouve le courage et la bonté des femmes de France. Aux plus humbles d’entre elles, s’est montrée la Vierge Marie. A travers Catherine Labouré, Bernadette de Lourdes, quel honneur pour la France !
    Tu comprends maintenant pourquoi, ami étranger, j’aime et je vénère ma patrie comme ma mère ; pourquoi, si riche de tout ce qu’elle me donne, je désire transmettre cet héritage. Ne crois pas que cet amour que j’ai au cœur soit aveugle. Mais devant toi, je ne dirai pas les défauts de ma mère Patrie. Car tu sais bien qu’un fils ne gagne rien à critiquer sa mère…C’est en grandissant lui-même qu’il la fait grandir. Si je veux ma patrie meilleure et plus saine, que je devienne moi-même meilleur et plus sain.
    La France, ma patrie a tant de qualités que je ne saurais, ami étranger, te priver de sa douceur ; si tu sais découvrir ses charmes et ses vertus, tu l’aimeras, toi aussi. Je partagerai avec toi ses bontés et, loin de m’appauvrir de ce don, je m’enrichirai de cette tendresse nouvelle que tu lui porteras. Mais ne l’abîme pas, ami étranger, la France , ma douce patrie, ma chère mère ; ne la blâme pas, ne la pervertis pas, ne la démolis pas car je suis là, moi son fils, prêt à la défendre

  11. Il est consternant de voir comment un si beau post qui devrait porter à la réflexion, mène une certaine catégorie de catho à la querelle. Le plus inquiétant est que c’est systématique et toujours sur la même chose. Ils attaquent une fois la liberté religieuse. Pas les deux… Peut-on avancer ensemble sans avoir le réflexe de faire des crocs en jambe à tout ceux qui marchent?
    Lahire, votre post est magnifique. Il a fait le tour de mon carnet d’adresses.

  12. Je ne vais pas poursuivre la polémique habituelle sans fin avec les “lefebvristes” qui ressemblent d’ailleurs aux anticléricaux. Elle est sans fin parce qu’ils sont incultes et jugent sans critères.
    Il faut évidemment distinguer les droits de l’Eglise sur les fidèles catholiques et les droits naturels de l’Eglise à l’extérieur. (Je voudrais quand même lire dans le texte original les revendications de Grégoire IX en matière de droit pénal). Ils ne voient même pas la distinction entre naturel et surnaturel, ils n’ont même pas en tête la notion juridique de “titre” pourtant essentielle pour comprendre cette question. Quand il parle de “la défense de la justice”, Grégoire IX vise l’ordre naturel et donc les droits de l’homme à la liberté religieuse.
    @ Berg :L’Eglise a toujours défendu la liberté religieuse. C’est vous qui inventez une rupture dans la doctrine. J’ai d’ailleurs prouvé sur mon blog que saint Pie X lui-même parle déjà de la liberté religieuse.
    http://denismerlin.blogspot.com/2009/06/saint-pie-x-pour-la-liberte-religieuse.html
    La “liberté de la religion” n’est pas le “contraire” de la “liberté religieuse”. Elle en est une application particulière.
    Bon, je vais arrêter ces exposés stériles qui ne font qu’exciter les fanatiques (apparentés à l’idéologie islamiste). Lisez, cultivez-vous en matière juridique surtout et après vous pourrez écrire.
    Juste, pour répondre sur les rois à bibonne, les rois ne sont pas la France. De plus, il s’en faut de beaucoup pour qu’ils aient eu la même politique (on ne peut comparer Philippe le bel, l’horrible François 1er, le douteux Henri IV à Louis XIII et encore moins à Louis XVI).
    Surtout, ces rois n’étaient pas le peuple. Même sous les rois le peuple s’est montré fidèle à l’Eglise, plus que ses gouvernants. C’est pourquoi la France est et reste la fille aînée de l’Eglise.
    Quant au “jeunes Suisses” (qui pensent qu’ils seront jeunes éternellement…), ils n’ont que d’importance que celle que l’on veut bien leur accorder. S’ils s’imaginent être les seuls jeunes Suisses, c’est ridicule. Il me font pitié.
    Quant à la nouvelle droite, aux nietzschéens, aux darwinistes, aux lefebvristes, aux anticléricaux (pour moi ils sont apparentés, voire parfois se confondent), ils ne sont pas la France, ni la Suisse. Ils sont l’anti-France.
    Bien d’accord avec Lahire que je remercie pour son post qui a nécessité des recherches.

  13. retour de vacances sans ordi, sans radio et pas le temps de trop regarder la télé et pas vraiment de journaux, apparemment le débat fait rage, surréaliste quelque part. Ce post est un bon départ de réflexion parce que quand on voit les autres débats , forums et autres on est terriblement éffaré de lire les âneries que les uns et les autres peuvent écrire !
    Il faut beaucoup d’érudition pour comprendre tout le débat évoqué plus haut qui aujourd’hui tout le monde le sait est autre ! pourquoi ce débat aujourd’hui et pas avant etc…
    Je livre à votre réflexion une question posée pas un élève (franco-égyptien) pourquoi aux Etats-Unis pays d’immigrants il y a un si fort patriotisme ?
    réponse après mini débat dans la classe : parce que les immigrants laissaient derrière eux leur monde (quitté pour x raisons) et étaient reconnaissants à ce pays de les acceuillir ; les immigrants qui arrivent ou sont arrivés en France n’ont jamais été reconnaissants, ne sont jamais parti avec esprit de rupture bien au contraire !
    C’est là le pourquoi du débat : on ne peut que prier : quand un enfant d’immigrant portera le nom d’un de ces saints qui ont participé à noter histoire il n’y aura plus de débat mais…..

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services