Hollande, un petit effort, il n'y a pas grand chose à dire

Lu dans Minute :

"[…] Il lui suffit de dire une phrase,
juste une phrase, et c’en sera fini. Il
ne veut pas retirer le projet de loi
Taubira? Soit. Il n’est même pas
obligé de le faire. Il ne veut pas organiser de référendum sur le sujet?
Tant mieux. On peut en finir autrement
et tout de suite. Il suffit à
François Hollande de glisser l’air
de rien, au milieu de ces considérations
générales qui font l’essentiel
du vide de la parole présidentielle,
qu’il « comprendrait tout à fait » ou
qu’il « serait normal » que « les parlementaires
se prononcent selon leur
conscience
»
. Qu’il lâche cette phrase,
qui ne le contraint pas à renier
un « engagement de campagne », et
c’en est fini du « mariage pour tous »:
au Sénat, où le texte doit être débattu
à partir du jeudi 4 avril, il ne passera
pas
.
Dans la Haute Assemblée, la
gauche ne dispose que de six sièges
de plus que la droite et le centre. […]

Au Sénat (comme à l’Assemblée),
aucun groupe parlementaire, écologistes
mis à part, n’est homogène
sur la question du « mariage pour
tous ». Quelques élus de droite ou
du centre pourraient approuver le
texte ; quelques élus de gauche
pourraient s’y opposer ou, a minima,
se trouver bêtement empêchés
de prendre part au vote […].
Rien n’est joué donc, à la condition
que le président du groupe des
élus socialistes et apparentés, François
Rebsamen, vieil ami et visiteur
du mardi de François Hollande, ne
se comporte pas comme son alter
ego de l’Assemblée nationale, Bruno
Le Roux, qui avait refusé aux
parlementaires du PS d’user de
leur liberté de vote sur la loi Taubira
.

Sinon… Eh bien sinon, la contestation va se poursuivre. Sous différentes
formes. Et pas forcément
déclarées au préalable en préfecture.
Dimanche soir, Frigide Barjot
évoquait une nouvelle manifestation
nationale. Pourquoi pas. Le
texte ayant été modifié en commission
des lois du Sénat, il ne pourra,
quoi qu’il arrive, être adopté dans
les mêmes termes par les deux
chambres. S’il passait le cap du Sénat, il devrait de nouveau être débattu à l’Assemblée. […] Mais d’ici là, et dès maintenant,
ce sont des actions ponctuelles qui
vont se produire. Ambiance guerre
asymétrique
… Tu m’attends ici, je
suis là… Ces dernières semaines,
pas un ministre n’a pu mettre le nez
de hors, en province, sans se retrouver
face à un comité d’accueil de
« La Manif pour tous »
. C’était bon
enfant. Ça ne va pas le rester longtemps
.
Car depuis, il y a eu le mépris et la répression. […]

21 réflexions au sujet de « Hollande, un petit effort, il n'y a pas grand chose à dire »

  1. Biggles

    Appelez tout de même au calme… Plus de manifs, plus de flash-mob, de petits événements partout, la pression sur les maires et les députés mais pas d’échauffourées.
    Ca ne sert à rien d’envoyer des gens au feu si on ne met pas l’idéologie libérale en face de ses contradictions. Et pour cela, pas besoin de grand monde : ils savent très bien se tirer dans le pied. Le progressisme montre de plus en plus ses limites, le libre-choix on le voit bien est un facteur puissant d’atomisation du corps social, de plus en plus de gens prennent conscience que la gauche libérale a renié ses traditions pour servir la finance.
    Sortir les armes, c’est faire exactement le jeu de Valls et du gouvernement Hollande. Par leur “refus de voir”, le mépris dont ils font preuve, les petits coups par en dessous pour titiller les gens, tester la résistance. Ils poussent les gens les uns contre les autres. Sarkozy n’a pas fait autre chose avec l’identité nationale, lui grand ami du Qatar. Ce sont des débats clivants. La tentation est le repli, il faut l’ouverture.
    Dans une vidéo récente, Attali la voix de son maître voyait arriver la guerre des bandes gros comme une maison et précisait ensuite que les puissants allaient être obligés d’imposer au peuple un gouvernement autoritaire dont ils ne veulent pas. Ne leur passez pas le plat. Non, le corps social est trop délité pour pouvoir mettre en place une action efficace, mais c’est en bonne voie. De plus en plus de gens s’informent et lisent.
    Attendons un peu avant de sortir les fourches. Ca ne sert à rien d’envoyer des français tabasser d’autres français pendant que les élites dirigeantes se terrent dans leurs planques. Pour le moment, un peu d’espérance et de bonne humeur ne feront de mal à personne !

  2. Tessier

    Si j’étais président – à Dieu ne plaise ! je pencherais plutôt pour une dissolution, qui aurait plusieurs avantages :
    – reculer sur la loi Taubira sans avoir à y toucher, sans même avoir à reconnaître que c’était une mauvaise idée, sans avoir à aborder, enfin, le fond du sujet
    – éviter d’avoir à éjecter Vals du gouvernement lorsqu’il sera mis en cause par la justice, dans quelques mois, pour les violences policières du 24 mars
    – donner une vitrine au Front national par le biais de la campagne législative, et recréer par repoussoir l’unité de la gauche contre le spectre des “heures les plus sombres de notre histoire” [sic] – la Manif pour tous n’étant pas un repoussoir suffisamment crédible
    – permettre à une majorité de droite de se prendre à son tour les pieds dans le tapis du chômage et autres joyeusetés conjoncturelles, sans compter la difficulté inhérente à une cohabitation, et, par là, garder l’espoir d’une réélection facile en 2017 sur le programme déjà usé mais toujours payant du “c’est la faute de la droite”
    Qu’en pensez-vous ?

