Hilaire de Crémiers : L’homme qui est à la tête de la France, n’aime pas son pays

D'Hilaire de Crémiers dans le numéro d'octobre de Politique Magazine (abonnement : 1 rue de Courcelles, 75008 Paris Tél : 01 42 57 43 22) :

Unknown-3"L’homme qui est à la tête de la France, n’aime pas son pays. Au mieux, il fait semblant. Pour lui, la France est une nation dépassée. L’Europe seule compte dans son esprit. Il ne cesse de le dire. « Je suis venu vous parler d’Europe, a-t-il déclaré à la Sorbonne. Encore, diront certains. Ils devront s’habituer parce que je continuerai. Et parce que notre combat est bien là, c’est notre histoire, notre identité, notre horizon, ce qui nous protège et ce qui nous donne un avenir. »

Voilà ce que pense le président de la France. Et il suffit de l’écouter pour se rendre compte que déjà, dans sa conception, la France n’existe plus en tant que nation ; elle n’est plus qu’un legs du passé. Peu lui chaut que les industries françaises disparaissent. Pour lui l’échelle nationale est devenue obsolète et inefficace ; il n’y a plus rien à faire à ce niveau. C’est sa conviction profonde. « La bonne échelle, dit-il, c’est l’échelle européenne ». Tout est dit. Qu’importe qu’Alstom soit récupéré par Siemens. Au contraire ! Il n’y voit aucun inconvénient. Comprenons bien : l’histoire de France, c’est aussi bien l’histoire de l’Allemagne que l’histoire des autres peuples d’Europe. Le seul mal qui les a entachés, c’est la nationalisme. L’identité est commune, commun l’horizon. Tous les programmes qu’il définit à longueur de discours, n’ont de sens que dans ce cadre européen, voire mondial. Il ne conçoit de développement que dans cette vue. Pourquoi des réformes institutionnelles en France ? Pour mieux l’intégrer dans l’Europe, pardi ! Pourquoi des réformes institutionnelles en Europe ? Pour mieux la renforcer et la doter de toutes les prérogatives de la souveraineté !

Il se dit l’héritier des pères fondateurs. Il en a l’esprit, affirme-t-il ; il veut rompre avec les frilosités et les peurs. Il n’a qu’un ennemi multiforme et qu’il ose nommer : « nationalisme, identitarisme, protectionnisme, souverainisme de repli.. ». Il se voit à la tête d’un grand mouvement libérateur ; il anticipe les prochaines élections européennes ; il donne des dates. Tout doit être achevé en 2024. La nouvelle gouvernance européenne sera en place, pense-t-il ; les grands projets, du numérique à la transition écologique, des nouvelles dispositions européennes sur l’enseignement aux techniques les plus avancées du travail, seront dans leur vitesse de croisière ; et la France se sera enfin mise à l’heure de l’Europe. Macron aura rempli son rôle. Il lui restera sans doute à assumer la suite : il n’est pas difficile de deviner de quoi il s’agit. Car il faut bien présider, n’est-ce pas ?

Le problème, c’est que rien ne se passe comme prévu. Macron aime se comparer à Napoléon. Et, en effet, il a le même défaut. Bainville écrit dans son remarquable Napoléon : « On voit l’idée naître, grandir, s’emparer de l’esprit de l’empereur jusqu’à ce que, selon un penchant qui s’aggrave chez lui, il regarde comme fait ce qui peut et doit se faire puisque sa raison l’a conçu ». Il s’agit de la campagne de Russie. Macron raisonne en politique de cette même façon et, lui, depuis le début ! Il s’obstinera, il le dit. C’est là le danger, le grand danger.

Les Allemands ont voté ; l’Allemagne n’est plus la même. Macron rêve d’un traité de l’Élysée renforcé quand il n’y a déjà plus de couple franco-allemand. Macron s’imagine que l’Angleterre –il l’a dit – allait revenir dans l’Europe quand le Brexit va devenir définitif. Macron fustige les nations quand l’Espagne se bat pour survivre et que l’Europe attise les divisions. En un mot, Macron est en pleine utopie, comme tous ses prédécesseurs mais plus qu’eux encore, s’imaginant résoudre les impossibles problèmes de leur République en les projetant dans une Europe idéale qui n’a jamais existé et qui existera de moins en moins. Terrible vérité politiqe : Macron, sentant la légitimité de son pouvoir déjà se dérober sous ses pieds, part en quête obsessionnelle d’une légitimité « autre », nouvelle, grandiose, imaginée dans un « ailleurs » qu’il façonne en idéal rationnel et enthousiasmant. Patatras ! Le revers sera cinglant. Fasse le ciel que le pire ne survienne pas !

À quand le chef de l’État dont la légitimité sera suffisante pour n’avoir à aimer, d’abord, que la France. Les autres aussi, mais après."

Laisser un commentaire