Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Désinformation

Il paraît que la ‘strème droite’ envahit les médias

Il paraît que la ‘strème droite’ envahit les médias

C’est Le Monde qui fait cette révélation effrayante : il y aurait un début de pluralisme dans les médias !

Leurs visages sont désormais familiers. Eugénie Bastié du Figaro , Gabrielle Cluzel et Marc Baudriller du site d’info ultraconservateur Boulevard Voltaire , mais aussi l’essayiste nationaliste Mathieu Bock-Côté, la journaliste de Valeurs actuelles Charlotte d’Ornellas et les directeur et directeur adjoint de la rédaction, Geoffroy Lejeune et Tugdual Denis… Toutes et tous ont contribué à populariser certaines thèses et la rhétorique de l’extrême droite aux téléspectateurs de CNews, BFM-TV, France Télévisions, ainsi qu’aux auditeurs d’Europe 1, de France Inter, RTL, Radio Classique.

Les réseaux sociaux ont leur part de responsabilité : en permettant aux débats les plus poivrés de prospérer sans limite ou presque, ils ont contribué à lever certains tabous et contaminé certains médias traditionnels. Le débat public a ainsi pu porter, ces derniers mois, sur la peine de mort, la protection prétendument apportée par Pétain aux juifs français, la place des musulmans dans la République, ou encore la théorie raciste du « grand remplacement ». « Comment cette notion a-t-elle pu émerger, sans que personne se demande quand elle est apparue, qui l’a forgée ? Il n’y a eu aucun débat sur ce concept et son origine » , note Jean-Yves Camus. Quand ce spécialiste de l’extrême droite a reçu le livre de Renaud Camus, l’écrivain qui a popularisé l’expression, des mains de son éditeur en 2010, ce dernier « ne misait pas un kopeck dessus » , se souvient-il. Cet automne, l’essayiste, reçu sur CNews par Ivan Rioufol, jeune retraité du Figaro , se réjouissait d’être repris par le candidat de Reconquête !.

« En huit ans, j’ai vu la fenêtre d’Overton s’agrandir » , se félicite François de Voyer, proche de Marion Maréchal et cofondateur du site identitaire Livre noir , en référence à l’allégorie définissant le cadre des idées politiques acceptables. « C’est même devenu une véranda, principalement grâce à Zemmour, qui a élargi le champ du dicible » , ajoute-t-ilMême l’audiovisuel public, qui a longtemps fait figure de forteresse, a fini par se fissurer. Au cours de l’hiver, soucieuse de couper court aux accusations de gauchisme, France Télévisions a ainsi cru bon proposer à Mathieu Bock-Côté de produire un documentaire. Le projet a échoué uniquement en raison du veto posé par CNews, principal employeur du Canadien.

Cyril Hanouna et les foires d’empoigne qu’il organise dans « Touche pas à mon poste », sur C8, ont aussi largement contribué à banaliser la parole d’extrême droite en général, celle d’Eric Zemmour en particulier. Sous le couvert du pluralisme, l’animateur star de la galaxie Bolloré a convié les figures les plus controversées, comme Thaïs d’Escufon, l’ancienne porte-parole du groupe Génération identitaire, dissous depuis, Alice Cordier du collectif féministe identitaire Némésis, ou l’avocat de Didier Raoultopposé aux mesures sanitaires, Fabrice Di Vizio. L’animateur s’était déjà attaché la présence régulière, avant la campagne électorale, de Jean Messiha, ancien du RN devenu porte-parole de Reconquête !. C’est dans cette même émission que la Miss France 2012 et personnage de « Ford Boyard » sur France 2 Delphine Wespiser a déclaré son soutien à Marine Le Pen. Il y a quelque temps, une telle sortie aurait été synonyme de radiation du PAF. A la rentrée, la jeune femme présentera sa propre émission de divertissement sur C8.

