Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France

France 2017 ou l’islam sorti des urnes

Ce n'est plus un fantasme que s'autorisent certains extrémistes complotistes, mais une fiction d'avant-garde que Libération publie dans ses colonnes et que  - une fois n'est pas coutume -, il vous est proposé de lire : 

"On est en juin 2017 et Razzy Hammadi, tout nouveau ministre de l'Intérieur PS, frissonne malgré la chaleur orageuse qui caramélise Paris. Depuis la place Beauvau, il lui revient d'annoncer les résultats des législatives.
La réélection surprise de François Hollande à l'Elysée n'a déclenché aucun état de grâce (…)

Le retour à la proportionnelle intégrale imposée par les écolos accouche d'un embrouillamini explosif.
Aucune majorité claire ne se dégage. Le PS et ses alliés (Verts, Modem, NPA) plafonnent à 33% des élus. La droite, malgré la réconciliation d'occasion entre libéraux européens et autoritaires souverainistes, FN compris, stagne autour de 30%.
Tout va dépendre de l'outsider Ennahda France, branche locale du parti islamiste au pouvoir en Tunisie qui sait bien qu'on ne fait pas la révolution théocratique dans un seul pays.
Ses 27 % feront et déferont les majorités, mieux que la poussière de confettis affiliés à Mélenchon, Chevènement ou Corinne Lepage.
Les politologues n'ont rien vu venir et ne comprennent pas grand-chose à ce vote composite, ni à ce parti qui sait adoucir ses virulences pour les adapter aux mœurs locales (…)

Il y a là Franck Ribéry, élu d'Outreau, et Zahia, plébiscitée à Sarcelles. Elle voilée, lui barbu, forment le couple royal du nouveau parti. Leur bonhomie populaire illumine le pays et fait de l'ombre à des recrues moins glamour, telles Christine Boutin et Philippe de Villiers, diacres autoproclamés, qui viennent de convoler dans un grand hourvari.
Dieudonné s'est bombardé ministre de la Culture et des Cultes, et dresse une liste des animateurs télés qui ont refusé de l'inviter, avec épuration afférente.
Traders halal
Des traders lessivés s'exercent à la micro-finance halal, drivés par un retraité de la BCE qui passe son temps à redresser sa mèche.
Un débarqué du FMI, à kippa et papillotes, se console de la fin de son priapisme en rédigeant un décret instaurant la censure préalable au sein des organes de presse.
Il fait équipe avec une historique d'«Osons le féminisme» qui trouve que la charia à la libyenne est une excellente chose car le divorce est une violence faite aux femmes abandonnées par ces salauds de mecs.
On croise même quelques crypto-gauchos au front bas, qui font assaut d'anti-islamophobie.
En Ennahda France, ils ont enfin retrouvé un parti selon leur cœur, de ceux qui se font les apologues de l'ordre moral, nécessaire à la structuration d'un prolétariat aliéné.
Un parti qui traite avec une juste sévérité une population d'enfants turbulents qu'il faut prendre par la main pour lui faire passer le petit pont de bois vers l'avenir radieux".

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]