Bannière Salon Beige

Partager cet article

Nazisme

Hitler et Staline étaient-ils possédés ?

Le Daily Mail de Londres cite une interview du Père Gabriele Amorth, exorciste du diocèse de Rome : le prêtre y affirme que Pie XII avait tenté un exorcisme à distance sur Hitler, mais sans succès. Il explique : "Il est très rare que […] tenter un exorcisme à distance fonctionne. […] Une des conditions-clefs est d’être présent en face de la personne possédée, qui doit aussi être consentante et volontaire."

Mais l’exorciste n’a aucun doute sur la réalité de cette possession :

"Je suis convaincu que les nazis étaient tous possédés. Il n’y a qu’à penser à ce que Hitler – et Staline – ont fait. Ils étaient presque certainement possédés par le Démon.

"Cela se voit dans leur comportement et leurs actions, par les horreurs qu’ils ont commises et les atrocités commises sous leurs ordres."

Rappelons cette phrase éloquente (et signée) de Hitler : le "pire coup qui ait jamais frappé l’humanité, ça a été l’arrivée du christianisme."

Henri Védas (Via Bafweb)

Add. : Certains lecteurs demandent la référence de la citation de Hitler; elle vient de la transcription d’une conversation privée de Hitler en 1941 (la plupart de ses conversations étaient enregistrées pour la postérité). Dans une autre, il qualifiait le christianisme "d’invention diabolique." Source.

Partager cet article

33 commentaires

  1. On aurait bien aimpé que la “phrase éloquente” d’AH ait été sourcée !
    Merci d’indiquer d’où est extraite cette citation.

  2. il est important de préciser possédé ” par le diable”
    car il existe encore de par le monde différents cultes de possession, tenant à des religions traditionnelles, qui ne doivent pas être confondus avec ce genre de cas extrêmes
    dans ces cultes, d’ailleurs, la possession par le diable est prévue, et elle donne lieu, dès qu’elle est détectée, à ce qu’on appelle une cérémonie de nettoyage (limpeza au Brésil ou limpia au Mexique)
    par contre, les adeptes doués de médiumnité, et qui ont été initiés, reçoivent régulièrement,au cours des rites liturgiques en général annuels, des énergies qui s’incorporent et qui sont bénéfiques:sous l’influence de ces “dieux” ils se mettent à danser et exécutent les gestes de la mythologie des dieux (on retrouve alors les dieux habituels des religions pre-chrétiennes, qui se ressemblent ,du Brésil au Japon, où existent d’ailleurs aussi de tels rites ,dans le Shinto

  3. Il y a le Bien et le Mal. Il y a Dieu et le Diable. Il n’y a pas “des dieux”, nous le savons depuis Abraham.
    “Qui n’est pas avec moi est contre moi.” Notre-Seigneur Jésus.
    C’est clair.

  4. peut-on avoir les références de cette citation de hitler?

  5. @Jutte
    en postant mon commentaire sur un site catholique je m’attendais à ce genre de répartie:je la trouve donc légitime
    on ne peut pas cependant nier l’existence de “dieux”innombrables, qu’on y croie ou pas!
    dans le shinto, tout élément est imprégné d’une énergie divine
    il y a donc des milliards de dieux
    cela dit,le terme de “dieu”, j’en conviens, est une approximation
    la plupart des adeptes des religions traditionnelles entendent souvent par ce terme impropre une énergie
    et puis il y a aussi les dieux des mythologies! notre culture classique…
    enfin, c’est la diversité du monde qui en fait sa richesse
    même si tous les grands systèmes totalitaires du XX° siècle ont pensé le contraire: nazisme, communisme, et maintenant mondialisme

  6. “on ne peut pas cependant nier l’existence de “dieux” innombrables, qu’on y croie ou pas!” il y a dans cette phrase une certaine contradiction. Es-tu polythéiste tout en ne croyant pas à plusieurs “dieux”? bizarre…
    En tout cas, oublie toutes ces balivernes de “dieux”, d’énergies, de nature régénératrice et j’en passe… Tout cela sent le New Age et la “Nouvelle Droite” à plein nez, courants qui ne sont pas étrangers idéologiquement et philosophiquement avec le national-socialisme.
    Je t’invite donc à garder les pieds sur terre et à ne pas sombrer dans l’ésotérisme, tout en regardant vers le ciel et vers le Dieu trois fois saint qui est la seule source de Bien, de Beauté, de Gloire et de Miséricorde.

