Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Frère Roger était catholique

Nous l’avions évoqué discrètement. Aujourd’hui c’est monseigneur Séguy, ancien évêque du diocèse d’Autun dont dépend Taizé, qui l’affirme reconnaissant qu’il y avait une "certaine ambiguité" autour de cette question :

"C’était connu, lui-même m’a confirmé qu’il était catholique (…)
Frère Roger ne le cachait pas, mais ne le manifestait pas ostensiblement pour ne pas obérer l’aspect oecuménique de Taizé (…)
Je n’ai pas dit que Frère Roger avait abjuré le protestantisme, mais il
a manifesté qu’il adhérait pleinement à la foi catholique, notamment la
présence réelle du Christ dans l’eucharistie et la dévotion à la Vierge
Marie
(…)
Chaque fois qu’il me recevait il me conduisait au fond de sa cellule
devant l’image de la Vierge Marie et disait avec moi un Ave Maria en
latin
".

Lahire

Partager cet article

38 commentaires

  1. être oeucuménique n’empêche pas d’être catholique
    j’ai personnellement recontré un prêtre italien qui l’a connu et m’a aussi fait part de cette situation

  2. Attention au piège des mots et des phrases !
    Mgr Séguy nous dit :
    -Roger était catholique
    -il n’a pas abjuré le protestantisme.
    Les deux choses sont contradictoires. Nous ne savons quelle était la foi de RS sur l’Eucharistie etc.Peut-être avait-il sur ce point la foi. Mais être catholique est une réalité objective :
    -soit on est baptisé catholique
    -soit on est protestant ou autre, et auquel cas il ne suffit pas, pour être catholique, d’admettre intérieurement la foi catholique sur l’Eucharistie. Il faut être reçu dans l’Eglise, par une cérémonie spéciale, publique, qui comporte l’abjuration.
    Il est donc FAUX de dire comme Mgr Séguy que RS était catholique (par la foi en l’Eucharistie), sans avoir abjuré. De plus, Mgr Séguy était l’évêque du lieu (Taizé). Donc c’était à lui de recevoir l’abjuration de RS.
    Si sont vrais les deux éléments dits par Mgr Séguy (1 : RS admettait la foi catholique sur l’Eucharistie; 2 : RS n’a pas abjuré), la conclusion est claire : RS N’ÉTAIT PAS CATHOLIQUE.

  3. La question me paraît plus délicate que cela dans la mesure où les autorités ecclésiastiques ont, au moins de fait (je ne sais ce qu’il en est du Droit Canon), aboli la cérémonie d’abjuration…
    ce qui fait que le doute subsistant incombe à ces autorités ecclésiastiques, particulièrement à celles qui ont directement eu affaire avec le Frère Roger lors de sa conversion, bien plus qu’au Frère Roger lui-même.
    Quant à la responsabilité précise et respective de chacun, Dieu merci, Dieu sera là pour juger ce que nous autres pauvres hommes ne savons démêler dans des temps aussi troublés que les nôtres.

  4. La Sainte Messe était-elle célébrée à Taizé ?…

  5. Je pense qu’il faut arrêter de jouer sur les mots pour essayer de rendre ou présenter les faits non pas comme ils sont, mais comme on voudrait les voir
    exemple: De Gaulle était royaliste, si si! il l’a dit en privé pas mal de fois à pas mal de gens!
    Lorsqu’on est un personnage public, ce qui compte (etdevant Dieu aussi)c’est ce que l’on dit publiquement

  6. @ Lahire
    cette manière de présenter les choses détonne d’avec votre professionalisme habituel.
    Et si, de plus, cette information était avérée, elle n’aurait aucune importance comparé au fait que “Frère” Roger PREFERAIT
    se taire etpasser pour protestant.
    Thomas More, lui, n’a pas accepté de se taire, pour sauver sa tête.
    Je souhaite longue vie éternelle à ce bon frère Roger, mais je préfère parler de ces martyrs d’Afrique qui eux, ne se taisent pas.
    Pourquoi un tel engouement pour cet homme?
    Qu’a t-il fait pour l’Eglise?

