Il faut redonner aux chefs d’établissement le choix de leurs professeurs

Pierre de Laubier, professeur dans un établissement catholique parisien, vient de publie run ouvrage intitulé "L'école privée…de liberté". Il est interrogé dans Présent. Extrait :

L"[…] Je ne raconte que ce que j’ai vu de mes yeux et que j’aurais bien aimé savoir en tant que parent d’élèves. […] Je démontre que ce n’est pas l’Etat seul qui entrave la liberté des écoles privées : elle a été confisquée par les directions diocésaines.

Autorité des parents, programmes, etc. : l’école catholique a-t-elle donc signé son arrêt de mort en étant sous contrat ?

Quand les contrats ont été signés conformément à la loi de 1959, l’école publique était aussi bien tenue et d’un niveau souvent meilleur que l’école privée. Nul n’imaginait que l’entreprise de propagande qu’est l’éducation nationale prendrait de telles proportions, au point de contredire point par point la morale et l’anthropologie chrétiennes. Mais n’oublions pas la loi sur le collège unique de 1975 : c’est elle qui rend nécessaire l’appauvrissement de programmes que la plupart des élèves sont incapables de suivre. Elle porte d’ailleurs atteinte à la liberté des parents, qui ont le choix entre des écoles… qui suivent toutes le même programme ! Désormais dépendantes des subsides de l’Etat, les écoles catholiques ont suivi cette évolution : c’est la première mâchoire du piège.

Vous êtes particulièrement sévère envers la direction diocésaine, que vous accusez de « tromperie sur la marchandise ». Pouvez-vous nous expliquer cela ?

La direction diocésaine, administration opaque qui fait écran entre les évêques et les écoles, est la seconde mâchoire du piège. Sa résistance aux empiétements de l’Etat a été plus que lâche. Et c’est elle qui prive les directeurs du choix des professeurs, par le biais d’un « préaccord » destiné, en principe, à écarter ceux dont les convictions ou les mœurs vont à l’encontre de la vie chrétienne, mais qui élimine en fait les « trop » catholiques, considérés comme des gêneurs. L’affaire Gerson illustre le fait qu’être un directeur engagé est devenu risqué, du moins sous la houlette de M. Gautier, actuel directeur diocésain qui, non content de démettre l’excellent directeur de Stanislas, s’est fait nommer lui-même à sa place ! A cette nouvelle, l’un des aumôniers a aussitôt demandé sa mutation, ce qui en dit long… Quand ni les professeurs ni les élèves ne sont catholiques, et que le catéchisme n’est qu’une vague « proposition », l’étiquette « catholique » relève de la publicité mensongère. Quand les établissements prétendent « accompagner » les élèves en difficulté, c’est un mensonge car le collège unique à programme unique interdit de le faire vraiment. Comment, enfin, oser parler « d’équipe pédagogique », quand ce ne sont plus les directeurs qui choisissent les professeurs ?

Selon vous, redonner aux chefs d’établissement le choix de leurs professeurs serait une solution pour redonner sa véritable mission au sous contrat catholique ?

C’est en tout cas leur droit strict. Encore faut-il qu’ils soient eux-mêmes choisis pour leur engagement catholique ! Le nouveau statut de l’enseignement catholique, adopté en 2009 [en 2013, NDMJ], montre que la question se pose, puisqu’il redonne la main aux évêques eux-mêmes dans ces nominations. […]"

Pierre de Laubier, ancien entrepreneur, est devenu professeur dans un établissement catholique parisien et son constat est sans appel : empiétements de l’Etat sur les libertés de l’école privée, mais surtout directions diocésaines laïcisées et bureaucratisées, qui n’ont de catholiques que le nom. Pierre de Laubier se pose la question : l’enseignement catholique sert-il encore à quelque chose ?

 

— Quelle est la raison profonde qui vous a poussé à écrire ce livre ?

