Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Impossible de revenir sur la légalisation de l’avortement?

Les Espagnols, eux, ne croient pas qu'il est définitivement impossible de remettre en cause la légalisation de l'avortement, n'hésitent pas à viser l'abrogation et ont le courage de l'annoncer et d'agir. Un exemple à suivre dans notre pays que cette finalité fait trembler. "La où il y a une volonté… " :

"Le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy a annoncé son projet de revenir sur la loi de libéralisation de 2010 (…)

La gauche avait fait de l'avortement un droit, une possibilité ouverte aux femmes pendant les 14 premières semaines de grossesse sans qu'elles aient à justifier leur demande. Le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy souhaite désormais que l'IVG redevienne une exception légale, comme c'était le cas entre 1985 et 2010.

Le ministre a dévoilé les grandes lignes de sa réforme à coup d'interviews accordés à la presse espagnole. Il s'agit, a-t-il d'abord déclaré, de «garantir les droits des non nés», un vocabulaire utilisé surtout par les opposants à l'avortement. Gallardón entend aussi empêcher que des mineures puissent avorter sans l'autorisation de leurs parents. La loi de 2010 prévoit cette possibilité à partir de 16 ans, si le médecin y consent.

«La réforme de l'avortement ne conduira aucune femme en prison», a dû ensuite préciser le ministre. La nouvelle loi pourrait être largement inspirée de celle de 1985. Il s'agirait, autrement dit, de détricoter la réforme de Zapatero pour revenir à la situation antérieure.

En théorie, l'IVG était illégale entre 1985 et 2010, sauf pour trois exceptions: en cas de viol, de grave malformation du fœtus, et en cas de danger pour la santé physique ou psychologique de la mère. En réalité, c'est cette dernière raison, le risque de troubles mentaux pour la femme, qui était invoquée dans plus de 90 % des cas. Une soupape sociale qui rendait l'avortement légal de facto".

Message URGENT de Guillaume de Thieulloy

Cher ami lecteur
allons-nous manquer d’espérance ?
Vous et moi souhaitons de toutes nos forces que le mur de la culture de mort s’effondre.
Le Salon Beige participe à cette tâche selon ses capacités. Mais nous ne pouvons rien faire sans votre générosité.

S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

3 commentaires

  1. L’avortement est profondément réactionnaire, un retour en arrière, d’une civilisation barbare, qui tue ses propres progéniture…
    Notre civilisation fait mine d’oublier ce qui a façonné notre héritage soi-disant obscurantiste de la religion pour le modernisme que l’on connaît aujourd’hui…
    Mais le monde moderne soi-disant du progrès engendre angoisse, perte de repère, le sens de la vie et donc de la vérité…

  2. 2 remarques :
    1/ En Espagne, le gouvernement de RAJOY ne reviendra pas sur la légalisation de l’avortement : le titre ”force” un peu ce qui est annoncé ensuite. Il s’agit de restreindre mais non de supprimer l’autorisation. En France cela équivaudrait à maintenir la loi VEIL en en limitant le champ d’application. Donc ce titre du post ne décrit pas exactement la fin de la légalisation espagnole.
    2/ Il est plus facile à la droite d’agir en direction d’une forte limitation de l’avortement (et non de sa suppression totale, il faut le noter au passage) parce que l’épiscopat s’est dressé majoritairement et est descendu dans la rue avec les catholiques pro vie : en France, le ”premier” des évêques ne dit rien sur la Marche pour la Vie, laisse un sous fifre affecter de s’ y intéresser, reçoit la Légion d’Honneur d’un chef d’Etat qui n’a pas fait avancer la cause de la Vie, et accepte sans broncher le baratin élyséen sur le rôle des religions le jour des voeux des autorités religieuses.
    Ceci explique la différence entre la droite espagnole et la droite française : quand les pasteurs font défaut, le peuple chrétien est à l’abandon. Aucun laïc, malgré ce que semblent penser d’eux-mêmes certains au sein du petit (sans ironie, mais comme constat numérique) milieu tradi ou Pro Vie, n’aura jamais le poids de la Conférence épiscopale et de son Président.
    En Espagne les politiques suivent l’Eglise : en France, ils doivent la précéder, sans en recevoir un quelconque soutien (même C. BOUTIN ou L’Alliance VITA), quand ce n’est pas le coup de pied de l’âne (le FN depuis 40 ans).
    Et là est le fond du problème.

  3. Dieu a toujours considéré l’avortement comme illégal et criminel, la LOI, c’est LUI.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services