  7. @ Luc :
    Relisez mon post : il y est reporté les propos de l’ancien évêque du diocèse dont dépendait Frère Roger. L’information est là : monseigneur Séguy a parlé alors qu’il était était en charge de cette conversion et affirmé que frère Roger était catholique. Il y a fort à parier qu’il l’a fait avec l’autorisation (ou l’ordre?) du Pape.
    Il n’y a aucun engouement particulier pour frère Roger dans mon post, juste le fait que je viens d’expliquer ci-dessus et les paroles de l’évêque. C’est tout.

  8. Non, les autorités ecclésiastiques n’ont pas, même de fait, aboli la cérémonie d’abjuration. On peut sûrement trouver des évêques qui… mais je connais deux protestants qui ont bénéficié d’une cérémonie d’abjuration au profit de l’Eglise catholique (fidèle au pape, comme le mot catholique le sous-entend); et une orthodoxe dans le même cas. Le tout dans le diocèse de Paris, la dernière sous l’épiscopat de Mgr Vingt-Trois, les précédents sous le Cardinal Lustiger.
    Quant à l’attitude du frère Roger, il me semble qu’il a obéi à sa propre conviction, exprimée dans ses écrits : il voulait réussir l’unité, l’unité des traditions chrétiennes, dans sa chair, dans sa personne, sans renier personne. Donc pas question d’abjurer, dans son idée, mais tenter d’amener de l’intérieur les protestants vers le catholicisme, comme lui l’avait fait. Dans les années 60 et 70, Frère Roger a lancé beaucoup d’idées courageuses pour les protestants, comme la nécessité d’un pasteur des pasteurs, un pape serviteur de l’unité (comme y insistera Jean-Paul II), ou la force de la foi eucharistique, ou la confession à un ministère ordonné. Aujourd’hui Taizé n’évoque plus ces thèmes.
    Citations du frère Roger ici : http://jerome.levie.free.fr/roger.html

  9. Un fait :
    En tout état de cause, Frère Roger a communié des mains du cardinal Ratzinger lors des obsèques de JPII, il me semble.
    Un élément de réponse:
    Connaissant la droiture doctrinale de l’ancien préfet de la congrégation pour la Foi, il serait surprenant qu’il ait fait une telle entorse, surtout devant des centaines de millions de téléspectateurs!!
    Conclusion :
    Faisons confiance, prions pour Frère Roger, que le Seigneur l’accepte dans sa Gloire. Prions pour le Pape, plein de douceur et de fermeté.
    PS : perso, au vu des éléments, moi je pense que Frère Roger s’était bel et bien converti.

  10. Un réformé qui se réforme, pour compenserles déformés qui se déforment.Pas facile de s’y retrouver .Mais merci d’ouvrir le débat à tous.

  11. @david : “(fidèle au pape, comme le mot catholique le sous-entend)” faux: Le mot « catholicisme » est tiré de l’adjectif grec καθολικός / katholikós signifiant « général », « universel ». Le mot est apparu tardivement dans la langue française (1598) et n’est devenu courant qu’à partir de 1794 (on lui préférait auparavant le terme de « christianisme »).

