Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Il défend l’abstention

En plein débat sur l'abstention dans le Landernau catholique, rejaillit cette phrase implacable :

"Je ne suis évidement pas pour la République donc je ne vais pas voter pour le président de la République !

Alphonse II de Bourbon, duc d'Anjou".

Partager cet article

47 commentaires

  1. SA a évidemment raison mais que faire d’autre?

  2. Effectivement implacable, et qui évite toute discussion “byzantine”.
    Prions pour la France, et les catholiques pourraient utilement mettre ce dimanche un cierge dans leurs églises en prolongement.
    Ce serait super de publier sur le Salon Beige des photos de dizaines de cierges allumés pour cette intention.

  3. manuel d’histoire de FRANCE .ANNE DE MEZERAY.page 278: il ne restait plus aux royalistes,incapables de s’entendre,qu’à établir la République en donnant à la FRANCE la constitution de 1875.

  4. ne pas voter c’est voter pour le gagnant
    [“2- Si je vote blanc c’est le candidat le plus mauvais qui va passer !
    C’est là encore un piège tendu par les médias. Nous sommes responsables de nos actes pas de ceux des autres. Si un candidat est élu alors que nous avons voté blanc, la responsabilité de son élection n’est pas imputable à celui qui a décidé de ne voter ni pour lui ni pour son adversaire. La vraie responsabilité en revient à ceux qui ont voté pour ce candidat. C’est l’un des grands moyens utilisés par les manipulateurs que de nous faire agir en nous faisant porter une responsabilité qui n’est pas la nôtre. Nous sommes responsable de notre voix pas de celle des autres.
    En revanche si nous votons pour un candidat dont nous savons (par expérience ou de par son programme) qu’il ne respectera pas les points non négociables, nous sommes responsables de notre vote, même si ce vote était destiné à contrer un adversaire qui nous semblait pire (voir la notion de moindre mal).
    Source : http://www.votonscoherent.com/2012/03/02/argumentaire#2
    JL]

  5. il est tout a fait coherent pour un anti-republicain de s’abstenir de se prostituer dans une election…
    les Francais ont voulu la Republique, il le confirment a chaque election… en participant a une republique franc-maconne.. debrouillez-vous avec vos elections et ceux qui vous rendent la vie si ‘belle’

  6. “En revanche si nous votons pour un candidat dont nous savons (par expérience ou de par son programme) qu’il ne respectera pas les points non négociables, nous sommes responsables de notre vote, même si ce vote était destiné à contrer un adversaire qui nous semblait pire ”
    Dans ce cas,nous sommes obligés de voter blanc car aucun des candidats ne défend les points non négociables. Cela revient à se désintéresser totalement de la vie politique. Et à la limite, en poussant les choses jusqu’à l’absurde, cela n’a même plus d’intérêt de faire des billets touchant à l’élection présidentielle sur ce blog.
    [Votre blog essaye de vous donner des éléments pour nourrir votre réflexion, au fur et à mesure que vos blogueurs essaient de nourrir la leur. L’abstention ou le vote blanc ne doivent plus être tabou et doivent être envisageables comme des possibilités morales et recevables.
    Les catholiques doivent préserver leur liberté de penser pour établir des choix propres en conscience.
    Votre blog ne vous donnera aucune consigne. Alors ce serait dommage de rater la suite….
    JL]

  7. Maurras qui n’était pas non plus “pour la République” votait néanmoins scrupuleusement à chaque élection, sachant que “le désespoir en politique est une sottise absolue” et que pour que Dieu donne la victoire, encore faut-il que les hommes d’armes aient bataillé, au lieu de refuser de se salir les mains dans un bureau de vote.
    Ils ont les mains blanches, mais ils n’ont pas de mains disait déjà Péguy…
    [Oui, en général, ceux qui défendent l’abstention sont ceux qui s’investissent toute l’année dans le bien commun.
    Que ceux qui sortent leurs mains des poches une fois tous les 5 ans les critiquent, c’est vrai aussi.
    Voilà où mènent les attaques ad hominem. Et si on reprenait le débat à son juste niveau :
    L’abstention peut-elle être une attitude catho-compatible?
    JL]

  8. Dimanche je voterai BIQUETTE !
    BIQUETTE Président !

  9. @ Jean LAHIRE
    A moi qui suis plutôt légitimiste, il me semble que l’abstention du Duc d’ANJOU n’a rien à voir avec le débat des catholiques français. Il n’a pas la citoyenneté française ”républicaine” et ne participe jamais aux campagnes électorales.
    [Mais encore? JL]
    Son cousin éloigné, le Prince Sixte Henri de Bourbon-Parme vote en France, et est un grand ami de la famille LE PEN.
    Le père du Duc d’Anjou avait accepté le principe d’être élu député européen français : il est mort tragiquement avant que ce projet n’aboutisse.