  7. En tout cas s’ils ne sont pas possédés, c’est bien imité…

  8. Xango, as-tu lu “L’homme Eternel” de Chesterton, sinon, je t’y invite : tu pourrais décourvrir un brillant apologiqte catholique y développant une vision du monde… et bien disons qui pourrait t’intéresser .

  9. J’aimerais également savoir de quelle source il s’agit, parce que ce n’est pas la première fois que j’entends cette “théorie”. En effet, da pssage dans une abbaye, j’ai entendu un aumônier militaire en parler. Il avait ajouté qu’Hitler avait traité avec le démon, qui lui aurait dit :”Donne-moi les juifs, je te donnerai le monde”. Etant donné qu’il s’agissait d’une conversation attrapée au passage, je n’en ai pas la référence, et n’ai pas vérifié ces dires. De plus, Hitler aurait été tellement tourmenté par le démon, qu’il aurait tenté de mettre fin à ses jours avec un fusil de chasse. Si quelqun connaît cette histoire…

  10. @ Xango
    je me permets, cher internaute, de vous suggérer de lire sans attendre le livre “les IMPOSTURES ANTICHRETIENNES” de MJ VERLINDE, aux Presses de la Renaissance
    il vous apportera de façon claire, documentée et argumentée toutes les réponses aux questions que vous soulevez.
    Et qui vous conduisent à une impasse. Droit dans le mur, si vous préférez.
    Et l’auteur sait de quoi il parle : les ashrams, le bouddhisme, etc, il en vient. ET IL EN EST BIEN REVENU !

  11. A smae qui voudrait la citation d’Hitler et à qui personne ne la donne :
    peut-être dans Mein Kampf ?
    Je ne sais pas moi-même. Mais j’ai lu il y a longtemps un livre d’un médecin belge qui avait soigné l’un des adjoints d’Hitler pour des douleurs affreuses que seul ce médecin pouvait soulager. Ce médecin belge avait pu grâce à ces soins connaître certains projets d’A.H. et les déjouer en faveur de catholiques.
    Si quelqu’un retrouve trace de ce livre, qu’il veuille bien l’indiquer sur ce site car ce livre apportait une preuve de l’antichristianisme forcené d’Hitler, à un moment donné de sa vie.
    Ne pas oublier qu’Hitler, avant de prendre le pouvoir, a passé quelques années (4, 5 ?) aux Indes. Et de ces années-là on NE SAIT RIEN. Indes, dieux, ésotérisme… Pie XII devait savoir bien des choses.

  12. @laetitia
    merci pour ce conseil de lecture que je vais suivre immédiatement (je le dis sérieusement)
    quant aux autres intervenants, je tiens à préciser que je déteste le new-âge, je ne m’intéresse qu’aux (j’allais dire “vraies”,mais je sais que ça va encore déclencher des polémiques)disons qu’aux religions sérieuses, et il y a eu, avant le judaisme, le christianisme et l’islam, d’autres religions ( et il y en a toujours aujourd’hui à travers le monde) que l’on ne peut pas taxer d’ésotériques au mauvais sens du terme: l’Hindouisme, le Bouddhisme (qui a aussi ses “dieux” d’ailleurs,différents du Bouddha),le Shinto, les religions traditionnelles africaines (improprement appelé animistes) etc
    enfin, pour en revenir au post en question, je suis assez d’accord avec la théorie, ici développée, qu’Hitler et Staline étaient possédés du démon
    je trouve cette analyse intéressante et censée
    que peut-on faire pour que le Mal ne s’incarne plus dans l’Histoire?
    mais je vous rappelle aussi que le Christianisme a lui aussi généré des massacres (Afrique, Madagascar, Mexique,Pérou etc) sans parler des horreurs et sévices de la Sainte Inquisition…

  13. a SMAE et aux autres qui demandent des références :
    J’ai trouvé ceci :
    http://library.flawlesslogic.com/religion_fr.htm
    la phrase citée dans l’article de Henri Védas ressort des “Conversations privées d’Hitler”.

