Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Il existe bien un suicide économique de notre pays qui n’est pas imputable à l’euro

Extraits d'un entretien donné par Jacques Bompard, maire d’Orange et député de Vaucluse, président de la Ligue du Sud, au Rouge & Le Noir :

Unknown-47"[…] La défense de la vie et de la famille est la condition à tout politique vertueuse. Ainsi, l’explosion des familles, notamment par le divorce de masse, a largement endommagé la société ! La négation constante de la différence des sexes complète une visée cosmopolite de l’indifférenciation. L’avortement érigé en principe organisateur de la cité, l’instrumentalisation des actions de la recherche scientifique par le transhumanisme condamnent, de facto, notre société au chaos. En somme, la défense de l’anthropologie chrétienne n’est pas un combat identitaire, elle est la seule fondation possible pour une action politique juste. L’évangélisation relève d’un autre charisme que je respecte assez pour ne pas y introduire des mandats. Reste à espérer que les clercs fassent de même. […]

La première victime de la Ve République c’est l’agriculture. La mécanisation outrancière, le mépris affiché pour les savoir-faire ancestraux, la rupture avec les lignées paysannes ont entrainé une rupture dans les tissus économiques et géographiques de notre pays. Que veulent réellement les paysans ? Vivre de leur travail. Or les exploitations agricoles sont aujourd’hui victimes : du racket fiscal, des distorsions normatives, de la mondialisation malheureuse.

Une affaire récente l’a d’ailleurs parfaitement incarné : du vin chilien sera vendu sur le tour de France. Le localisme est une des conditions sine qua non du rétablissement d’une partie du monde paysan. Les circuits courts, les identités locales, la rationalisation de la consommation sont autant d’éléments primordiaux que nous devons mettre en avant ! Perico Legasse l’exprime d’ailleurs avec brio dans son récent ouvrage : A table citoyens !

Les Français restent majoritairement attachés à l’euro. Le vice-président du Front national, Florian Philippot, a récemment réaffirmé que “tout le monde au Front national est pour la fin de l’euro” et que la France aurait “une monnaie nationale” au bout de six mois au maximum s’il arrivait au pouvoir. Quelle est votre position sur ce sujet ?

Florian Philippot confond la confrontation au réel, c’est-à-dire la politique, avec les jeux vidéo. Comme l’une des figurines qu’il doit apprécier, le numéro deux du Front National poursuit des totems. Or, la question économique réclame mieux que quelques imprécations monétaires parsemées de résumés pseudo-savants d’Alternatives Économiques.

D’ailleurs, la droite nationale ne l’a pas attendu pour rappeler que l’Union Européenne ne serait jamais une zone monétaire optimale, que la concurrence du dollar passait par un projet de puissance de tous les corps sociaux, que l’Europe allemande ne valait finalement pas beaucoup mieux que l’Europe américaine.

Mais les faits sont là et l’Europe existe, pénalisant pour partie notre économie. En faire toutefois la cause unique de nos déboires économiques, c’est oublier une grande partie des errements provoqués par la cohorte d’énarques et de dirigeants cooptés : le marché du travail est étouffé par une réglementation excessive, les ménages sont harcelés par le racket fiscal, les indépendants subissent des inventions législatives toujours plus obséquieuses.

Il existe donc bien un suicide économique de notre pays qui n’est pas imputable à l’euro. Promettre aux Français le plein emploi et l’abondance une fois sorti des débats de Frankfort et Bruxelles, c’est mentir, c’est tromper, et c’est avouer son incompétence.

Par ailleurs, le retour à une monnaie nationale en six mois est absolument irréaliste : les parités monétaires, les coûts d’étiquette, les libellés de compte devraient être modifiés pour une plus longue période.

Alors recouvrer notre souveraineté monétaire un jour, oui ! Fantasmer et manipuler, non, en tout cas pas à droite. […]"

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services