  10. ne pas voter c’est voter pour le gagnant n’est pas un jugement moral mais une constatation mathématique comme 2+2 = 4
    [0 de chaque côté n’a jamais rien changé. JL]

  11. C’est bien cette posture de chevalier aux mains blanches.
    Mais dans la vraie vie, les vrais gens essaient d’agir comme ils peuvent, au moins en limitant les dégâts.
    [Oui. Mais sans adopter l’attitude qui n’arrange rien. C’est tout le problème du cas de conscience que chacun peut avoir dimanche. JL]
    Si ses ancêtres avaient mieux défendu le bien commun, nous n’en serions peut-être pas là.
    [Certes… Eh alors, maintenant, on fait quoi? JL]

  12. Je voterai blanc, hélas ! Mais je préfèrerais avoir un candidat qui me semble digne d’être président.

  13. Les P.N.N. auront fait bien du mal !
    [Je ne vous comprend pas. Je cite un homme qui avait une raison de s’abstenir et vous condamnez les PNN… au lieu de donner votre réflexion (plus de 3 mots) sur cette attitude et sa compatibilité avec une attitude chrétienne.
    JL]

  14. je ne comprends pas votre incitation à ne pas voter.. ou plutôt je peux comprendre que l’on ne vote pas, mais dans ce cas, on ne se plaint pas de ce qui arrive après.
    Le refus de participer (ou l’impossibilité) dispense de commentaires et de critiques.
    [Il n’y a aucune incitation : le SB ne donne pas de consigne, il fournit les éléments qu’il juge utile à la réflexion. Et j’ai jugé utile de donner une raison valable à l’abstention, si facilement condamnable dans nos mentalités cathos-pragmatiques.
    Et se cette attitude donne à réfléchir, tant mieux.
    JL]

  15. Pas le genre à se demander si sa main gauche ignore ce que fait sa main droite, ou hésiter, comme certains ,entre “éthique de responsabilité” et “éthique de conviction”.
    Du courage, de l’honnêteté et de la cohérence : une nouvelle race d’hommes politiques ou une voix qui crie dans le désert ?

  16. J’hésite entre voter Marine Le Pen et voter blanc (avec une fleur de lys pour que le message passe auprès du Ministère de l’Intérieur).
    Si je m’abstiens (personne ne saura que c’est parce que je préfère Louis XX). Je pense que toutes les personnes âgées, elles, vont aller voter Nicolas Sarkozy… Et je préfère encore largement Marine Le Pen.
    Vive le roy quand même.

  17. Youpi,
    Grande erreur que la votre: si je ne vote pas, je me garde le droit de critiquer, car je ne suis en rien responsable des abominations commises.
    J’ai juste refusé de les cautionner!
    Si je vote, deux possibilités:
    1- mon candidat est élu et je suis totalement co-responsable de tous ses actes puisqu’il les fait grâce où plutôt à cause de moi. Dans ce cas là la moindre décence fait que, trahi ou pas, je la ferme.
    2- Mon candidat n’est pas élu et dans ce cas en bon démocrate, je ferme ma gueule en reconnaissant que l’autre à démocratiquement raison!
    Vous ne pouvez pas vous prétendre démocrate et républicain et penser différemment.
    Si non, vous êtes un mauvais démocrate et un mauvais républicain, ce qui ne peut m’arriver puisque catholique, je ne suis ni républicain (ce qui serait un comble) ni démocrate.