Et ce n’est pas terminé :

Conséquence du résultat des dernières législatives, le temps de parole du RN va mécaniquement augmenter dans les médias et, avec lui, la place accordée à des débats piégés. Qui avait anticipé, il y a encore quelques semaines, qu’un défenseur de l’Algérie française deviendrait le doyen de l’Assemblée nationale et qu’on discuterait chez Pascal Praud de la présence d’anciens militants de l’OAS au RN ? Jamais à court de « unes » provocatrices sur le wokisme ou le burkini, sur lesquelles les chaînes d’info manquent rarement de rebondir, Valeurs actuelles est déjà prêt à enfourcher de nouveaux chevaux de bataille, contre les programmes scolaires ou le discours jugé trop progressiste véhiculé par la publicité. Le chercheur et spécialiste de l’histoire des médias Alexis Lévrier ne cache pas sa préoccupation. Les idées extrémistes « se sont banalisées dans l’espace médiatique et je ne vois pas les conditions d’un renouveau » , explique-t-il, rappelant que «   l’emprise de Vincent Bolloré sur les médias n’est pas terminée » . Outre CNews et Europe 1Vivendi a également mis la main sur deux titres influents, Paris Match et Le Journal du dimanche.

Partager cet article

7 commentaires

  1. Si on ne peut plus mentir entre soi, où va-t-on? Un scandale comme aurait dit feu Georges Marchais (à ne pas confondre avec Baptiste Marchais!

  2. Heureusement qu’il y a d’autres médias que l’Im-Monde : ils permettent pour certains d’avoir une information honnête et documentée…

  3. Mais pourquoi extrême droite? Toutes les idées véhiculées par tous les journalistes cités ne sont que du bon sens sauf que les journalopes du monde et de tous les trucs maenstream ne sont en fait sortis que de la caboche de gauchistes qui ne pensent qu’à inverser les valeurs et veulent nous inculquer celles de la ripoublik bolchevik. Dieu merci la vraie droite relève la tête, et la vraie droite ce ne sont pas les LR qui sont à la remorque des gauchiasses, sauf quelques-uns mais bien tous ces journalistes cités et des types comme Zemmour, de Villiers, Poisson, Marion. Laissons ces adeptes du mauvais sens mariner dans leur jus fétides jusqu’à ce qu’ils soient étouffés par les élucubrations et enfin respirons un air de liberté.

  4. Tout ceci est à porter au crédit d’Eric Zemmour. C’est lui qui, depuis plusieurs années, a abordé d’abord dans ses livres puis dans les medias grand public tous ces sujets déclarés tabous par la gauche, ces thèmes intouchables qu’il était hors de question d’aborder et encore moins de remettre en question. Il a eu le grand mérite de décomplexer la droite, de libérer sa pensée du carcan en barbelé de la bien-pensance.
    À sa suite, de nombreux intellectuels se sont engouffrés dans la faille et aujourd’hui le navire du prêt-à-penser prend l’eau de partout et s’enfonce malgré l’écopage désespéré de ses propriétaires. Il fallait vraiment ça pour pouvoir résister à l’assaut du wokisme américain.

  5. rassurez vous : l’ordre républicain est bien solide et assuré;

    la Licra surveille les rangs et toutes les têtes qui dépassent reçoivent leur ration de coups de schlague;

    de très serviles magistrats secondent ses vœux.

    elle aura bientôt la peau de Rivarol

  6. Le Monde devrait admettre qu’il véhicule une idéologie ringarde, que son avenir est maintenant derrière lui et que sans les grasses subventions de l’État-providence, il irait rejoindre le cimetière des canards de gauche…

  7. L’immonde dénonce l’infiltration de l’extrême-droite dans les médias.
    Et, “en même temps”, il ouvre la boîte de Pandore de l’Ubergate.
    Malgré le “pognon de dingue” reçu du régime, il commence à poser des questions iconoclastes.
    Mais que se passe-t-il ?
    Les surmulots sont-ils en train de quitter le Titanic ?
    Celui-ci a-t-il percuté un iceberg nommé Zemmour ?
    Ce dernier semble avoir échoué de partout, tout en ayant imposé ses principaux thèmes dans le subconscient de millions de Français.

Publier une réponse