4 réflexions au sujet de « François Hollande et la nouvelle guerre civile »

  1. Nicolas

    Pour qu’il y ait une guerre civile, il faut que le peuple soit divisé en deux camps rivaux. En l’occurrence, il s’agit surtout de la lutte entre le pays réel et le pays théorique représenté par le gouvernement, qui tire sa légitimité d’une fiction démocratique qui s’effrite un peu plus tous les jours que Dieu fait. Le “mariage pour tous” n’est en lui-même pas un enjeu suffisamment important, pour que les citoyens s’affrontent les armes à la main. D’ailleurs il y a longtemps que les Français ont été désarmés par leur gouvernement. Par contre, les difficultés d’existence occultées par le pouvoir deviennent une réalité, contre laquelle nos idéologues pourraient se fracasser , dès que le mécontentement trouvera une occasion de se cristalliser dans un mouvement de masse pouvant déboucher sur un phénomène révolutionnaire. Quoi qu’en dise la Frigide chargée de réchauffer l’ardeur guerrière de ses troupes, les « cathos » ne sont pas réputés pour la grosseur de leurs c…, spécialement leurs chefs spirituels pour lesquels une démonstration de caractère se transforme rapidement en un péché contre l’humilité. Les temps héroïques des évêques guerriers sont définitivement oubliés ou presque. La camarade “Frigide” a donc encore pas mal de chemin à parcourir, avant de se métamorphoser en force de changement politique capable de renverser un régime de doctrinaires. La nécessité pratique du changement réclamé par la souffrance populaire demande cependant que la révolte qui sourd de partout trouve un point de conjugaison, que ne peuvent offrir des élites politiques et spirituelles trop avachies sur leurs privilèges pour risquer leur peau dans une aventure qui risquerait de devenir rapidement incontrôlable. C’est à ce stade que devraient intervenir des professionnels de la prise de pouvoir, qui savent comment faire vaciller un régime par la transformation de la révolte en force de libération politique portée par une nouvelle vision du monde. Tant que la vision n’est pas clairement définie, l’effet de levier révolutionnaire est condamné à faire long feu. Mais lorsque la vision rejoint les aspirations profondes exprimées par la colère populaire, alors tout devient possible. Espérons que la camarade Frigide épaulée par Dame Boutin saura trouver dans sa Foi les forces de l’inspiration pour soulever l’ardeur populaire dans une dynamique transportant la France dans la nouvelle ère spirituelle ouverte par l’année de la Foi.

  2. cad

    Bof,l’islamisme en France , la menace du chomage ,le”foot” et la télé permettent de maintenir les citoyens tranquilles.Le marxisme est tellement ancré dans la classe dominante qu’il semble oublié.La revolution c’est la superposition de mesures maladroites de notre Louis 16 républicain associée à la faillite qui la crée.

  3. bécassine

    Quel beau commentaire de Nicolas, quelle superbe écriture, je suis sincère, mais la prise de pouvoir politique ne viendra pas des dames Barjot et Boutin, qui sont toutes les deux très actives et très respectables, parce que le combat contre le mariage homosexuel n’est pas vraiment politique, c’est un combat du bon sens contre la gauchisterie.
    Si prise de pouvoir politique il y a, ce qui n’est pas sûr, ce sera grâce aux élections et au R.B.M ainsi qu’aux autres partis patriotiques. Les municipales de 2014 seront un test déterminant.

Laisser un commentaire