  18. de grandes idées qui débouchent sur “l’inaction française” comme disait Rebatet

  19. DAM,
    Ne pas confondre action, inaction et brassage de vent!
    Dans le processus révolutionnaire que nous vivons, votez participe à l’alimentation de ce processus révolutionnaire!
    Le suffrage universel est l’essence même du moteur de la révolution.
    Pour mémoire:
    http://www.viveleroy.fr/Principe-du-moteur-de-la,71
    Le Systême est bien rodé pour maintenir les Français et surtout le reste de catholiques votants dans l’impuissance qui confine au désespoir!
    En soit, voter n’est pas une action, c’est juste un minable défouloir, et surtout une justification à bon compte d’avoir “fait son devoir”
    Si on ne peut connaître le futur, il nous est possible d’analyser le passé!
    Aucun vote n’a jamais arrangé le sort des catholiques ou même des nationalistes ( et on pourrait en parler du nationalisme)
    Quel est le vice intellectuel qui permet à un catholique de penser que son vote changerait quelque chose?
    Prier, jeûner, communier est certainement plus efficace pour le Pays qu’aller mettre un papier dans une urne!
    Et pour finir, Lucien Rebatet antisémite et anti catholique, n’est pas ma tasse de thé, quelque soient ses qualités d’écrivain!

  20. [le salon est un ESPACE DE LIBERTE D’EXPRESSION]
    De l’Universalité du Saint Décalogue ‘PRO-VIE’ de
    Notre Roi qui est le Christ,
    (c’est Lui et Lui seul qui choisira à la DEMANDE expresse et en dernier recours des Français, le retour du roi, Son futur LieuTenant) et, pour cela, il faut avoir la vertu de Foi théologale et non un vague sentiment religieux à connotation catholique sans espérance ni confiance en la divine Providence !
    «Jehanne disait (parce qu’elle le savait), qu’une fois le roi sacré et couronné, la puissance de ses adver-saires irait toujours en diminuant et que finalement ils ne pourraient nuire ni au royaume ni à lui».
    Les 12 Bienheureux Saints Apôtres ne représentaient ’’RIEN’’ non plus (aux yeux des mondains païens) au début de l’Ère chrétienne en leur Ministère d’évangélisation, et, cependant, le Christ-Dieu était avec Eux et si Dieu est avec nous dit l’Apôtre, qui peut se permettre d’être contre nous, et ce ne sont pas des paroles oiseuses…
    “Nous renonçons aux dieux mortels, et nous sommes prêts à adorer le Dieu immortel prêché par Remy !”
    Et, si le vote survivant du petit troupeau catholique ne pèse ’’RIEN’’ au regard de la république, il est pourtant CHER au Cœur de Dieu, la fidélité des justes.
    “Le roi de France, est dans le dessein de Dieu : locum tenens Regis coelorum qui est REX FRANCIÆ. Si le LieuTenant a droit au respect dû à Celui dont il tient la place, il n’a de droit que pour faire observer la loi de Celui qu’il remplace, et toute sa force est là. S’il l’oublie jusqu’à ne pas reconnaître le suzerain, il devient félon.
    Toute la mission de la Pucelle dans sa signification la plus haute est là.
    Ce qui vaut pour un roi qui est un chef sacré, vaut aussi pour un chef non sacré.
    Du non respect du Saint Décalogue :
    “Le sang ne donne droit à la LieuTenance que lorsqu’il est vivifié par une âme qui en reconnaît le plus es-sentiel devoir, la dépendance du Roi des Cieux, l’obligation de régner en Son Nom et pour Lui. Considérer le sang royal d’une manière purement matérielle, c’est ne pas connaître la signification du mot, lui enlever son sens élevé, pour le ravaler à une signification animale ; car, matériellement considéré, il n’est que cela. Voilà pourquoi, entre l’enseignement de Jehanne et la légitimité professée par l’école gallicane, il y a la distance de la terre au ciel, du Christianisme à l’idolâtrie. Le droit divin du sang matériellement considéré est une idolâtrie réprouvée par la foi et la raison ; il en est le renversement”
    Certes, moralement, nous nous devons de soutenir publiquement en paroles et en actes des partis patriotes pro-France, tels ceux principalement de Carl Lang malheureusement hors course ou en dernier ressort celui de Marine Le Pen pour infléchir une décision en faveur de la condamnation à jamais du crime odieux d’avorter, crime dénoncé initialement par le FN puis dernièrement approuvé et imposé par une coterie infiltrée d’impies de différents lobbys.
    Il est loin le temps où le FN ouvrait ses meetings, tels les États Généraux, par une Messe, or, sans fidélité au Saint Décalogue, il appert qu’il ne faut s’attendre à aucune bénédiction, or, comment pourrions-nous moralement respecter et donc soutenir de nos suffrages, une œuvre qui par respect humain, brave la Loi divine, c’est impossible sans faire prévaloir la volonté de la créature sur celle du Créateur, et, qui derechef se refuse pour complaire d’autres créatures, de proclamer le respect de la Vie voire plus… :
    «Vous direz qu’ils fassent Trésor des Testaments de Saint Remy, de Charlemagne et de Saint Louis, ces Testaments qui se résument dans les mots si souvent répétés par l’héroïne d’Orléans :
    «VIVE LE CHRIST QUI EST ROY DES FRANCS !»
    ++++ « Grand Dieu, sauvez la France !» ++++

