Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Gestion de la crise sanitaire : que de la communication

Gestion de la crise sanitaire : que de la communication

La Lettre A révèle que le Service d’information du gouvernement (SIG) a dépensé 28 millions d’euros en 2020, soit le double de son enveloppe initiale, pour la communication des ministères. Le “quoi qu’il en coûte” d’Emmanuel Macron prend tout son sens :

Sous couvert de fonctionner à enveloppe budgétaire constante – 14,2 millions d’euros par an – le Service d’information du gouvernement (SIG), dirigé par Michaël Nathan, dépense bien plus qu’il ne devrait. L’organe de com’ des ministères, sous la tutelle de Matignon, consomme au moins le double de son enveloppe annuelle depuis 2020. Ces chiffres figurent dans le dernier rapport budgétaire de la députée Les Républicains (LR) Marie-Christine Dalloz. Le document détaille l’explosion de ces crédits : en 2020, le SIG a dépensé 28,6 millions d’euros, dont une partie concerne la mise en place d’une plateforme d’appel spéciale Covid-19. Cette année, l’enveloppe de 14,2 millions d’euros était déjà intégralement engloutie au 1er octobre. La députée LR évalue à près de 30 millions d’euros les dépenses supplémentaires pour 2021.

Par un tour de passe-passe budgétaire, le SIG a bénéficié de discrets transferts de crédits pour assurer ses missions de com’ au second semestre 2021. Le gouvernement a ainsi transféré par décret, le 28 juin, 10,7 millions d’euros au titre du plan de relance, officiellement “afin de mettre en œuvre des actions de communication” dédiée. Dans le détail, le service com’ de Matignon a dépensé 3,7 millions d’euros en mai pour la campagne “les Portraits de la relance” puis 7 millions d’euros à partir de l’automne, afin d'”accroître la visibilité de la mise en œuvre du plan de relance dans les territoires”. Ces importantes dépenses surviennent avant le lancement de la campagne présidentielle, période où le SIG devra rester en retrait.

L’organisme a également bénéficié de 10 millions d’euros en provenance du programme Handicap, au titre de ses nouvelles missions de com’ ministérielle sur l’accessibilité. Au sein de cette enveloppe, 6 millions d’euros proviennent de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et 3,5 millions ont été versés pour une campagne de prévention contre la drogue.

Par ailleurs, le SIG continue de recourir régulièrement aux sondages pour tester les réformes du gouvernement dans l’opinion. Au total, 31 lots ont été commandés entre janvier et septembre 2021, pour un coût total de 2,1 millions d’euros, dont 0,4 million d’euros en lien avec la crise sanitaire. L’année précédente, 42 études avaient été menées pour un montant de 2,6 millions d’euros, au bénéfice des principaux instituts de la place de Paris. […]

Matignon justifie ce dépassement par la crise sanitaire et la « relance économique » :

« Un certain nombre de politiques publiques déployées […] sont efficaces à la condition d’être connues, ce qui justifie de déployer un effort de communication ».

L’entourage du Premier ministre pointe notamment la nécessité de communiquer sur la vaccination.

Partager cet article

4 commentaires

  1. J’avais été éberlué, il y a quelques semaines, de voir sur Twitter une publicité gouvernementale (visiblement payante) au sujet de je ne sais plus quelle mesure, accompagnée d’une photographie d’Emmanuel Macron.
    Très visiblement, il ne s’agissait pas tant de faire passer un message gouvernemental que de promouvoir un homme politique.
    J’apprends maintenant le coût EFFARANT de cette campagne électorale déguisée, payée avec MES impôts !
    Nous devrions réclamer à grands cris non pas seulement la fin de ces excès évidents, mais la PUNITION des coupables.
    Tous les escrocs qui nous dirigent – déjà Macron et tous ses ministres – devraient être condamnés à rembourser, de leur poche, tout l’argent public qu’ils ont reçu depuis 4 ans.
    Une enquête devrait également rechercher tous les publicitaires, toutes les agences de communication, tous les propagandiste-internautes qui ont été payés avec l’argent public pour promouvoir Macron et leur faire tous RENDRE GORGE !
    Même chose pour les médias publics : nous sommes beaucoup trop bons en demandant simplement que Radio-France daigne nous laisser de temps à autre la parole ! Nous devrions exiger une loi qui fasse REMBOURSER tout l’argent que les pseudo-journalistes, pseudo-humoristes, pseudo-analystes de France Inter, France culture, etc. ont reçu depuis 10 ans.
    Ces gens-là sont grassement payés depuis des décennies avec un argent qui nous est volé.
    La plus élémentaire justice serait, maintenant, de les forcer à restituer l’argent volé.
    En les mettant en prison pour dette tant qu’ils n’ont pas rendu le dernier centime.
    Et la, pour une fois, tirant la langue derrière leurs barreaux, les “humoristes” de France-Inter nous feraient bien marrer…

    • Ce que vous dites est de bon sens. Mais le problème est : la propagande d’Etat permet de maintenir une oligarchie en place par le pipage des élections, vaste cirque financiaro-médiatique afin de conditionner une opinion publique. Etes-vous vacciné x doses, avez-vous un passe, portez-vous un masque ? Etes-vous derrière les barreaux de cette cage covidiste imposée par la gouvernance mondiale ?

  2. Comme le dit cache sexe , pour ne pas encombrer les hopitaux ,il n y a cas ne pas etre malade . Un veritable admirateur de Lapalisse . Une logique inattaquable.

  3. Et, “en même temps”, la “justice” se permet de menacer le Président Sarkozy d’un mandat d’amener pour l’interroger comme témoin pour les sondages effectués par l’Élysée entre 2007 et 2012 sans avoir fait d’appels d’offres.
    Depuis 2017, combien d’appels d’offres ont été passés par le régime pour ses sondages, pour les travaux de rénovation de l’Élysée ou le remplacement de la vaisselle présidentielle, et tant d’autres dépenses somptueuses ?

Publier une réponse