Il n'est pas possible de parler de "couple homosexuel"

Thibaud Collin a signé une tribune dans L'Homme Nouveau, dont voici un extrait :

"Peut-on sans dommage parler de « couple » homosexuel ? Les mots
que nous utilisons pour exprimer notre avis sur tel ou tel sujet
véhiculent des implications dont le sens parfois nous échappe. La
plupart des protagonistes du débat actuel ont pris l'habitude de parler
de « couple de personnes de même sexe ». Une telle expression contribue de facto à légitimer la revendication homosexuelle puisque l'usage des mêmes mots pour désigner le phénomène semble faire consensus.

Choisir le mot « couple » pour nommer la relation amoureuse entre
deux hommes ou entre deux femmes crée un parallélisme avec le couple
homme/femme. Si on désigne ces deux types de relation par le même mot,
ne serait-ce pas le signe qu'ils sont comparables ?
Puisque seul ce qui
est comparable peut être comparé, on a ainsi effectué une partie du
chemin de légitimation
. L'égalité consistant à attribuer les mêmes
droits à des personnes étant dans des situations semblables, les traiter
différemment est perçue comme discriminatoire. Au nom de la lutte
contre les discriminations, il s'agit donc d'attribuer rigoureusement
les mêmes droits à tous les couples, d'où la formule du « mariage pour
tous ». Il convient d'interroger à la racine ce présupposé lexical afin
de décrypter la logique subversive qu'il déploie à notre insu. Ce qui se
cache dans cette utilisation du mot « couple » est une volonté de
mimétisme au service d'une stratégie de reconnaissance sociale.
[…]

En récupérant les mots de la conjugalité et de la filiation, la
revendication homosexuelle cherche à obtenir par la société
constructiviste ce que la réalité des pratiques ne peut lui donner.
Le
coup de force consiste donc à faire accepter au plus grand nombre que le
vécu homosexuel est similaire au vécu conjugal et qu’à ce titre il doit
être accueilli et traité de manière identique. […]"