  21. Merci et bravo au Salon Beige de citer ces mots exellents du Duc d’Anjou en ce temps d’election.
    En effet, qui élire? Et puis voter blanc manifeste notre refus face à toute cette brochette de personnes indignes de gouverner la France.
    Signons la carte de Monseigneur Aillet, et restons en union de prières pour le salut de la France, fille ainée de l’Eglise.

  22. [le salon est un ESPACE DE LIBERTÉ D’EXPRESSION]
    Absolument d’accord…et je puis même vous dire que nous avons droit aux bons offices d’un ange gardien qui, par son inlassable vigilance, nous évite, par nos propos, d’égarer notre prochain et, par conséquent d’alourdir notre croix…ceci dit, pour revenir au sujet, nous sommes en République, faut faire avec…pour l’instant.

  23. Il y a probablement une solution simple pour ne pas participer aux élections : ne pas s’inscrire sur les listes électorales.

  24. @ Marion.
    Absolument d’accord avec vous. C’est aussi ce que je fais lors des élections (toutes). J’ai un bulletin tout prêt au nom de Louis XX. Cependant, au premier tour, je vote pour le candidat souverainiste présent car on ne peut pas rester à regarder passer les trains.
    Il faut savoir, comme vous l’indiquez, que feu les R.G. analyse les bulletins nuls. Les blancs ne servent à rien. Vous me direz que les nuls non plus, mais….
    Par ailleurs, il y a bien “L’Alliance Royale” qui essaie de faire quelque chose mais, questionnés, il semble qu’ils ne veulent s’engager ni pour Louis Alphonse de Bourbon, ni pour les Orléanistes.

  25. Voter c’est cautionner les actes de celui qui est elu et d’assumer le sang innocent que celui-ci a sur les mains.

  26. dans mon enfance,le catéchisme insistaitsur les devoirs envers la patrie…et dans le diocèse du Mans, j’ai entendu pour la première fois chanter le “Domine salvam fac PATRIAM nostram…” le cardinal archevêque du Mans avait trouvé ce moyen de pprier pour la France et non la République ! Bien sûr,ces temps sont révolus,mais point n’est besoin d’être répu-blicain pour aimer et faire son possible pour son pays.. Etre catholique et Français toujours..pour éviter de ne plus pouvoir etre ni l’un ni l’autre… et prier pour que Dieu nous donne un avenir selon notre espoir! DOMINE SALVAM FAC PATRIAM NOSTRAM !

  27. @ HB….
    vous êtes ni républicain, ni démocrate, vous ne participez pas au jeu démocratique… très bien !!!
    vous restez assis sur les gradins à regarder le match … très bien !!!
    mais, de grâce, ayez la décence de ne pas vous plaindre de ce qui se passe devant vous (comme les 60 millions de sélectionneurs au mondial de foot !!)
    Vous vous mettez hors jeu, vous n’êtes donc plus acteur, alors dans ce cas… avez-vous encore le droit de râler ???
    [doucement dans vos propos et vos interpellations. Je laisse passer ce message, mais c’est le dernier sur ce ton.
    Tout le monde a le droit de râler : qu’il vote ou pas d’ailleurs. Mais que ce soit fait avec charité.
    Au fait, celui qui décide de ne pas jouer au foot parce qu’il n’aime pas ça, garde heureusement le droit de continuer à critiquer le foot! Faut-il jouer au foot pour avoir le droit de critiquer? Faut-il se droguer pour garder le droit de râler contre ceux qui la produisent? Allons, allons….
    JL]