  14. Le coup le plus dur qui ait jamais frappé l’humanité fut l’avènement du christianisme. Le bolchevisme est un enfant illégitime du christianisme. Tous deux sont des inventions du Juif. C’est par le christianisme que le mensonge délibéré en matière de religion a été introduit dans le monde. Le bolchevisme pratique un mensonge de même nature quand il prétend apporter la liberté aux hommes, alors qu’en réalité il ne veut faire d’eux que des esclaves. Dans le monde antique, les relations entre les hommes et les dieux étaient fondées sur un respect instinctif. C’était un monde éclairé par l’idée de tolérance. Le christianisme fut la première croyance dans le monde à exterminer ses adversaires au nom de l’amour. Sa marque est l’intolérance.
    “Conversations privées d’Hitler” (extraits)
    A vous de lire la suite.

  15. @Sixtine
    merci pour ce second conseil de lecture
    avec plaisir je vais aussi lire ce livre
    c’est ce qu’il y a de bien avec ces blogs où interviennent des gens cultives (et encore une fois je le dis sans aucune ironie): la découverte
    cela dit, je précise que je ne suis pas Bouddhiste, et que je n’ai jamais fait aucun séjour dans un ashram, bien que cela fût à la mode lorsque j’avais 20 ans
    mais c’est vrai que j’ai pas mal voyagé, en curieux, sans préjugé
    je suis de famille catholique, et j’ai été élève des jésuites

  16. Puisque vous acceptez de lire ce que l’on vous suggère, Xangö, avant de dire d’aussi grosses bêtises allez acheter
    “Historiquement correct” de Jean Sévillia aux éditions PERRIN.
    Vous saurez tout sur l’horrible Inquisition, les massacres du christianisme, la saint-barthélémy… le massacre des saints innocents, non ça c’étaient les autres…
    NE Mélangez Pas Tout et ne vous laissez pas matraquer, de grâce !

  17. L’information sur l’exorcisme à distance d’Hitler par Pie XII avait déjà été donnée par le Père Peter Gumpel, postulateur du procès de béatification de Pie XII. (cf. “Historiquement correct” de Jean Sévillia P.337). Je n’ai pas de sources plus précises.
    Par ailleurs, dans son excellent livre “Vie de Marthe Robin” (ed. de l’Emmanuel et ed. des Foyers de Charité), Bernard Peyrous, postulateur de la cause de béatification de Marthe, rapporte ce qu’elle dit à l’entrée de la guerre : “Hitler est une image de l’antéchrist, dit-elle, mais ce n’est pas l’antéchrist… Que les catholiques allemands souffrent”. (P.144)
    Page 165-167 du même livre, on voit aussi comment Pie XII et Marthe, chacun de leur côté, avaient averti en mars 1940, le gouvernement français du piège tendu à la France par les Allemands via à l’invasion de la Belgique et des Pays-Bas. Ils n’avaient pas été entendus. L’Eglise devait donc être bien convaincue du caractère satanique et injuste du régime nazi pour prendre ainsi, même secrètement, le parti d’une armée contre une autre.

  18. @jutte
    j’ai lu depuis belle lurette l’Historiquement correct de Jean Sévillia que j’écoute d’autre part régulièrement sur Radio Courtoisie
    et j’ai déjà fait circuler amplement le livre autour de moi
    ce livre est excellent parce qu’il rétablit un certain équilibre, ce qui était necessaire
    cela dit, il ne faudrait pas que cet équilibre penche cette fois trop de l’autre côté ,car ce serait, de votre partt, de l’angélisme
    soyez réalistes!
    pas de démons d’accord
    mais pas d’angélisme non plus
    vous allez vous sentir pousser des ailes
    quant aux conversations secrètes d’Hitler, je ne les ai pas lues, mais ça sent, comme d’habitude, son Nietzsche mal compris

  19. @Xango
    L’étude historique des religions est certes passionnante, mais à un moment donné il faut se demander si l’une d’elles est vraie, ça peut être très utile quand même…. ;o)
    Là c’est à chacun d’étudier, de réfléchir, de constater, en respectant toujours la logique, même si cette dernière n’est plus à la mode.
    La lecture de René Girard par exemple peut apporter des éléments intéressants en ce qui concerne l’étude des mythes et religions.