  3. Oscar

    Guerre asymétrique, oui… Cela veut dire inventer de nouveaux modes d’action. Mais la guerre ne sert à rien s’il n’y a pas de stratégie, en l’occurrence pas de solution politique.
    La “guerre” doit être réinventée, non pour provoquer les forces de l’ordre à chaque déplacement d’un ministre, mais pour gagner sur le seul terrain politique qui vaille: rallier les millions d’indécis. Il faut une totale légalité, nos concitoyens détestent la violence – surtout quand on porte un message de paix, mais une grande portée symbolique. La “Grande Armée”, c’était déjà beau! Il faut poursuivre, trouver des idées, organiser des actions visibles, lisibles, symboliques, variées, provoquantes parfois, drôles peut-être, décalées et inattendues toujours…
    Et faire émerger une force politique nouvelle, déborder du combat contre le “mariage pour tous”, montrer qu’il y a une option sociale radicalement différente de celle que les politiques et les médias nous proposent, montrer aussi qu’il y a des élites capables de porter cette vision de la civilisation.

  4. Olivier

    J’en ai parlé souvent, la dissolution est fortement probable, je pense qu’il avait le choix entre Valls à Matignon ou la dissolution. Le PS n’a personne pour être premier ministre, il faut dire, entendu ce matin sur Europe1.
    Donc, il n’aura pas le choix de faire une dissolution, sachant que le PS n’a pas de chef et va se prendre une raclée et que l’UMP n’a pas de chef légitime aussi.
    Le PS va sans doute inciter “le front républicain” contre le FN favorisant l’UMP pour le propulser sans chef au pouvoir.
    Quoiqu’il en soit, nous allons vers une crise politique.

  5. stevenson

    @ Olivier
    prédire est aléatoire surtout quand il s’agit de l’avenir …. 🙂
    Votre scénario reprend des scenarii passés. Il semble bien que nous soyons en face de phénomènes très nouveaux dont nous ignorons précisément la puissance et les effets :
    révolte familiale; jeunes cathos; réseaux Internet, Clercs qui sortent de l’enfouissement (Cf. Mgr. Castet); crise économique sur le long terme (panne démographique + panne innovation + crise financière)
    Ca peut partir dans tous les sens. Il me semble préférable de se concentrer sur la justesse des positions à prendre au jour le jour.

  6. vovo

    absolument d’accord avec Stevenson et oscar….
    Une crise politique majeure nous pend au nez !!!
    Et aucun chef crédible ni à droite, ni à gauche !
    Pour l’instant, il nous faut battre le fer tant qu’il est chaud après la manif et jouer le harcèlement (bon enfant ou plus marqué), mais omniprésent partout….
    Et surtout… confier notre pays et son avenir dans la prière !

  7. Maye

    Nous pouvons sans risque physique inconsidéré nous fendre d’une lettre manuscrite à l’adresse de celui qui tremble à l’Elysée (c’est gratuit d’écrire au machin-truc de la république) pour réclamer la démission du p’tit gazeur et une enquête sur le travail de préparation de ce préfet en dessous de tout qui est à Paris.
    Si quelqu’un de compétent pouvait nous pondre un modèle à suivre… La Poste a besoin de ça pour survivre et c’est toujours bon pour le moral d’agir au lieu d’attendre, même en priant !

  8. Florence

    Hollande n’a même pas besoin de dire publiquement qu’il « serait normal » que « les parlementaires se prononcent selon leur conscience ». Il suffit qu’il le dise en douce à Rebsamen et ça ne passe pas au Sénat.
    Nous gagnons du temps. Et le temps joue pour nous car Hollande peut très bien dans la foulée annoncer que le chômage sera son unique préoccupation pour 2013.
    Mais pour faire cela, encore faut-il qu’il soit intelligent. J’en doute énormément. Je crains qu’il ne soit assez stupide pour jouer les gros durs devant ses troupes. Parce que ce qui préoccupe Hollande, ce n’est pas la France, c’est sa réélection et donc ses copains, notamment Pierre Bergé qui est à la fois bailleur de fonds et maître du Monde

  9. Jean Theis

    Cela va dans tous les sens effectivement et le lecteur lambda du SB a de la peine à s’y retrouver.
    Une chose est certaine: la réaction déborde du mariage pour tous, en raison de la baisse du pouvoir d’achat des gens (et des menaces qui pèsent sur icelui). Déjà le 24 mars un certain nombre de nouveaux manifestants – ainsi que des fidèles – défilaient autant à cause de la dégradation de leur situation économique que des valeurs de la famille. Ils ne se satisferaient plus d’un seul retrait du projet de loi

  10. meunier

    notre pouvoir, c’est l’argent.
    Identifier les sources de financement des lgbt.
    Il n’y a pas que les communes et les institutions.
    Lancer le boycott de toute firme qui promeut ces absurdités.
    Quelques idées :
    Starbucks (les petits versaillais peuvent changer de café le samedi matin)
    La Redoute (bawé, on est quand même leur coeur de cible, ils se foutent de notre gueule, he bien tant mieux pour eux)
    etc…
    frappez au porte monnaie. En ce moment, le gouvernement ne peut pas se permettre de perdre un centime. Ils en sont à vendre les bijoux de famille pour éviter la déroute (procédure d’urgence pour vendre 3% de safran a un prix décoté, barnier qui annonce que la France aura peut être à faire comme Chypre… Il n’y a pas que le mariage homo dans l’actualité, mais c’est le seul sujet sur lequel le gouv s’entête. même sur leur anti-libéralisme & pacifisme ils ont trahi leurs valeurs. Autant socialistes que mon postérieur !)

Laisser un commentaire