  28. Jésus, notre Seigneur a demandé de rendre à César ce qui est à César. Ceux qui croient lutter pour le Christ-Roi en luttant contre la République se trompent gravement et mettent, selon moi, leurs saluts en danger.
    On doit accepter les institutions que la divine Providence nous impose. On doit également dans le cadre de ces institutions lutter pour le règne du Christ qui est roi de France.
    Il y a quelque naïveté à croire que l’Ancien Régime aurait été irréprochable quant aux droits de l’homme et qu’il faille le rétablir pour rétablir Jésus-Christ dans ses droits. Le règne du Christ respecte l’homme et les droits de l’homme. Nous devons donc ici et maintenant militer pour le Christ-Roi, premièrement en revendiquant, en usant de notre liberté. Le Christ respecte notre liberté, bien mieux, il la promeut. Personne n’a à craindre du règne du Christ ni pour ses droits ni pour sa liberté.

  29. Monseigneur,
    Et vous que faites vous pour la France, cette déclaration “plaquée” est une insulte pour tous les français, cela veut dire, “démerdez-vous” ou “j’en ai rien à foutre de ce qui se passe en France”… Si vous n’avez rien à dire, ne le dites pas ou ne le laissez pas dire par d’autres… et si la France ne vous interresse pas laissez la tranquille… on attend pas un roi de pacotille !

  30. Cette phrase du duc d’Anjou est cohérente avec sa qualité d’aîné des Bourbons.
    À cette élection trois choix se présentent à nous pour notre pays déshydraté :
    – lui faire boire de l’eau croupie
    – le laisser mourir de soif
    – laissez d’autres lui faire boire de l’arsenic
    Que chacun agissent selon sa conscience mais, surtout, même si nos désaccords sont compréhensibles en cette heure sombre, que jamais la charité ne déserte nos cœurs afin que nous restions tous unis par elle.

  31. A moins de vouloir par l’abstention exprimer son opposition au système démocratique, ce qu’exprime le Duc espagnol, il convient sinon, sur un plan moral, de voter. Même blanc ou nul ! Une chose est le devoir de voter, autre chose est de pouvoir exprimer ses convictions sur un bulletin.
    Quant au droit ou pas de critiquer, si on ne peut contester à personne le droit (ô combien démocratique!!!) de le faire, il y a quand même une certaine décence qui s’impose de fait à ceux qui sortent du système ou qui ne s’engagent sur rien. On ne perd pas son droit de brailler, peut-être, mais du moins on n’en use pas…
    Comme on aurait aimé que les journalistes le fassent lors de l’action du RAID à Toulouse par exemple : le silence sur les conditions de l’assaut aurait été préférable, par respect pour les victimes & leur bourreau.
    Nous essayons de sauver une certaine idée de la France, & nous abandonnons la décence & la justice.

  32. [Non, je retire l’insolence, l’arrogance et le manque de sens.
    Et surtout, ici, je fais ce que je veux.
    JL]

  33. @chstex: c’est très bien dit. D’ailleurs le prince Jean, Duc de Vendôme, de prône pas l’abstention, lui.

  34. « Il est des positions où il faut se résigner à subir quelques inconvénients pour en éviter de plus grands encore, et savoir sacrifier ce qui peut paraître l’utilité du moment à l’utilité permanente et véritable…
    Ayons foi en nos doctrines, en nos traditions. Le sentiment moral est notre condition d’existence et notre force, ne l’abdiquons pas. C’est ce qui fait notre valeur aux yeux du pays, et c’est ce qui ramènera le pays vers nous, lorsqu’il sera rendu à la liberté et à lui -même. Telle que je la comprends l’abstention (lors des consultations électorales) n’est pas un défaut d’affirmation ; elle est au contraire une affirmation et une protestation éclatante. C’est s’affirmer, c’est protester que de dire au pouvoir : les royalistes ne veulent pas se prêter à vos mensonges ; ils ne veulent pas avoir l’air de prendre au sérieux vos prétendues institutions ; ils ne veulent pas, en acceptant une lutte trop inégale, ajouter l’apparence d’une opposition vaincue à votre facile triomphe…
    Croyez-le bien : lorsque le moment sera venu, l’abstention d’aujourd’hui deviendra pour les royalistes un titre et une recommandation de plus devant leurs concitoyens…
    Mais j’en suis convaincu, la protestation incessante par l’abstention publique, telle est la vraie mission des royalistes, sous un régime monstrueux qui semble contrarier à plaisir les instincts et les besoins de la France, qui remplace le sentiment moral par le cynisme, la liberté par l’intimidation électorale… »
    Henri, comte de Chambord – 22 septembre 1861

