Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

France : l’effondrement qui ne vient pas… grâce à qui ?

Un article très encourageant de Thomas Flichy de La Neuville, sur Liberté Politique :

"Tandis que l’immobilisme gagne le sommet, les minorités créatrices résistent pour nourrir et préserver l'organisme national. 

C’est une surprise quotidiennement renouvelée de voir un pays tenir malgré ses déficits abyssaux, son immobilisme et son incapacité à se réformer. Certes, les élites mortes qui nous gouvernent font des prouesses d’équilibriste afin d’organiser le naufrage silencieux du navire, tandis que les passagers sont tenus de rester sagement à leur place, l’attention rivée sur un écran.

Minorités créatrices

Toutefois, depuis qu’ils sont devenus les simples gestionnaires de la faillite différée, il est devenu difficile pour les gouvernants de confiner les élites naturelles du pays. Celles-là mêmes qui se reconnaissent à trois qualités essentielles : le courage, le travail et l’audace créatrice.

Dans un système où les dirigeants sont paralysés par la peur, l’inertie et le conformisme, la France tient aujourd’hui grâce à l’acharnement au travail d’une minorité active qui porte tout l’édifice, mais également en raison de l’indiscipline créatrice et communicative de minorités innovantes qui réintroduisent la vie au cœur de grandes entreprises ou d’administrations fossilisées.

Plus l’immobilisme gagne le sommet, plus les minorités actives et créatrices sont sollicitées.

Les libertés françaises

Or l’esprit d’entreprise et de responsabilité est beaucoup plus répandu qu’on ne veut bien le croire. Jusqu’à une date très récente, la France était en effet essentiellement constituée de paysans et d’artisans, c’est-à-dire de micro-décideurs sécrétant de l’initiative et de la responsabilité.

Nous sommes en effets les héritiers directs d’une révolution accomplie entre le IXe et le XIe siècle, au cours de laquelle le monde lourd, figé et sans imagination de la villa à laquelle sont attachés les serfs, cède la place à des communautés de micro-décideurs.

Renouveler les élites

Nées au XIIe siècle, les libertés françaises ont pour garant une aristocratie militaire protectrice. Or qu’on le veuille ou non, cette aristocratie militaire, lorsqu’elle n’a pas rompu avec les arts, incarne la quintessence de l’esprit français.

La société militaire française s’oppose, à ce titre au contre-modèle d’une société policière. Ceci explique l’importance accordée aux différents chefs de l’État à leur statut de chef des armées, surtout lorsque les difficultés intérieures surgissent.

L’effondrement différé se présente dans ces circonstances comme une opportunité stratégique. Ce temps suspendu doit être saisi. Le renouvellement pacifique des élites est en effet la condition du redressement."

Le courage, le travail et cette "audace créatrice" sont bien ce qui caractérise la formation continue et silencieuse de nos nouvelles élites, que l'on voit émerger au fil des folies sociétales imposées par les "élites mortes" qui nous gouvernent : les actions de tous les groupes nés dans le sillage de La Manif Pour Tous en sont une preuve éclatante. Au sein de ces groupes apparaissent et se forment les décideurs de demain; à chacun d'entre nous d'en favoriser et soutenir l'émergence. ONLR !

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]