— Chassé de l’enseignement, je suis devenu celui qui a tout vu et qui peut parler. Il était donc de mon devoir de le faire au nom de ceux qui doivent se taire. Je ne raconte que ce que j’ai vu de mes yeux et que j’aurais bien aimé savoir en tant que parent d’élèves. Je n’aurais pas écrit ce livre s’il n’était qu’un catalogue de ce qui ne va pas : quand l’organisation est bonne, il y a toujours des choses qui ne vont pas ; mais elle est mauvaise et j’ai eu, si j’ose dire, la chance d’en endurer toutes les absurdités ! Le cœur de mon sujet est l’analyse (qui n’avait jamais été faite) du fonctionnement de la partie méconnue du système. Je démontre que ce n’est pas l’Etat seul qui entrave la liberté des écoles privées : elle a été confisquée par les directions diocésaines.

— Autorité des parents, programmes, etc. : l’école catholique a-t-elle donc signé son arrêt de mort en étant sous contrat ?

— Quand les contrats ont été signés conformément à la loi de 1959, l’école publique était aussi bien tenue et d’un niveau souvent meilleur que l’école privée. Nul n’imaginait que l’entreprise de propagande qu’est l’éducation nationale prendrait de telles proportions, au point de contredire point par point la morale et l’anthropologie chrétiennes. Mais n’oublions pas la loi sur le collège unique de 1975 : c’est elle qui rend nécessaire l’appauvrissement de programmes que la plupart des élèves sont incapables de suivre. Elle porte d’ailleurs atteinte à la liberté des parents, qui ont le choix entre des écoles… qui suivent toutes le même programme ! Désormais dépendantes des subsides de l’Etat, les écoles catholiques ont suivi cette évolution : c’est la première mâchoire du piège.

— Vous êtes particulièrement sévère envers la direction diocésaine, que vous accusez de « tromperie sur la marchandise ». Pouvez-vous nous expliquer cela ?

— La direction diocésaine, administration opaque qui fait écran entre les évêques et les écoles, est la seconde mâchoire du piège. Sa résistance aux empiétements de l’Etat a été plus que lâche. Et c’est elle qui prive les directeurs du choix des professeurs, par le biais d’un « préaccord » destiné, en principe, à écarter ceux dont les convictions ou les mœurs vont à l’encontre de la vie chrétienne, mais qui élimine en fait les « trop » catholiques, considérés comme des gêneurs. L’affaire Gerson illustre le fait qu’être un directeur engagé est devenu risqué, du moins sous la houlette de M. Gautier, actuel directeur diocésain qui, non content de démettre l’excellent directeur de Stanislas, s’est fait nommer lui-même à sa place ! A cette nouvelle, l’un des aumôniers a aussitôt demandé sa mutation, ce qui en dit long… Quand ni les professeurs ni les élèves ne sont catholiques, et que le catéchisme n’est qu’une vague « proposition », l’étiquette « catholique » relève de la publicité mensongère. Quand les établissements prétendent « accompagner » les élèves en difficulté, c’est un mensonge car le collège unique à programme unique interdit de le faire vraiment. Comment, enfin, oser parler « d’équipe pédagogique », quand ce ne sont plus les directeurs qui choisissent les professeurs ?

— Selon vous, redonner aux chefs d’établissement le choix de leurs professeurs serait une solution pour redonner sa véritable mission au sous contrat catholique ?

— C’est en tout cas leur droit strict. Encore faut-il qu’ils soient eux-mêmes choisis pour leur engagement catholique ! Le nouveau statut de l’enseignement catholique, adopté en 2009, montre que la question se pose, puisqu’il redonne la main aux évêques eux-mêmes dans ces nominations.

— Quel regard portez-vous sur les écoles catholiques hors contrat, dont le nombre ne cesse d’augmenter ?

— Chose curieuse, les directions diocésaines ne reconnaissent comme « catholiques » que les établissements sous contrat. En fin de compte, c’est donc le ministre qui décide qui est catholique ou non ! Un seul évêché, celui d’Avignon, a annoncé qu’il cesserait de reconnaître comme catholiques les écoles qui ne font pas le catéchisme à tous ; en même temps, il a pour la première fois reconnu comme catholique une école hors contrat. Le cœur de la question est moins : contrat ou pas, que : catholique ou pas. Mais la naissance de tant d’écoles vraiment libres est une preuve de vitalité et un signe d’espoir. Elle invite les établissements sous contrat à reconsidérer la fidélité à leur mission, voire… à envisager la résiliation des contrats.

– See more at: http://www.present.fr/article?id_article=955#sthash.q48lERWL.dpuf

Laisser un commentaire