  35. youpi,
    J’avoue,vous avez raison, je suis un râleur et même un râleur né!
    J’aime ça et ce n’est pas là mon moindre défaut!
    Ceci dit il faut admettre que les raisons sont nombreuses surtout quand on voit les gens se laisser cocufier par le vote et le comble est qu’ils en redemandent!
    Toujours cette fumeuse impression de tenir en main son destin et de participer au sauvetage du pays!
    Tout ceux qui s’intéresse à notre premier ennemi terrestre à savoir la franc-maçonnerie savent que ce qu’ils veulent, c’est notre vote: le reste ils gèrent pour en sortir ce qu’ils en veulent.
    C’est d’autant plus facile avec les machines électroniques, bien plus encore qu’avec les urnes. Même plus la peine de faire voter les morts!
    Denis Merlin,
    Merci de nous ressortir votre cheval de bataille: les très fameux “droits de l’homme” qu’il faut entendre comme les droits de l’Homme.
    Pour en revenir à César, je vous rassure je paie mes impôts à la république mortifère sans tricher d’un seul centime!
    Mais il ne me semble pas que dans cet évangile il me soit demandé de voter!
    Prendre Dieu comme prétexte pour obliger “moralement” à voter, me semble violer mes droit d’homme les plus fondamentaux!
    Je n’ai aucune obligation à accepter les constitutions car ce n’est pas Dieu qui me les impose! Pensez-vous que Dieu puisse m’imposer le mal voire le Mal?
    Manifestement quand vous priez Dieu vous devez peut-être dire: “Et ne nous soumets pas à la tentation”
    Vous imaginez Dieu vous tentez et espérer que vous succombiez?
    Pour un plus grand bien il peut laisser faire. Et pour laisser faire, Il laisse faire: c’est donc mérité, mais ce n’est pas une raison de se soumettre!
    Au Mal, non
    A Dieu, oui
    Vous êtes un redoutable causeur, mais vous trompez volontairement vos lecteurs:
    Vous donnez à penser que j’ai dit ou même cru que l’Ancien régime était parfait!
    Par Dieu, qu’est ce qui vous le permet!
    Attaquez nous sur ce qu’on dit pas sur ce que vous croyez qu’on pense.
    Merci.

  36. Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis 150 ans!

  37. Dans le n° 1788 de Famille Chrétienne, un auteur prône d’abstention.
    La réponse à sa proposition est à la page précédente : “Tous les citoyens étant appelés à participer à la détermination des lois, si je décide de m’abstenir, puis-je décliner toute responsabilité envers la politique sui sera mise en oeuvre ? Je favorise alors, que je le veuille ou non, l’élection du candidat le plus mauvais engendrant des lois injustes. Le vote est certes un acte profondément inconfortable, mais évitons un certain romantisme qui avec les meilleures intentions entraînerait une politique du pire” (Thibaud Collin). La suite, du Père Rougé, est aussi claire.
    L’abstention, c’est Ponce Pilate !
    [Et entre tuer les enfants par avortement le matin ou le soir, vous choisissez quoi? Moi je m’abstiens…
    Entre tuer les enfants par aspiration ou à la tronçonneuse, vos choisissez quoi? Moi je m’abstiens…
    etc.
    Vos faux choix (entre deux maux) et votre condamnation de ceux qui s’autorisent en conscience de réfléchir à une troisième voix n’élèvent aucunement le débat en le sclérosant dans une dichotomie servile et aveugle.
    Nul n’est obligé de voter! ou alors donnez-nous les références morales de bon niveau, c’est à dire du Magistère.
    JL]

  38. […]

  39. On peut se demander de quoi se mêle ce Prince puisqu’il est espagnol. Probablement a t’il aussi une double nationalité sud-américaine ?
    On sait bien qu’au niveau royal, la nationalité ne compte pas (combien de princes avons-nous eus qui ont régné hors de France ?). Mais pour cette élection, nous sommes en république, même si on peut le déplorer, alors le Duc d’Anjou n’a pas de conseils de vote à donner.
    [Hum… il a un passeport français… JL]