  12. Un protestant qui communie cela s’est déja vu, au cours de multiples cérémonies, et contrairement à ce que peuvent penser de braves âmes, cela n’arrange en rien les relations protestants/catho.
    Appelons un chat, un chat, c’est tout simplement un sacrilège.
    Il ne faut pas s’étonner qu’après ce genre de cérémonie, les cathos dits traditionnalistes ou nommés intégristes se ferment au dialogue.
    Il faut raison garder, et ne pas oublier que la charité chrétienne veut qu’avant d’intégrer des hérétiques au sein de l’Eglise, il faut savoir faire la Paix avec ses propres frères catholiques.
    Quand aux frères séparés, protestants, musulmans, juifs et autres, le dialogue ne doit servir qu’a les convertir, sans rien abandonner de notre Foi et de nos dogmes. Sinon nous les tromperions.
    La question est très délicates, mais pas compliquée à comprendre à partir du moment ou on reste ferme dans sa Foi.
    Pu on reste catholique, on on devient synchrétiste, c’est à dire New-age,c’est à dire Sataniste.
    C’est terriblemnt simple, mais mieux vaut la Foi du charbonnier, qu’un intellectualisme qui se perd dans des raisonnements fallacieux, pour ne pas dire des sophismes.

  13. Bien sur que frere Roger était catholique, voia ce que déclare l eveque du lieu:
    “”Mon prédécesseur, Mgr Armand Le Bourgeois, m’a affirmé qu’il avait bien reçu sa profession de foi catholique [les Eglises chrétiennes reconnaissant leurs baptêmes, la profession de foi suffit pour la conversion], en 1972, dans la chapelle de l’évéché d’Autun, et qu’il lui avait ensuite donné la communion, a répété au Monde Mgr Séguy. Frère Roger lui-même m’a confirmé qu’il était catholique. Quand il venait à Rome, il assistait souvent à la messe dans la chapelle privée du pape et il communiait. Il a eu des funérailles catholiques, présidées par le cardinal Kasper. Tout cela était acquis, mais n’a jamais été révélé au grand public.”
    Fere Roger parlait toujours de son passage a l eglise catholique comme quelque chose de logique, pas une rupture:
    “J’ai trouvé (…) ma propre identité de chrétien en réconciliant en moi-même la foi de mes origines avec le mystère de la foi catholique, sans rupture de communion avec quiconque.”
    A signaler que le pasteur cofondateur c etait converti également
    La messe est célébree egalement tous les matins vers 8h a Taizé
    Un article:
    http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],[email protected],0.html
    Max le fou

  14. Qui dans un diocèse est responsble des convertis qui renrent dans l’Eglise ?
    L’évêque il me semble. Donc s’il n’y a pas eu de cérémonie d’abjuration, l’évêque est le principal responsable car si elle est obligatoire, il aurait dû l’exiger.
    le fait est qu’il a dit à Frère Roger (et a probablement prévenu le Saint Siège) qu’il était rentré dans l’Eglise.

  15. Pourquoi tant d’insistance sur la nécessité d’une “abjuration” ? (qui d’ailleurs n’est plus requise depuis le Concile Vatican II). Que faudrait-il abjurer de toute façon ? Il n’y a qu’un seul baptême, que l’on soit catholique, protestant ou orthodoxe.
    Pour simplifier, on peut dire que Frère Roger est entré dans la pleine communion avec l’Eglise catholique romaine.
    Sinon, 2 petites remarques : 1) si “catholique” signifie effectivement “universel”, n’oublions pas que l’Eglise Orthodoxe se dit aussi catholique…
    2) @ hb :”Quand aux frères séparés, protestants, musulmans, juifs et autres…”
    >>> L’expression “frères séparés” est réservée aux chrétiens des différentes confessions.

  16. J’ai un peu de mal à croire que nous adorons tous le même Dieu ici dans ce forum, même si la forme diffère parfois… J’ai assisté en Suisse à une mese oecuménique entre Catholiques, Méthodistes, Réformés, et un groupe qui je crois n’existe qu’en Suisse de Catholiques ayant refusé Vatican II sans être FSSPX non plus. La cérémonie fut formidable, à la communion chacun communiait selon son culte, et tout le monde célébrait Jésus Christ ressuscité. L’oecuménisme est un message d’espérance pour tous les mouvements vers le « général » et l’ « universel » si je puis dire.

