Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Idéologie du genre / France : Société

Idéologie du genre au lycée : lettre ouverte de l’association pour la Fondation de service politique

Dlc (pétition)

De Francis Jubert, président et d'Elisabeth Montfort, administrateur (ici) :

"Monsieur le ministre,

Chaque année, le ministère de l’Éducation nationale donne des instructions sur les programmes scolaires pour améliorer le contenu de l’enseignement de milliers d’élèves. C’est le cas cette année pour les livres de Première L et ES en Sciences et Vie de la Terre (SVT).

Vos instructions parues au Bulletin officiel de l’Education nationale spécial n° 9 du 30 septembre 2010 sont très claires, notamment le thème 3 « Corps humain et santé » :

« Féminin, masculin
L’étude de la sexualité humaine s’appuie sur les acquis du collège. Dans une optique d’éducation à la santé et à la responsabilité, il s’agit de comprendre les composantes biologiques principales de l’état masculin ou féminin, du lien entre la sexualité et la procréation et des relations entre la sexualité et le plaisir. Ces enseignements gagneront à être mis en relation avec d’autres approches interdisciplinaire (philosophie) et/ou intercatégorielles (professionnels de santé). Il s’agit d’aider l’élève à la prise en charge responsable de sa vie sexuelle.

Devenir femme ou homme
On saisira l’occasion d’affirmer que si l’identité sexuelle et les rôles sexuels dans la société avec leurs stéréotypes appartiennent à la sphère publique, l’orientation sexuelle fait partie, elle, de la sphère privée. Cette distinction conduit à porter l’attention sur les phénomènes biologiques concernés. »

Quelle n’a pas été notre surprise de constater que certains livres destinés aux élèves dès la rentrée de septembre s’appuient sur la théorie du gender pour expliquer la sexualité masculine et féminine. Or cette théorie nie l’altérité sexuelle de l’homme et la femme. Que la théorie du gender soit enseignée comme une des composantes des études de genre dans des disciplines comme la philosophie, la sociologie ou l’éducation civique est une chose. La présenter comme seule référence structurante de la sexualité humaine, dans une discipline qui fait de la démarche scientifique le cœur de l’enseignement, est inacceptable.

En refusant le corps sexué comme une donnée de nature, cette idéologie est contraire à la démarche scientifique, ce qui est paradoxal dans un manuel scolaire qui se veut scientifique.

Le but est-il de mettre fin à l’altérité sexuelle et à l’hétérosexualité dans notre société ? On serait tenté de le penser à la lecture des manuels qui vont être distribués aux élèves.

Le manuel Bordas fait ainsi dépendre la prédominance de l’hétérosexualité du contexte culturel et social dans lequel nous vivons : « Si dans un groupe social il existe une très forte valorisation du couple hétérosexuel et une forte homophobie, la probabilité est grande que la majorité des jeunes apprennent des scénarios hétérosexuels » (p. 182).

D’autres manuels citent l’existence d’espaces culturels de « troisièmes genres », « ni homme ni femme », comme les Hijras en Inde (Belin, p. 145) ou les Mahu en Polynésie (Bordas, p. 176).  L’homosexualité serait donc choisie d’autant plus facilement que la société l’accueillera « sans discrimination » (Nathan, p. 181).

Certains groupes de pression se sont-ils immiscés dans ces maisons d’édition pour en influencer la rédaction ? Alors se pose la question du contrôle du contenu de ces livres par vos services. Ont-ils pu dénaturer vos instructions parues au BO de l’Éducation nationale du 30 septembre dernier sans vous en informer ? Quels étaient les accompagnements de programme ou les préconisations de programme ?

Ces questions ne manquent pas d’inquiéter les parents d’élèves, premiers responsables de l’éducation de leurs enfants, et de nombreux professeurs qui refusent d’avaliser une telle théorie.

Aussi sollicitons-nous un rendez-vous pour obtenir vos réponses à toutes ces questions, que nous rendons publiques dès à présent.

Espérant que cette lettre retiendra toute votre attention, nous vous prions d’agréer, Monsieur le ministre, l’assurance de notre haute considération".

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services