  40. […]
    Clairement, votre conception de la politique est théocratique.
    [Non. Je ne propose qu’une chose : ouvrir les yeux sur l’aspect moral d’une abstention, d’un vote blanc en plus de celui connu du choix d’un bulletin.
    On martèle les cerveaux – et 95% des Français se laissent prendre – sur l’obligation “citoyenne” de mettre un bulletin dans l’urne : je propose d’ouvrir les yeux sur la liberté d’exercer un choix en AMONT de cette “obligation” en réflechissant sur l’opportunité et la moralité d’une abstention.
    Quand vous aurez compris, vous verrez que votre accusation de théocratie est hors-sujet.
    JL]

  41. [MERCI !]
    Nous avons des principes transcendants dont nous ne pouvons en conscience nous départir sans la trahir !
    La royauté du Christ ou la république de Barrabas ?
    Faute de candidat – Defensor Vitae – PRO-DECALOGUE ou PRO-VIE, de notre mystique suffrage, mon choix est fait pour toujours !
    Merci encore de tenir bon face au « Manifeste des 343 salopes »

  42. Lorsque les juifs ont voté pour Barabbas à la demande de Ponce-Pilate ils ont accepté que le sang de Jesus retombe sur leur tête…
    Terrifiante consequence du vote le plus tragique de l’Histoire.

  43. @ JL
    Malheureusement, les catholiques ont effectivement un devoir moral de voter, non à cause d’une prétendue obligation civique républicaine mais à cause… du Catéchisme de l’Église Catholique :
    http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P7R.HTM
    2240 La soumission à l’autorité et la coresponsabilité du bien commun exigent moralement le paiement des impôts, l’exercice du droit de vote, la défense du pays :
    De fait, étant obligé de participer à la vie civile (c’est normal…) et de voter (c’est discutable mais puisque c’est demandé) alors effectivement l’abstention n’est PAS une option possible…
    Heureusement, il reste le bulletin blanc…
    Blanc comme le linceul du Christ et la couleur du Roi.

  44. PK,
    Vous avez raison sauf qu’il est bon de lire jusqu’au bout:
    2242 Le citoyen est obligé en conscience de ne pas suivre les prescriptions des autorités civiles quand ces préceptes sont contraires aux exigences de l’ordre moral, aux droits fondamentaux des personnes ou aux enseignements de l’Evangile. Le refus d’obéissance aux autorités civiles, lorsque leurs exigences sont contraires à celles de la conscience droite, trouve sa justification dans la distinction entre le service de Dieu et le service de la communauté politique. ” Rendez à César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui appartient à Dieu ” (Mt 22, 21). ” Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes ” (Ac 5, 29
    De plus quand le gouvernement est ouvertement anti-catholique, sans être juriste ou théologien, je ne pense pas qu’il soit bon de s’en faire le complice en participant au suffrage universel qui en est l’essence même!

  45. est-ce que certains ne confondent pas Alphonse II et l’actuel duc d’Anjou, Louis XX ? le prince Alphonse est décédé tragiquement en 1989, c’était le père de Monseigneur Louis c’est juste une petite précision car j’ai l’impression en lisant les commentaires qu’il y a confusion
    et vive le Roi !

  46. @ HB
    La suite justifie la désobéissance civile, pas la non participation au devoir de la cité qui explicite clairement qu’il faille apporter sa cotte part non seulement à l’impôt mais aussi au système électoral par le vote.
    Aujourd’hui, le système est clairement mortifère et contraire à l’essence de notre foi : il est donc de notre devoir d’aller le changer, profondément, par un engagement politique qui commence dans notre famille et va bien au-delà pour ceux qui en ont les capacités.
    Mais tout un chacun peut déposer un bulletin de vote compatible avec notre foi. On ne change pas le système en votant blanc mais on affirme clairement son opposition tout en restant dans les clous imposés par le CEC.
    Mais comme le souligne le SB depuis des semaines, ce n’est qu’un micro-épisode dans notre vie que cet instant fugace du vote : on changera la société par notre engagement dans la cité, pas en votant. Illusoire de penser que 4% de catholiques vont s’imposer par les votes… surtout en soutenant un candidat qui les méprise !
    À tous ceux qui donnent des conseils pour faire voter pour un tel, qu’avez-vous fait ces dernières années dans la cité ? Est-ce que votre lumière brille-t-elle plus loin que dans la pénombre d’un isoloir clos ?

  47. […]

Publier une réponse