  20. Du temps de Pie XII on ne cherchait pas encore à rechercher l’aspect psychiatrique comme responsable de la démence des individus semblant possédés par le démon.
    Or, aujourd’hui les exorcistes ont pour devoir de rechercher d’éventuels troubles psychiques avant d’apposer le diagnosique de possession.
    Hitler, Staline et autres sont reconnus par de nombreux spécialistes comme des psychopathes en particulier des schizophrènes.
    Prier et invoquer Dieu pour que des individus malades et méchants soient meilleurs reste une démarche très humaine et très chrétienne même si on doit appeler ça un exorcisme.

  21. @rheracles
    j’ai lu également, depuis belle lurette, et passionnément,René Girard, que j’estime infiniment et dont je me réjouis grandement qu’il soit enfin revenu parmi nous
    ce que j’ai voulu dire, par mes interventions sur ce blog (que je consulte régulièrement bien que n’ayant pas la Foi) c’est qu’il faut faire attention justement de ne pas tout mettre dans le même sac (à la façon des New-âge)
    or quand on dit qu’Hitler était possédé, moi je veux bien (en tout cas ce serait “possédé par le Diable”) mais tout de suite ça fait penser à tous ces films américains sur les possessions, qui ne sont en fait que la peur de l’Autre (l’Amérique étant seule détentrice du Bien)
    or on sait quelle part prend la CIA dans la réalisation des films d’Hollywood ,qui sont de purs produits de propagande
    Hitler et Staline sont surtout le produit d’une absence de religion, c’est-à-dire les produits d’une idéologie,où il n’y a plus ni Dieu ni “dieux”
    aucun adepte des cultes de possession qui existent encore aujourd”hui sur la planète n’a jamais donné un Hitler, même à une moindre dimension
    d’autre part, je vous rappelle que la possession existe aussi dans le Christianisme: ça s’appelle la Pentecôte

  22. Extrait de “Voici quel est notre Dieu”, livre d’entretien avec le Card. Ratzinger :
    “Qu’un homme de la plus humble origine – il avait vécu longtemps sans rien faire et n’a pas reçu de vraie formation – ait pu mettre sens dessus – dessous tout un siècle ; qu’il ait pu prendre des décisions avec une clairvoyance politique démoniaque et se faire écouter par des hommes, et parmi eux des gens intelligents, donne le frison.
    D’un côté, Hitler était une figure démoniaque. Qu’il suffise de se rappeler l’histoire de ces généraux allemands qui se proposaient de lui dire la vérité en face et qui, dès qu’ils étaient en sa présence, restaient fascinés par lui et n’osaient plus rien dire. Si on y regarde de près, ce même homme, dont émanait une fascination démoniaque, était un voyou tout à fait banal. La puissance du mal se loge précisément dans la banalité. Cela nous révèle quelque chose de la physionomie du mal : plus il est grand, plus il apparaît misérable, moins il comporte de véritable grandeur.
    Hitler avait prévu des situations de façon démoniaque. J’ai lu le récit de la préparation de la venue de Mussolini à Berlin. Ceux qui en furent chargés, faisaient, l’un après l’autre, des propositions, puis après un long moment, il dit : “Non, tout cela ne vaut rien, je vois comment cela devra se passer”. Et, comme en extase, il l’exposa et cela se passa ainsi. Il y a là comme une maîtrise démoniaque qui banalise ce qui est grand – et grandit ce qui est banal – mais qui est avant tout dangereuse et destructrice.
    On ne peut certainement pas dire qu’Hitler était le diable : il était un homme. Mais il existe des rapports crédibles de témoins oculaires affirmant qu’il avait des sortes de rencontres démoniaques et qu’il disait en tremblant : “Il est de nouveau là” ou d’autres expressions semblables. Nous ne pouvons en savoir plus. Il était toutefois, d’une manière ou d’une autre, profondément ancré dans le domaine du démoniaque. Je crois qu’on le voit à la façon dont il exerçait le pouvoir et à la mesure de la terreur et du malheur qu’il a provoqués.” (“Voici quel est notre Dieu” Joseph Ratzinger. Ed. Plon / Mame. Première partie. Ch. 3).
    Ci-dessous : Extrait du discours de Benoît XVI à Auschwitz
    « C’était et c’est un devoir à l’égard de la vérité et du droit de ceux qui ont souffert, un devoir vis-à-vis de Dieu, d’être ici comme successeur de Jean-Paul II et comme fils du peuple allemand, fils de ce peuple sur lequel un groupe de criminels a pris le pouvoir au moyen de promesses mensongères, au nom de perspectives de grandeur, de recouvrance de l’honneur de la nation et de son relèvement, avec des prévisions de bien-être, et aussi avec la force de la terreur et de l’intimidation de sorte que notre peuple a pu être utilisé et abusé comme instrument de leur frénésie de destruction et de pouvoir. » Discours de Benoît XVI au Camp de Concentration d’Auschwitz-Birkenau le 28/05/06