  17. C’est les protestants qui vont protester…Il y a quand même” comme un défaut” dans le principe de Taizé.Une bonne mise à plat serait plus transparente pour les jeunes qui cherchent la vérité vraie.Que votre Oui soit Oui! Que diable…!

  18. Beaucoup de personnes se disent catholiques, sans savoir “réellement” ce que ça implique.
    Pour être un vrai catholique, il faut accepter tout le crédo, point par point et aussi accepter tous les dogmes de l’Eglise.
    Un seul dogme refusé et on est plus catho, mais sans doute un bon protestant.
    De plus être catholique mais le cacher ou ne pas l’afficher comme dans le cas du frère Roger, cela parait pour le moins incompréhensible, voir impossible.
    Ne pensez-vous pas qu'”on” a voulu lui faire jouer un role de passerelle entre deux religions somme toute très différentes l’une de l’autre.
    Être Catholique c’est être tolérant pour l’homme mais intransigeant sur le fond de la Foi. Et cela n’est pas incompatible.
    La charité chrétienne passe par la Vérité,le dialogue mais jamais par la compromission

  19. pour hb:
    “Être Catholique c’est être tolérant pour l’homme mais intransigeant sur le fond de la Foi. Et cela n’est pas incompatible.
    La charité chrétienne passe par la Vérité,le dialogue mais jamais par la compromission”
    C’est un peu pharisianique comme message… et pour aimer son prochain il faut qu’il pense comme toi ? “Pourquoi tes disciples désobéissent-ils à la tradition des anciens ?” disait l’évangile de dimanche.
    Matthieu 5,”26 Il répondit : « Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants pour le donner aux petits chiens. – 27 C’est vrai, Seigneur, reprit-elle ; mais justement, les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres. » 28 Jésus répondit : « Femme, ta foi est grande, que tout se fasse pour toi comme tu le veux ! » Et, à l’heure même, sa fille fut guérie.”
    Croyez et convertissez vous…

  20. Pour emmanuel,
    avant de vous répondre, j’aimerai savoir quelle bible vous utiliser, car en consultant la mienne je ne retouve pas à Mattieu 5:26-28 les phrases que vous écrivez.
    Ma bible est la sainte bible d Jérusalem de 1961 Edition du Cerf paris 1955.
    Rassurer moi, est-elle toujours valable? (humour…..)

  21. à mon sens le problème n’est pas de savoir si frère Roger est/était catholique ou non. ça le regarde lui et ceux qui lui donnent la Sainte communion.
    Le problème majeur c’est le scandale (au sens biblique) causé parmi les fidèles : voilà un homme publiquement protestant, qui publiquement devant des millions de télespectateurs reçoit la Sainte communion des mains du Pape alors que l’intercommunion entre catholiques et protestants n’existe pas et est interdite.
    Et nous n’avons pas d’autres explications, jusqu’à il y a peu et en catimini.
    Alors que va-t-on penser et faire dans les paroisses ? des bêtises (cf. la messe oecuménique suisse rapportée plus haut, qui est une monstruosité, cette juxtaposition n’a rien à voir avec un oecuménisme bien compris)et s’autorisant de ce précédant, qui n’en est pas un, mais on ne le savait pas et ne pouvais pas le savoir.

  22. Frère Roger a reçu la Communion du card. Ratzinger, pas encore Pape. Aucun doute sur le fait qu’il se soit renseigné avant puisque les communiants étaient sélectionnés. Peut-être même a t’il voulu par là officialiser la conversion du frère???
    Je crains qu’il ne faille pas être trop virulent sur les motivations d’un silence ou d’une omission, s’ils sont avérés -il n’y a pas de publications des conversions ou des abjurations- ; il y a des enjeux que nous n’évaluons pas. La mort de frère Roger rattrappe amplement une vie incertaine pour ne pas s’alourdir (comme pour les moines de Thibbirine qui prônaient un rapprochement avec l’islam & qui finalement meurent martyrs)

