Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Herméneutique de la rupture : le pape François donne raison à la Fraternité Saint-Pie X

Herméneutique de la rupture : le pape François donne raison à la Fraternité Saint-Pie X

L’abbé Jean-Michel Gleize, professeur d’apologétique, d’ecclésiologie et de dogme au Séminaire Saint-Pie X d’Écône (il a participé aux discussions doctrinales entre Rome et la FSSPX entre 2009 et 2011), réagit au motu proprio du pape. Face aux partisans de la rupture entre l’Eglise anté-conciliaire et l’Eglise post-Vatican II, Benoît XVI avait défendu une herméneutique de la réforme dans la continuité. Le pape François défend une herméneutique de la rupture :

[…] Pour apparaître désolante dans ses effets, et pénalisante pour les personnes, l’initiative du Pape n’est pourtant pas étonnante. Elle est même logique. Et l’on peut bien se demander si elle n’était pas inéluctable. Car la situation des deux rites, celui de saint Pie V et celui de Paul VI, est bel et bien celle que décrit le récent Motu proprio Traditionis custodes : situation d’une cohabitation impossible, sur le plan même des principes liturgiques. Au-delà des situations factuelles et de l’état variable à l’infini, pacifique ou conflictuel, qui concerne les personnes, il y a fondamentalement une opposition formelle de doctrine entre la messe de saint Pie V et le nouveau rite de Paul VI. Car la liturgie est un lieu théologique. L’écart qui oppose les deux liturgies correspond à un abîme, qui sépare deux conceptions de l’Eglise et de la foi. On peut d’ailleurs mesurer l’étendue de cet écart en voyant avec quelle force la plupart des épiscopats, conscients de leur adhésion à Vatican II, se sont opposés à l’initiative du Motu proprio Summorum pontificum : même si le rite traditionnel de l’Eglise n’était pas censé, dans l’intention de Benoît XVI, exclure le nouveau rite, son élargissement a été souvent mal perçu. Et c’est justement parce que, au-delà d’une non-exclusion purement juridique, il restera toujours entre les deux liturgies une incompatibilité et une exclusion doctrinale. Les bonnes intentions d’un Pape conservateur, tel que Benoît XVI, sont semblables à celle d’un libéral : l’un et l’autre nourrissent l’illusion de donner le même droit de cité à la vérité et à l’erreur. Mais les intentions d’un Pape d’avant-garde, tel que François, sont d’une tout autre portée : la seule et unique expression de la lex orandi ne saurait être dans son esprit que le Novus Ordo Missae, à l’exclusion de la messe traditionnelle. Et en cela, François est beaucoup plus logique que Benoît XVI avec l’adage selon lequel c’est la loi de la croyance qui est au fondement de la loi de la prière, lex orandi, lex credendi. Si la nouvelle croyance est celle du concile Vatican II, la nouvelle liturgie qui doit lui correspondre ne peut être que celle de la nouvelle messe de Paul VI, et non celle de l’ancienne messe qui est l’expression d’une doctrine opposée sur plus d’un point à celle de Vatican II.

Cela signifie clairement – entre autres conséquences – que la messe traditionnelle ne saurait faire l’objet – ni pour un vrai catholique attaché à la Tradition, ni non plus pour un vrai conciliaire attaché à Vatican II – d’une préférence personnelle ou d’un choix motivé par une sensibilité théologique ou esthétique particulière. On ne « préfère » pas la messe traditionnelle à la nouvelle messe, comme si la nouvelle messe était seulement moins bonne ou moins plaisante. En effet, le rite traditionnel de la messe est l’expression achevée et nécessaire de la foi de l’Eglise, par opposition à un nouveau rite qui (selon les dires mêmes du Bref examen critique) s’en éloigne de manière impressionnante dans l’ensemble comme dans le détail. Le rite traditionnel s’impose à l’adhésion de tout catholique, et celui-ci ne peut pas se contenter d’y voir l’objet d’une préférence personnelle, pour des motifs qui seraient extrinsèques à la profession de la foi catholique, et qui n’excluraient pas la légitimité et la bonté intrinsèque du nouveau rite de Paul VI. […]

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]