  23. Que de mensonges et d’approximations !
    Hitler a dit aussi : « Je suis catholique. La Providence l’a voulu. »
    Hitler se proclame catholique dans Mein Kampf, l’ouvrage où il annonce son programme politique. Il y affirme aussi qu’il est convaincu qu’il est un “instrument de Dieu”. L’Eglise catholique ne mettra jamais “Mein Kampf” à l’Index.
    Hitler a aussi rendu obligatoire la prière à Jésus dans l’école publique allemande, et en réintroduisant la phrase “Gott mit uns” (Dieu est avec Nous) sur les uniformes de l’armée allemande.
    « Hitler n’a jamais quitté l’Église catholique » rappelle d’ailleurs le Dr Otto Dietrich qui vécut dans l’entourage immédiat du Führer. Et ce précieux témoin ajoute :
    « Il avait interdit d’appeler Charlemagne le « boucher des Saxons », dans la presse ou ailleurs ; Charlemagne avait christianisé les Allemands par la force de l’épée et on lui donnait ce surnom à cause des luttes sanglantes qu’il avait menées contre le duc de Saxe.
    « Hitler considérait Charlemagne comme l’un des plus grands hommes de l’histoire d’Allemagne, car il voyait d’abord en lui l’unificateur des Allemands et le créateur de l’Empire ; il l’approuvait d’avoir, en vue de ce « but national suprême », aussi bien introduit la religion chrétienne dans les pays germaniques que d’avoir agi avec une rigueur impitoyable contre tous ceux qui ne voulaient pas coopérer à l’unification sous l’égide du christianisme. C’était pour cela qu’il ne tolérait pas que l’on pût critiquer les massacres du grand empereur Charles… »
    (Dr Otto Dietrich, Hitler démasqué – Grasset, Paris 1955)
    De plus, Hitler n’a jamais voulu recréer une religion germanique, ca c’est le projet de Himmler, dont les relations plus que tendues avec Hitler sont bien connues (Albert Speer)

  24. @ Romeo
    Le Diable peut parfaitement utiliser une faiblesse psychologique ou physique pour faire tomber dans le mal.
    Le fait que Staline ou Hitler soient schizo peut être soit une conséquence du péché (le mal divise intérieurement) soit une occasion de chute.

