Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Idéologie du genre

Gender à l’école : la réponse de l’abbé de Tanouarn

"In necessariis unitas, in dubiis libertas, in omnibus caritas." C'est bien le ton de cette charité fraternelle que l'abbé de Tanouarn a adopté, en ayant l'amabilité de répondre, et sans délais, à l'invitation que nous lui faisions de préciser sa pensée par rapport à la note d'une collaboratrice du Métablog au sujet du gender. Lui ne s'est pas trompé quant à l'esprit qui animait notre demande de précision, et qui n'avait rien d'une sommation. Il s'agissait ici, il s'agit généralement d'obtenir des éclaircissements entre frères des mêmes combats, lorsque certains propos, certains messages, surtout sur des sujets aussi graves nous paraissent (nous sommes dans l'ordre des perceptions – qui touchent notre intellect mais aussi nos émotions) manquer de clarté et prêter à confusion. Nous affinons nos arguments qui sont autant d'armes, que nous pouvons utiliser selon nos angles d'attaque propres, ceux que nous maitrisons le mieux, liés à notre vécu, notre rôle social, notre formation et notre expérience. Mais le tout doit être, au moins tacitement, coordonné pour éviter de nous donner des coups d'épée. Voici deux extraits de la réponse de l'abbé.

"Ma position ? Je l'ai donnée très clairement dans un post intitulé L'éducation nationale à la sexualité qui ne remonte pas à Mathusalem. Je pense que le titre suffit à indiquer ce que je pense. Dans l'immense entreprise de contrôle des populations qui caractérise de manière sinistre notre époque, la sexualité est un enjeu considérable. Aujourd'hui on s'en prend aux enfants dès la Maternelle et on les somme de se prononcer – les pauvres – sur leur "genre" c'est-à-dire sur leur masculinité et leur féminité. Gare aux plus faibles : ce pourrait être un véritable massacre des âmes. J'ai déjà eu un retour sur ce sujet, dans un des secteurs où l'on teste l'ABCD de l'Egalité. C'était sinistre. Le but ? Ce que Peter Sloterdijk, dans Le Parc humain, appelle La domestication de l'être. Quant à moi, j'ai employé l'expression "tenir la France par le sexe"."

"Je n'aurais certainement pas écrit ce qu'a produit Marie-Pierre, ne serait-ce que parce que je ne suis pas instituteur et que je ne connais pas ce monde de près, mais je crois que la vérité n'est pas unilatérale et que chacun est capable de le comprendre, en recevant des témoignages divers, selon les différents témoins qui prennent la parole."

Partager cet article

10 commentaires

  1. “Tota mulier in utero”. Rien n’est plus vrai, rien n’est plus beau. Sans l’instinct maternel, l’espèce humaine n’existerait plus, et ce n’est pas le “gender” qui l’aurait sauvée. Il n’est que de voir dans la nature sauvage, le rôle et le comportement des uns et des autres, des mâles et des femelles. Que les tenants du “gender” aillent leur en parler, ils seront sûrement bien reçus!

  2. Soit, il convient de ne pas ignorer la part de ce qui est culturel dans la formation d’une personne et de son identité sexuée. Cela dit, il ne s’agit pas de la même culture selon qu’on la conçoit comme culture de la nature ou comme n’ayant aucun lien avec elle. Et il n’y aurait pas eu de problème si Marie-Pierre avait pris soin de faire cette distinction. Ce qui est étonnant quand on sait que c’est sur l’occultation de cette distinction que jouent ceux qui la font, pour rester crédibles extérieurement et faire avancer leur conception perverse en catimini. La réponse de l’abbé n’est à cet égard pas plus convaincante que ne l’étaient les propos de Marie-Claire, car peut-on traiter de ce sujet sans évoquer la duplicité de ses promoteurs ?

  3. Hors sujet,mais ce soir lors de la cérémonie des JO , joli pied de nez aux homophiles occidentaux sur la famille et le mariage,ce qui semble avoir déplut au commentateur de France2 !!
    En effet,lors du spectacle,une mise en scène d’ hommes en costumes et de femmes en robes de mariées se sont unis,et en suivant des poussettes avaient été alignés, le commentateur dit :
    Moi je vois en filigrane que ça signifie que le couple c’est un homme et une femme et que le mariage défini cela,et que c’est ce modèle de famille qui est montré …

  4. Votre réponse Monsieur l’Abbé n’est pas satisfaisante.

  5. Dans “1984” d’Orwell, il finit son livre sur ce genre d’idées que la sexualité est un moyen de contrôle des esclaves.

  6. Si l’homme est d’action, la femme est tout de don. A commencer par celui de son coeur. Don d’elle-même, don de la vie, don de l’enfant qu’elle porte en elle et des soins qu’elle en prendra. Inspiratrice de l’homme, il n’est que d’écouter Michel-Ange s’adressant à Vittoria Colonna : “Tu es entrée en moi par le regard et tu m’as contraint à développer ma puissance”.
    “Aujoud’hui, la femme a perdu en influence, ce qu’elle a cru gagner en prépondérance”. (Gertrud von Lefort – “La Femme éternelle”). Merveilleux livre, tout d’actualité.
    Ne peut-on trouver là, avec l’abandon de l’amour de Dieu, le déclin mortel de notre civilisation !

  7. D’accord avec lagardere. On va nous faire passer la pillule en sortant la part de “vérité “de la théorie.il y aura des gens pour y croire…
    Le relativisme fera le reste…jusqu’à ce que le totalitarisme socialiste nous affame.

  8. Euuuuh je crois que la question que l’abbé G. de Tanouarn a eu la gentillesse ou la délicatesse de ne pas soulever , est celle de la liberté d’expression sur les blogs chrétiens ….
    Le métablog se distingue par sa liberté d’expression et son gout pour une saine et stimulante “disputation” . D’autres blogs sont , par contre , beaucoup plus censurés et conformistes ….et ennuyeux …

  9. On parle de l’abbé CD?
    Soit, on va essayer d’en avoir le coeur net cet après midi à St Rémy-lès-Chevreuse.
    Je ne parle pas de ce sujet là en particulier, mais je trouve que les intellectuels en général et lui en particulier sont très exposés à ce que disait Saint Augustin et que je viens d’apprendre sur le SB, le SB lui-même citant Yves de Kerdrel:
    « À force de tout voir l’on finit par tout supporter… À force de tout supporter l’on finit par tout tolérer… À force de tout tolérer l’on finit par tout accepter… À force de tout accepter l’on finit par tout approuver ! »”
    Ouf! quelle phrase, ça c’est de la réthorique.
    …La vérité n’est pas unilatérale…tse tse, attention….

  10. Que veut-on dire par “La vérité n’eat pas unilatérale” ???

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services