  23. à Emmanuel : je connais l’étymologie de “catholique”, merci, je faisais allusion à l’usage d'”appartenance” du terme; catholique veut alors dire “membre de l’Eglise catholique”.
    Voici quelques canons du droit canonique : Can. 216 – Parce qu’ils participent à la mission de l’Église, tous les fidèles, chacun selon son état et sa condition, ont le droit de promouvoir ou de soutenir une activité apostolique, même par leurs propres entreprises; cependant, aucune entreprise ne peut se réclamer du nom de catholique sans le consentement de l’autorité ecclésiastique compétente.
    Can. 300 – Aucune association ne prendra le nom de «catholique» sans le consentement de l’autorité ecclésiastique compétente, selon le can. 312.
    Can. 312 – § 1. Pour ériger les associations publiques, l’autorité compétente est:
    1 pour les associations universelles et internationales, le Saint-Siège;
    2 pour les associations nationales, qui du fait de leur érection sont destinées à exercer leur activité dans toute la nation, la conférence des Évêques dans son territoire; pour les associations diocésaines, l’Évêque diocésain dans son propre territoire, mais non pas l’administrateur diocésain, exception faite pour les associations dont l’érection est réservée à d’autres par privilège apostolique.

  24. […]

  25. Il ya belle lurette que Frère Roger est passé à l’Eglise Romaine, la Communauté de Taizé était devenue un sas pour permettre , entre autres choses, à certains protestants de prendre le chemin de Rome; le drame est que Frère Roger n’a jamais été trés franc.Moralité : il faut fuir Taizé!

  26. à priori le canon 216 dit qu’il faut donc changer la page d’accueil locale

  27. Pour HB: pardon MT 15
    par paresse, celles que je trouve sur le web:
    http://www.biblia-cerf.com/BJ/mt15.html

  28. […]

  29. à Emmanuel
    Vous me traité de Pharisien.
    Est-ce pour mon intransigeance ou mon Hypocrisie et mon orgueil?? ( définition du Petit Larousse 1985)
    Quant à savoir si j’aime mon prochain, je m’y efforce et ce qu’il pense, sur quel que sujet que ce soit, n’entre pas en ligne de compte.
    Quant à la femme sauvée, elle ne l’a été que parcequ’elle avait la Foi. La Foi en Jésus.
    Et depuis 2000 ans L’Eglise catholique, la seule que je reconnais et que j’accepte, à toujours eu à se battre contre ses percécuteurs, qui ont toujours voulu nous faire croire à toutes sortes de choses fausses.
    Le Protestantisme n’est que la suite logique de toutes les hérésie qui se sont succédées les une après les autres que l’on résumer par le terme de gnose ou Satanisme.
    Ceci n’est en aucun cas une attaque envers les protestants que je respecte et que j’espère voir revenir dans le sein de l’Eglise Une, Sainte, Catholique et Apostolique.
    Il ne reviendront que par l’affirmation haute et claire des vérités évangéliques.
    Je précise que je pense que de l’état actuel de l’Eglise, chaque catholique est certainement responsable, moi comme les autres
    Je coopte votre dernière phrase: Croyez et convertissez vous, mais jy rajoute priez.
    St alphonse de Ligori à dit: Un homme qui prie se sauve, un homme qui ne prie pas se damne.
    Mais j’ai souvent l’impression de passer pour un demeuré quand je parle de damnation….et pourtant

  30. […]

  31. @ hb
    Vous pouvez accuser le protestantisme de tous les péchés, mais une chose est sûre, c’est tout sauf une “gnose” ! (je parle des “grandes” Eglises protestantes, à savoir l’Eglise luthérienne et l’Eglise réformée).

  32. @ hb
    Voici les références exactes du passage cité par Emmanuel : Matthieu 15, 21-28. Dans la Bible de Jérusalem, il porte comme titre : Guérison de la fille d’une Cananéenne.

