Herman Van Rompuy poursuit sa mission, sans l'aval des peuples

RHerman Van Rompuy a été reconduit à la présidence du Conseil de l'Union européenne pour un mandat de deux ans et demi et a été nommé en outre président des sommets de la zone euro. Il a affirmé :

"C'est avec plaisir que j'accepte un second mandat. Je remercie aussi les dirigeants européens pour leur demande de présider les sommets de la zone euro, que j'accepte".

M. Van Rompuy était le seul candidat en lice. Candidat non élu pour un poste créé par le traité de Lisbonne, c'est-à-dire refusé par plusieurs peuples de l'UE.

8 réflexions au sujet de « Herman Van Rompuy poursuit sa mission, sans l'aval des peuples »

  1. PK

    D’un autre côté, un dictateur qui serait élu n’aurait pas beaucoup de sens : que ces gens-là se cooptent et se succèdent entre eux est normal dans une tyrannie…
    Quand on pense que ce sont les successeurs de la Révolution qui ont mis à bas le « tyran », il y aurait de quoi sourire si la situation ne prêtait pas à pleurer…

  2. lama12

    L’observatoire ds subventions :
    “Combien va gagner le nouveau président de l’Union européenne ?
    van-rompuyLe nouveau président de l’Union européenne, Herman Van Rompuy, va gagner 350 000 euros par an. Il touchera un salaire net de 21 875 euros par mois.
    Autour de lui, une équipe de 60 personnes : 22 postes pour son cabinet (chef de cabinet, administrateurs, attachés de presse et assistants), 10 gardes du corps et 28 fonctionnaires pour l’organisation des conférences et du protocole, notamment.
    Le coût total -provisoire- du président et de son équipe sera de 6 millions d’euros par an pour le contribuable européen.
    2,6 millions d’euros supplémentaires sont prévus au budget pour l’aménagement des bureaux et l’achat d’ un véhicule blindé, d’ordinateurs, de téléphone.”
    Ou comment gaspiller 21,5 millions d’euros.

  3. c

    C’est le syndrome administratif poussé à l’extrême qui devient tyrannique. Et en plus ceux qui l’ont instauré sont dans une prison mentale, ils ne peuvent même pas imaginer que cette organisation puisse changer, sans parler des avantages, sur le court terme, que chacun en retire.

  4. Tonio

    “C’est avec plaisir, et gourmandise, que j’accepte un second mandat”.
    “Non, c’est trop, fallait pas… Bon d’accord, puisque vous insistez…”
    “Mais avec 10 gardes du corps et une voiture blindée, parce qu’il faut que j’ai l’air important, même si tout le monde s’en fout. Et puis si on me paye bien cher, ça pourra faire des jaloux ? des mécontents ? donc il me faut une protection :”

  5. SD-vintage

    En France,le conseil constitutionnel, le conseil d’État, la cour de cassation, le premier ministre, les ministres… ne sont pas non plus élus. Mais l’autorité qui les nomme est élue. C’est la même chose pour la commission où le président du conseil de l’Union européenne.

Laisser un commentaire