  25. A Roméo,
    Que Hitler et Staline aient eu de réels troubles psychologiques, c’est bien possible. Mais s’ils souffraient vraiment de psychoses graves (psychopathologie, schizophrénie) ils ne seraient jamais arrivés au pouvoir. Ces maladies induisent des troubles du comportement et de la sociabilité qui les auraient vite disqualifiés dans l’exercice des responsabilités.
    C’est une façon bien moderne de nier la réalité du mal que d’évoquer toujours des causes psychologiques. C’est surtout une façon de nier la responsabilité individuelle. Les experts psychologiques le savent, eux qui établissent souvent qu’un pédophile ou qu’un violeur, même s’il est atteint de troubles graves, a conscience de ce qu’est le mal et reste juridiquement responsable de ses actes.
    Il est vrai les exorcistes doivent tenir compte des maladies psychologiques possibles avant de constater une présence formelle du démon. Mais relisez bien la citation du père Amorth. Ce n’est pas en raison de troubles maladifs du comportement qu’il parle de possession, mais en raison de l’ampleur et de l’atrocité des crimes commis.
    De plus, un schizophrène n’est pas par définition versé vers le mal. Et aucun schizophrène, même violent, ne pourrait faire, du fait de sa maladie, autant de mal que ces dictateurs. Ce qu’Hitler et Staline ont fait demande des capacités d’organisation et de direction qu’aucun malade mental ne peut avoir durablement. Non seulement ils devaient avoir toute leur tête, mais de plus, il est très probable qu’ils aient été guidés, voire possédés, par le démon.

  26. A Will,
    Apprenez, cher Will, que le diable est père du mensonge. Un homme voué au mal peut très bien se faire passer pour un catholique si cela sert ses plans.
    Hitler a parfois défendu, en paroles, le christianisme. Mais en réalité, il a persécuté des prêtres et des chrétiens par milliers (en camps de concentration) et n’a pas tenu compte de l’encyclique de Pie XI (Mit br. Sorge ; 1937) qui dénonçait son régime. Pie XI distingue très bien dans cette encyclique la vraie foi catholique de l’utilisation qu’Hitler en faisait en vue d’un néo-paganisme à la gloire de l’aryannisme germanique.
    Mein Kampf est un tissu de mensonges abjects. Pourquoi y tiendrez vous pour vrai ce qu’Hitler dit sur sa prétendue foi ? J’ai plus confiance dans la citation des conversations privées, où il révèle son vrai visage.
    Ce n’est pas parce que quelqu’un se dit chrétien qu’il l’est. Hitler avait intérêt à se faire passer pour tel pour des raisons électorales d’abord, pour ne pas perdre la confiance de son armée ensuite. Il est évident que s’il avait proclammé “Je suis un instrument du mal, je ne veux que la destruction”, il n’aurait jamais eu le pouvoir.
    Malheureusement, une partie des chrétiens est tombée dans le panneau et a manqué de lucidité. Mais certainement pas plus que le reste de la population (en 1933 c’est la Bavière catholique qui a le moins voté pour les nazis) ou que ces dirigeants français de tout bord qui de 33 à 39, ont sous-estimé sa dangerosité.

  27. @ Sixtine
    Sixtine,
    merci pour votre post.
    J’ignore tout de ce séjour d’Hitler aux Indes que vous évoquez,avez vous plus de détail sur les dates ?
    merci
    Jérôme

  28. Comme c’est un peu tendu , je vais essayer de rafraîchir l’ambiance !
    Non que je ne veuille faire enfler la polémique mais simplement pour apporter une touche à la période la plus sombre de notre histoire ! ……………
    Le 11.12.1991, Jean-Paul II accordait sa bénédiction apostolique à l’ancien nazi belge Léon Degrelle
    Léon degrelle , 1981 :
    “Vous étiez le leader d’un mouvement nationaliste belge qui se réclamait du catholicisme. N’y a-t-il pas une contradiction avec votre engagement aux cotés des armées hitlériennes?
    On se trompe là aussi à propos de Hitler. Il était intensément croyant et invoquait souvent le nom de Dieu. Il était de formation chrétienne, il avait même été enfant de chœur et chantre à l’église de sa paroisse. Certains leaders nationaux-socialistes étaient hostiles à l’Eglise, notamment Bormann et Himmler, pour ne pas parler bien sûr de Rosenberg, mais leur influence sur Hitler était à peu près nulle. Il ne prenait pas très au sérieux les recherches de Himmler sur les anciennes religions germaniques et sa politique fut très favorable à l’Eglise catholique, même si celle-ci fournit ensuite les opposants les plus déterminés au régime.
    Je l’ai rencontré un matin, alors que je m’apprêtais à aller communier et quand je lui fis part de mon intention — j’aimais ainsi provoquer l’agacement de mes interlocuteurs allemands, c’était une manière d’exprimer mon indépendance à leur égard -, il n’en fut pas du tout surpris et me répondit que sa mère aurait aimé m’accompagner si elle avait été encore vivante. Il était très discret à ce sujet mais portait un véritable culte au souvenir de sa mère, et ce qu’a raconté à ce sujet Kubizek dans ses Mémoires est très révélateur. Ma religion ne me semblait nullement contradictoire avec mon adhésion aux principes et aux idées avancées par Hitler, et il le comprenait fort bien, au point qu’il me fit un jour cette déclaration: «Si j’avais eu un fils, j’aurais aimé qu’il fût comme vous …» ”
    Voilà , si tout était aussi simple que bonjour , il y aurait eu des divisions entières de bons catholiques , belges et français dans notre cas, débarquant le 06 juin 44 …..et ce ne fut pas le cas………