  33. @ Agnès et Emmanuel,
    Je n’accuse pas le protestantisme de tous les péchés, je dis juste que c’est purement et simplement une hérésie.
    Ceci est le constat d’un fait réel.
    Depuis que la religion catholique instituée par Jésus est née, d’autres ont voulu et essayé et essayent encore de prendre sa place.
    Je ne condamne pas les personnes trompées par ces pseudo-religions, et je ne les juge pas car je n’ai certainement pas les moyens de le faire.
    Pour en avoir quelquefois fréquenté, je sais que certaines sont meilleures que moi, ce qui n’empêche pas qu’elles sont trompées.
    Toute personne trompée est toujours ou souvent de bonne foi.
    Je ne suis pas théologien, mais le simple fait que Luther fonde sa nouvelle religion en 1517 ( début de son conflit sur les indulgences).
    Jésus aurait attendu 15 siècles après sa résurrection pour par miracle nous faire enfin apercevoir La Vérité.
    Et tous les saints et les martyrs durant 1500 années, passés en perte et profits?
    Tous trompés Pierre et ses successeurs tous des imposteurs??
    Avant d’en avoir la remarque, j’accepte de reconnaître les erreurs humaines de certains membres du clergé, mais aucune de l’Eglise Catholique.
    Les excès de quelques-uns ou de beaucoup de membres du clergé, n’autorise personne à se dresser contre le Pape.

  34. @ hb
    Je suis bien d’accord avec vous sur le point suivant : les protestants ont quitté l’Eglise catholique et ne sont donc plus pleinement dans la Vérité (mais “l’hérésie” protestante n’a rien à voir avec la gnose).
    Tout comme vous aussi, je ne partage pas les idées de Luther. Je me garderai bien toutefois de le juger : la papauté de l’époque et certaines pratiques de l’Eglise ont certainement contribué à la séparation. Toutefois, comme le remarquait André Frossard, il y avait une autre façon de lutter contre ces dérives :imiter saint François d’Assise !

  35. […]

  36. @hb – passage 31.C de Deus es Caritas
    Celui qui pratique la charité au nom de l’Église ne cherchera jamais à imposer aux autres la foi de l’Église. Il sait que l’amour, dans sa pureté et dans sa gratuité, est le meilleur témoignage du Dieu auquel nous croyons et qui nous pousse à aimer. Le chrétien sait quand le temps est venu de parler de Dieu et quand il est juste de Le taire et de ne laisser parler que l’amour. Il sait que Dieu est amour (cf. 1 Jn 4,8) et qu’il se rend présent précisément dans les moments où rien d’autre n’est fait sinon qu’aimer. Il sait – pour en revenir à la question précédente – que le mépris de l’amour est mépris de Dieu et de l’homme, et qu’il est la tentative de se passer de Dieu.

  37. @HB
    “Quant à la femme sauvée, elle ne l’a été que parcequ’elle avait la Foi. La Foi en Jésus.”
    C’est une lecture rapide, en théologie on présente ce passage de Matthieu où Jésus comprend l’universailité de son message, qu’il ne s’adresse donc pas qu’aux juifs mais aux autres qui en récupèrent les miettes… puisque l’amour de Dieu est pour tous.

  38. Zenit a publié deux notes très différentes sur ce sujet, j’en tire un passage qui con(c/st)ernera certains ici:
    “In an article concerning Brother Roger, the French daily Le Monde of Sept. 6, 2006, gave credence to and reproduced the claims of a small newsletter issued by Catholic traditionalist circles that misrepresents his true intentions and defames his memory. ”
    “Dans un article concernant frère Roger, le journal « Le Monde » du 6 septembre 2006 a donné du crédit et de l’écho aux affirmations d’une petite feuille d’information qui déforme son cheminement réel et porte atteinte à sa mémoire. ”

Publier une réponse