Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

Il fabrique des enfants par manipulation pour changer la loi

De Jeanne Smits dans Présent :

F "le Pr René Frydman, « père » du premier bébé-éprouvette français (Amandine, née en 1982), a décidé que la loi qui n’autorise pas la création d’embryons à partir d’ovules congelés parce qu’il y a un interdit général de l’expérimentation sur l’embryon à laquelle elle aboutirait de fait, est contredite par le droit dans certaines conditions «pas bien définies» de conserver par congélation lente les ovules d’une femme risquant la stérilité. Loi «confuse», assure le chercheur, il est donc passé à l’acte en obtenant cette «première» en France […].

«La vitrification – qui a déjà permis à des enfants de naître à l’étranger – reste interdite en France du fait d’un imbroglio juridico-politique et idéologique qui a mis notre pays en retard dans l’innovation thérapeutique par rapport à l’ensemble des autres pays», explique le Pr Frydman. […] Il a voulu, ajoute-t-il, «secouer le cocotier», en fabriquant quand même des enfants ainsi.

Mais c’est d’hommes que l’on parle, et de petits d’homme ! Où est le principe de précaution ? Que dire de la motivation d’une «conception» destinée (si l’on écoute bien ce que dit le professeur) à frapper l’opinion et à obtenir un changement de la loi ? Alors que l’on découvre chaque jour de nouvelles réalités sur la procréation humaine : les interactions chimiques qui provoquent la maturation des spermatozoïdes à l’intérieur du corps de la femme, la manière dont l’ovule «choisit» le spermatozoïde qui le fécondera, (bref toute une matérialité qui traduit dans la chair la merveille de la parution d’un nouvel être à l’image et à la ressemblance de Dieu), où s’est donc envolé le principe de précaution ? […]

Mais voilà, la pression exercée par un Frydman, mais aussi par bien d’autres chercheurs en France, est déjà en train de changer la donne législative, puisque la loi bioéthique révisée devrait permettre la «vitrification» des ovules."

Partager cet article

4 commentaires

  1. Mais nous sommes en retard, vous comprenez. Nous risquons de perdre des parts de marché si nous continuons ainsi.
    Et c’est un péché capital(iste) que cela.

  2. “Il a voulu, ajoute-t-il, «secouer le cocotier», en FABRICANT quand même des enfants ainsi.”
    C’est bien là le problème !
    L’être humain n’est pas un Meccano qu’on se permet d’assembler et de désassembler au bon vouloir des généticiens et idéologies politiques !

  3. Frydman, Nisand…c’est la même secte tout ça!

  4. Fryman, Nisand, apatrides et compagnie, partez semer la mort chez vous. Vous n’avez rien à faire chez nous.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services