Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Homosexualité : revendication du lobby gay

France : le 24 mars et après ?

De Correspondance européenne :

"Alors que se multiplient les témoignages, écrits et en images, sur les violences faites aux manifestants le 24 mars dernier par les forces de l’ordre, alors que la blogosphère, non pas « réac », mais simplement la blogosphère de la résistance et du sursaut de l’âme française s’enflamme et ne faiblit pas, François Hollande, le président honteux de la République intervenait le 28 mars dernier sur la chaine publique française. Interrogé par un David Pujadas lisse et servile, il s’est présenté tel qu’il est : un petit fonctionnaire pas très malin doublé d’un menteur patenté.

Alors que, trois jours auparavant, plus d’un million et demie de personnes, hommes, femmes, enfants (et même bébés), vieux et jeunes, sont descendues dans la rue pour crier leur rejet d’une loi qui offense les fondements mêmes de l’humanité (et du bon sens), à savoir qu’un homme et une femme sont nécessaires pour fonder une famille, et qui révolutionne les bases traditionnelles du droit civil,  – une loi est faite pour le plus grand nombre, en vue du bien commun et non pour satisfaire des intérêts ultra-minoritaires – ; alors que les forces de l’ordre dirigées par un Manuel Valls qui n’avait rien trouvé de mieux, en ce dimanche de révolte populaire, que d’aller au concert, chargeaient les manifestants à coups de matraque et de gaz lacrymogène ; alors même que la France s’embrase, le « président de la France » tel qu’il s’est lui-même présenté, n’a pas accordé plus de deux minutes à la question du mariage pour tous.

Méprisant la manifestation du 24 mars, il s’est contenté de rappeler que le “mariage” entre personnes de même sexe faisait partie de son programme présidentiel, et qu’il restait hostile à la GPA. Mensonge d’état puisque le “mariage” gay ouvre le droit à l’adoption et à la filiation, et que Bruxelles veillera à faire appliquer toutes les conséquences du droit nouvellement établi" (suite).

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.