Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Il souffre de l’avortement de son fils mais craint d’abord les “militants anti-IVG”

Il souffre de l’avortement de son fils mais craint d’abord les “militants anti-IVG”

Jérémie Szpirglas vient de publier un essai-témoignage, Pater Dolorosa, consacré à l’interruption médicale de grossesse (disposition qui permet d’avorter jusqu’aux 9 mois de grossesse) de son enfant porteur de la trisomie 21. Dans Le Parisien, il témoigne de sa douleur :

J’ai découvert des choses sur moi-même, et que malgré un épisode de dépression et la peur de replonger, j’avais une force intérieure, sans doute apportée par ma compagne et mon premier enfant. Notre couple était plus solide que je le pensais et est peut-être sorti plus fort de ce tunnel. J’ai découvert aussi combien cette décision de l’interruption médicale de grossesse (IMG) est difficile à prendre. Avant de vivre cette épreuve, je me disais en gros « c’est un brouillon, on peut recommencer ». C’était la moins mauvaise solution. Mais elle laisse des traces. Des regrets, il y en a encore aujourd’hui, trois ans après l’IMG. A chaque fois, quand je croise une personne handicapée dans la rue, je me pose la question : à quoi ressemblerait Lou ? […]

J’ai eu un très lourd sentiment de culpabilité […].

Pour moi, la reconstruction n’est pas finie. Je voulais aussi raconter la période où nous n’arrivions pas à avoir un autre enfant. Après plusieurs fausses couches, enfin, nous avons eu un troisième enfant, Orphée. Un prénom pas choisi au hasard… […]

Mais au fond, voilà sa peur :

Ma première crainte, c’est que mon témoignage soit récupéré par des militants anti IVG qui diraient : « regardez comme ils sont malheureux… » Mais je n’ai pas peur de leur jugement, chacun fait ses choix et je ne jugerai jamais ceux qui font le choix de garder un enfant handicapé, au contraire je suis admiratif.

Nous ne sommes pas là pour le juger. Nous constatons que tuer un enfant à naître est un crime qui laisse des traces à vie. Et il existe des solutions alternatives à l’avortement.

Quant à son témoignage, s’il prend la peine d’en faire un ouvrage et de se répandre dans la presse, nous n’allons pas nous priver de l’utiliser.

Chers amis,

Un grand merci à tous pour votre mobilisation et votre soutien. Grâce à vous, nous avons réuni plus d'un tiers du budget annuel du Salon beige en un mois de campagne et nous pouvons commencer cette année plus sereinement que d'habitude !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

3 commentaires

  1. Laissons lui le temps de bien comprendre toute la gravité de l’acte, sa portée, et que sa vraie demande de pardon monte vers le Ciel… Petit à petit la monstruosité de l’avortement à grande échelle va apparaître, et son livre va sans doute y contribuer !

    Seul le Très-Haut est apte à le juger… car Il connaît son coeur.

  2. Oui cela laisse d’autant plus de “traces” que les cellules de l’embryon avec leur ADN distinct continuent à vivre dans le corps de la mère pendant 50 ans… L’âme de l’enfant dispose donc encore d’un “corps” vivant terrestre qu’il peut venir “hanter”.

  3. Peu importe ses états d’âme, on va pas pleurer sur un criminel qui ne regrette finalement pas vraiment son crime
    En tout cas pas pour les bonnes raisons !!

    Tant pis pour lui. Eh oui….

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services
Copied!