  29. bien vu françaisidiot et bonne citation!
    Je pense qu’il ne faut pas diaboliser après coup, c’est trop réducteur. On juge l’arbre à ses fruits, et en l’occurence Hitler ressemble plus à un fou criminel comme on en a tous les jours au 20h, mais qui aurait réussi à prendre le pouvoir grâce à son aura et un contexte troublé, et pu ainsi donner libre court à sa folie.
    Beaucoup de tueurs en série pensent avoir la Foi, d’autres se croient Jésus, d’autres s’imaginent l’Ange de l’Apocalypse. Alors que Hitler ait été catholique ou anti-catholique importe peu.
    Les propos d’un taré ne doivent pas être décortiqués ni pris pour parole d’Evangile.

  30. vous devriez tous relire Hannah Arrendt

  31. @Jutte
    Ne confondez vous pas Hitler et Himmler?
    Il s’agirait alors du livre de Kessel “les mains du miracle” où il raconte les soins que le Dr Kersen (origine russe mais de nationalité hollandaise)donna à Himmler en échange de la vie de nombreux prisonniers

  32. A exilé,
    Merci pour le titre du livre. J’avais un trou.
    Mais je n’ai pas confondu, j’ai parlé d’un adjoint d’Hitler et non de lui-même.
    Le personnage d’Hitler reste énigmatique.
    Reste qu’il a joué et perdu. Ce qui n’est pas pardonnable. Car enfin, d’anciens nazis sont dans les allées du pouvoir au E.U. depuis 60 ans… sans susciter d’émois.
    Vae victis.

  33. Au dénommé “Françaisidiot”,
    Cher Monsieur,
    Léon Degrelle était, de fait, le leader d’un mouvement (le rexisme) “dit” nationaliste dans les années 30. L’Episcopat belge (le cardinal archevêque de Malines notamment) a mis en garde les fidèles catholiques contre ce mouvement.
    Pendant l’occupation, alors que le gouvernement en exil à Londres organisait la résistance de la nation contre l’envahisseur, Léon Degrelle s’illustrait par des actes de complicité avec l’ennemi menés avec une rare diligence (salut nazi à l’appuis) et des voltes faces politiques sans nombre. Ses déclarations allaient à l’envi et on peut dire que sa faconde l’a entraîné à dire presque tout et son contraire. En janvier 1943, il affirme le caractère germain de la Wallonie et demande l’annexion à l’Allemagne de la Belgique toute entière. Comme “leader nationaliste”, on peut trouver mieux.
    Ce qu’il dit d’Hitler n’a aucun poids au regard de la critique historique. Je fais bien plus confiance à l’opinion du card. Ratzinger citée plus haut. On ne peut pas dire que Hitler, persécuteur des catholiques, était catholique. Ce n’est pas seulement une question de vérité historique, c’est une question de respect pour nos frères et soeurs catholiques emprisonnés et martyrisés sous le nazisme. Je vous confie à l’intercession de Maximilien Kolbe, de la bienheureuse Edith Stein, de Karl Leisner et de milliers d’autres.

Les commentaires sont fermés pour cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services